RISQUONS LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL ! Évaluer, démystifier, reconfigurer (Edilivre)

Mon ouvrage se fixe pour objectif de revisiter la démarche d’évaluation des risques professionnels et l’élaboration du document unique grâce aux travaux de la Fédération des Acteurs de la Prévention (FAP) http://www.federation-prevention.com/

C’est un essai c’est-à-dire « un livre pour faire des livres; il ne peut passer pour bon qu’en raison du nombre de fétus d’ouvrages qu’il renferme’ (Chateaubriand).

Les riches débats et controverses de ses membres m’ont convaincu de sortir des frontières bornées par le cadre réglementaire, les positions institutionnelles, les postures dogmatiques, les discours d’évidence ou encore les outils miracles. Mon travail a donc consisté à déblayer le chemin des certitudes et à ouvrir celui des hypothèses. 

Réformateur et prospectif, cet écrit porte une vision humaine, collective et responsable. Son ambition consiste à partager modestement une analyse critique pour en provoquer d’autres porteuses d’action pour la qualité du travail, la qualité de vie au travail et le bien-être des femmes et des hommes tout au long de leur vie professionnelle.

La préface est de Michel Ledoux, la postface de Christophe Jaurand et l’aquarelle de couverture de Bénédicte Tilloy

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage (14 €) en visitant ce lien https://www.edilivre.com/librairie/risquons-la-securite-du-travail-max-masse.html/

Brouillon d’éphémérides

Vous trouverez dans cette page des citations, maximes, koan… que j’ai consignés au fil de mes lectures et de mes écrits, de mes recherches et de mes rencontres et partages. Légères et colorées, critiques et épicées, denses et fuselées, elles m’ont porté et me portent encore aujourd’hui.

Chaque fois que possible, les origines sont précisées ; je suis preneur de celles qui manquent.

ACTEUR, ACTRICE

Aussi, faut-il, et c’est l’honneur, la raison d’être des syndicats, des pouvoirs publics, des associations, des acteurs de la santé au travail, que de vouloir empoigner sans faiblir ces éléments qui nous viennent de l’humain. Il en va de l’éthique de tous. Jean-François Naton, A la reconquête du travail,  Indigène éditions, 2008.

AGIR

L’idée est donc de transformer la souffrance en énergie vitale à canaliser pour agir. Yves Clot, Le travail à cœur, p. 159

ALTÉRITÉ, AUTRUI

Les finalités de l’éducation se situent donc du côté d’une action susceptible de faire accéder un homme singulier à une culture universelle. On pourrait encore dire que l’éducation est l’action susceptible de d’aider à l’émergence d’une l’altérité dans une relation de parité asymétrique tant le processus de l’éducation (le comment éduquer) n’est pas indépendant du produit de cette éducation (le pour quoi). Émergence de l’altérité afin de ne pas envisager autrui comme une calque, un double, un clone de soi-même. Michel Develay, Propos sur les sciences de l’éducation – Réflexions épistémologiques, Edition ESF, 2001, p. 32.

Tout acte de travail est donc d’abord usage de soi par soi (là on est dans l’histoire en train de se faire). Mais de plus, il est usage de soi par les autres. C’est la dimension sociale […]. Et la société, c’est-à-dire les autres font usage de vous, sous des formes qui ont varié d’une façon extraordinaire par le passé, le salariat n’étant jamais qu’un moment dans une histoire qui continue. Jacques Duraffourg , 2003, p. 54.

Personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde. Paulo Freire, Pédagogie des opprimés

Il faut prendre conscience de l’apport d’autrui, d’autant plus riche que la différence avec soi-même est plus grande. Albert Jacquard

ANDRAGOGIE

La formation des adultes nécessite des enseignants, des méthodes et une philosophie qui lui soit propre. L’andragogie est le véritable moyen par lequel les adultes entretiennent un rapport d’intelligence avec le monde moderne, elle représente le processus d’apprentissage dans lequel théorie et pratique ne sont qu’un processus qui réconcilie connaissance théorique et affaire pratique au travers d’une expérience créative. Eugen Rosenstock

APPRENDRE

C’est ce que nous pensons déjà connaître qui nous empêche souvent d’apprendre. Claude Bernard

On met deux ans pour apprendre à parler et cinquante ans pour apprendre à se taire. Ernest Hemingway

La fameuse “joie d’apprendre” proclamée à Hambourg en 1997 ne répond pas à une définition béate de l’apprentissage ou à une capitalisation tranquille des réponses qu’il faut connaître, elle signifie au contraire, dans l’intimité de l’acte d’apprendre, l’ingéniosité devant un problème, l’aventure de la question, la curiosité et le risque de l’inconnu, l’angoisse devant le carrefour, la reconstruction difficile de synthèses personnelles toujours fugitives. Paul Lengrand, philosophe, Unesco

ASYMETRIE

Les finalités de l’éducation se situent donc du côté d’une action susceptible de faire accéder un homme singulier à une culture universelle. On pourrait encore dire que l’éducation est l’action susceptible de d’aider à l’émergence d’une l’altérité dans une relation de parité asymétrique tant le processus de l’éducation (le comment éduquer) n’est pas indépendant du produit de cette éducation (le pour quoi). Émergence de l’altérité afin de ne pas envisager autrui comme une calque, un double, un clone de soi-même. Michel Develay, Propos sur les sciences de l’éducation – Réflexions épistémologiques, Edition ESF, 2001, p. 32.

AVENIR

Le verdict du passé est toujours le verdict d’un oracle. Vous ne le comprendrez que si vous êtes les architectes de l’avenir, les connaisseurs du présent. Friedrich Nietzsche. Fragments posthumes.

BAIN

On ne se baigne jamais dans la même rivière.  Héraclite

BIEN-ETRE

Ce qu’ils aimeraient réaliser de toutes leurs forces c’est le bonheur du troupeau pour tout le monde, le bonheur du troupeau qui pâture sa prairie, dans la sécurité, le bien-être, l’universel allègement de l’existence; leurs deux comptines et doctrines les plus ressassées sont ” l’égalité des droits ” et ” la pitié pour tous ceux qui souffrent “; la souffrance elle-même, à leurs yeux, est une chose qu’il convient d’abolir. Friedrich Nietzsche, Par-delà le bien et le mal

BONHEUR

Ce qu’ils aimeraient réaliser de toutes leurs forces c’est le bonheur du troupeau pour tout le monde, le bonheur du troupeau qui pâture sa prairie, dans la sécurité, le bien-être, l’universel allègement de l’existence; leurs deux comptines et doctrines les plus ressassées sont ” l’égalité des droits ” et ” la pitié pour tous ceux qui souffrent “; la souffrance elle-même, à leurs yeux, est une chose qu’il convient d’abolir. Friedrich Nietzsche, Par-delà le bien et le mal

CARTES

Le plus intéressant dans les cartes, ce sont les espaces vides, car c’est là que cela va bouger. Joseph Conrad

CHANGEMENT

Lorsque souffle le vent du changement, certains construisent des murs, d’autres des moulins. Proverbe chinois

Rien n’est permanent, sauf le changement. Héraclite d’Éphèse.

CHEMIN

Je ne vais nulle part. Je suis seulement le chemin. Hermann Hesse

Marcheur ce sont tes traces ce chemin, et rien de plus. Marcheur, il n’y a pas de chemin, le chemin se construit en marchant. […] Marcheur, il n’y a pas de chemin seulement des sillages sur la mer. Antonio Machado

CHOISIR, CHOIX

On peut choisir sa route mais on ne commande pas au vent.  Anne Dufourmantelle, Eloge du risque, p. 36.

COMPRENDRE

Comprendre n’est pas fuir dans l’idéologie, ni donner un nom de nuit à ce qui reste caché. Michel de Certeau.  L’écriture de l’histoire, Gallimard, Folio, 1975.

L’essence même de la réflexion, c’est de comprendre qu’on n’avait pas compris.  Gaston Bachelard

CONNAISSANCE, CONNAITRE

La connaissance s’élabore contre une connaissance antérieure. Gaston Bachelard

C’est ce que nous pensons déjà connaître qui nous empêche souvent d’apprendre. Claude Bernard

Lorsque la passion de ce qui libère les hommes s’amarre fermement à la volonté de créer rationnellement de la connaissance, de la vérité peut advenir. Michel Develay M. Propos sur les sciences de l’éducation. Réflexions épistémologiques. Issy-les-Moulineaux : ESF. 2004. P. 116.

Le désir c’est la connaissance différée, mais rendue visible déjà dans l’impatience du suspens où elle se tient.  Michel Foucault, Leçons sur la volonté de savoir

Le plus grand ennemi de la connaissance n’est pas l’ignorance mais l’illusion de la connaissance. Stephen Hawking

S’enquérir est le moyen d’arriver à savoir. Or bien connaître les faits, les avoir vus sous toutes leurs faces, en avoir mesuré la portée, en avoir comparé les résultats c’est avoir recueilli des éléments précieux pour toute décision à prendre, pour tout jugement à prononcer, pour toute mesure législative à prendre […] dans les pays libres on s’enquiert et l’on cherche à s’éclairer avant de prendre un parti et surtout avant de donner à des décisions force de loi pour l’avenir.  Horace Say, cité par Demier, 1989, p. 31.

D’une manière générale, nous utilisons beaucoup plus de connaissances dans l’action que nous ne sommes capables d’en formuler. Gérard Vergnaud

COURAGE

Au fond le seul courage qui soit exigé de nous est celui qui nous permet d’affronter ce que nous pouvons rencontrer de plus étrange, de plus singulier, de plus inexplicable. Rainer Mari Rilke, Le léopard des neiges.

DANGER

Le panache, n’est pas la grandeur mais quelque chose qui s’ajoute à la grandeur, et qui bouge au-dessus d’elle. C’est quelque chose de voltigeant, d’excessif – et d’un peu frisé […], le panache c’est l’esprit de bravoure. […] Plaisanter en face du danger c’est la suprême politesse, un délicat refus de se prendre au tragique ; le panache est alors la pudeur de l’héroïsme, comme un sourire par lequel on s’excuse d’être sublime. Cyrano de Bergerac, Acte IV.

DÉCOUVERTE

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. Marcel Proust

DÉSIR

Le désir c’est la connaissance différée, mais rendue visible déjà dans l’impatience du suspens où elle se tient.  Michel Foucault, Leçons sur la volonté de savoir

DÉVIANCE

Toute innovation transformatrice est d’abord une déviance. Edgar Morin.

DIDACTIQUE

La relation didactique s’appuie toujours sur des hypothèses épistémologiques, conscientes ou non, explicites ou non et cohérentes ou non. Guy Brousseau , 1996. P. 115.

EDUCATION

Personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde. Paulo Freire, Pédagogie des opprimés

ÉGOÏSTE

Un égoïste c’est quelqu’un qui ne pense pas à moi. Eugène Labiche

ÉMANCIPATION

Qui n’est pas capable de réinterpréter son passé n’est peut-être pas capable non plus de projeter concrètement son intérêt pour l’émancipation » Matthias Finger  dans M. Fabre. Penser la formation. Paris. Puf. 1994. P 239.

ESPACE

Le plus intéressant dans les cartes, ce sont les espaces vides, car c’est là que cela va bouger. Joseph Conrad

ESPERANTO

Langue conventionnelle à grammaire et vocabulaire simplifiés, créée pour permettre la compréhension et l’expression entre individus de langues différentes. Saussure, Ling. gén., 1916, p. 111.

ESSAI

Un essai est un livre pour faire des livres ; il ne peut passer pour bon qu’en raison du nombre de fétus d’ouvrages qu’il renferme. Chateaubriand

ETHIQUE

Aussi, faut-il, et c’est l’honneur, la raison d’être des syndicats, des pouvoirs publics, des associations, des acteurs de la santé au travail, que de vouloir empoigner sans faiblir ces éléments qui nous viennent de l’humain. Il en va de l’éthique de tous. Jean-François Naton, A la reconquête du travail. Indigène éditions, 2008.

ETRE

Je suis ce que je fais. Cornelius Castoriadis

EXPÉRIENCE

Une intuition ne se prouve pas, elle s’expérimente. Gaston Bachelard

L’expérience reste traitée dans le cadre d’une relation d’opposition aux savoirs académiques, et aux logiques et modalités d’enseignement académiques.  C’est un objet de travail de la formation et un objet essentiel de la transformation qu’elle vise. La formation des adultes ne peut faire abstraction de l’expérience des apprenants. L’expérience est une modalité d’apprentissage et il faut faire avec.
Toute recherche sur les modalités d’apprentissage par l’expérience enrichit la connaissance de ce qu’est apprendre. Mayen, Mayeux. 2004

La peine et le plaisir du livre est d’être une expérience. Michel Foucault, Préface de « The History of Sexuality »

Je me suis mis en expérience. Stendhal

FAIRE

Je suis ce que je fais. Cornelius Castoriadis

Je renonce à poursuivre l’œuvre d’une connaissance qui ne serait pas la mienne. J’embrasse la certitude dont je suis l’auteur. La formule de la science : faire. Non pas devenir mais faire, et en faisant se faireJules Lequier.

FLEUVE

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent Mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent. Bertold Brecht

FORMER, FORMATION

L’esprit scientifique doit se former en se réformant. Gaston Bachelard

Former, c’est donner l’être et la forme. Pierre Goguelin

FRONTIÈRES

Nous sommes définis par les lignes que nous décidons de traverser ou d’accepter comme frontières. Antonia Susan Byatt

GÉNÉRATION

La nouvelle génération est épouvantable. J’aimerais tellement en faire partie. Oscar WILDE

HOMME, HUMAIN, HUMANITE

Un homme raisonnable s’adapte au monde tandis qu’un homme déraisonnable s’obstine à faire en sorte que le monde s’adapté à lui. Par conséquence le progrès dépend de l’homme déraisonnable. George Bernard Shaw

Nous, participants à la cinquième Conférence internationale sur l’éducation des adultes, réunis dans la Ville libre et hanséatique de Hambourg, réaffirmons que seul un développement axé sur l’être humain et une société à caractère participatif fondée sur le plein respect des droits de l’homme permettront un développement durable et équitable. Sans une participation véritable et éclairée des hommes et des femmes de tous horizons, l’humanité ne saurait survivre ni relever les défis de l’avenir. Déclaration de Hambourg sur l’éducation des adultes. CONFINTEA. Hambourg, 18 juillet 1997.

ILLUSION

Le plus grand ennemi de la connaissance n’est pas l’ignorance mais l’illusion de la connaissance. Stephen Hawking

Parfois les gens ne veulent pas entendre la vérité parce qu’ils ne veulent pas que leurs illusions soient détruites. Friedrich Nietzsche

IMAGINAIRE, IMAGINER

Imaginer, c’est hausser le réel d’un ton.  Gaston Bachelard

La violence sucrée de l’imaginaire console tant bien que mal de la violence amère du réel . Roland Topor

IMPATIENCE

Le désir c’est la connaissance différée, mais rendue visible déjà dans l’impatience du suspens où elle se tient.  Michel Foucault, Leçons sur la volonté de savoir

IMPOSSIBLE

L’impossible nous ne l’atteignons pas mais il nous sert de lanterne.  René Char, L’âge cassant. 

INNOVATION

Toute innovation transformatrice est d’abord une déviance. Edgar Morin

Aussitôt qu’on nous montre quelque chose d’ancien dans une innovation, nous sommes apaisés. Friedrich Nietzsche

INTUITION

Une intuition ne se prouve pas, elle s’expérimente. Gaston Bachelard

LIBRE, LIBERTÉ

Une pensée libre est toujours en mouvement. Alain Berthoz

LIVRE

La peine et le plaisir du livre est d’être une expérience. Michel Foucault, Préface de « The History of Sexuality »

Un bon livre défendu est un feu sur lequel on marche et qui jette au nez des étincelles. Voltaire

LUCIDITÉ

Seule l’implacable lucidité vis-à-vis de soi-même peut donner le droit de juger les autres. Christa Wolf,  Ville des Anges ou The Overcoat of Dr Freud, 2012

LUMIÈRE

Il y a une fissure en chaque chose et c’est ainsi que la lumière peut rentrer. Leonard Cohen

MODÈLE

Modéliser c’est se donner un modèle, une schéma, une image ou un discours organisé qui représente (tient la place de) la complexité des situations abordées. Un modèle simplifie donc toujours la réalité.[…] Un modèle permet de comprendre, de communiquer et d’agir.  Fourez, G. Englebert-Lecomte. Mathy, P., 2004. P. 47 et 123.

MONDE

Personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde. Paulo Freire, Pédagogie des opprimés

MOUVEMENT

Une pensée libre est toujours en mouvement. Alain Berthoz

OBSERVATION, OBSERVATEUR

Ce n’est pas l’étude du sujet, mais de l’observateur qui donne accès à l’essence de la situation d’observation [..] Les sciences du comportement deviendront simples quand elles commenceront à traiter les réactions personnelles du savant à son matériau et à son œuvre comme les données les plus fondamentales de toutes les sciences du comportement. G. Devereux. De l’angoisse à la méthode. 1980. PP. 19-20.

PARADOXE (Koan)

Tous les pics sont couverts de neige – pourquoi celui-ci est-il nu ?

PARITÉ

Les finalités de l’éducation se situent donc du côté d’une action susceptible de faire accéder un homme singulier à une culture universelle. On pourrait encore dire que l’éducation est l’action susceptible d’aider à l’émergence d’une l’altérité dans une relation de parité asymétrique tant le processus de l’éducation (le comment éduquer) n’est pas indépendant du produit de cette éducation (le pour quoi). Émergence de l’altérité afin de ne pas envisager autrui comme une calque, un double, un clone de soi-même. Michel Develay, Propos sur les sciences de l’éducation – Réflexions épistémologiques, Edition ESF, 2001, p. 32.

PASSÉ

Le verdict du passé est toujours le verdict d’un oracle. Vous ne le comprendrez que si vous êtes les architectes de l’avenir, les connaisseurs du présent. Friedrich NIETZSCHE. Fragments posthumes.

PASSION

Lorsque la passion de ce qui libère les hommes s’amarre fermement à la volonté de créer rationnellement de la connaissance, de la vérité peut advenir. Michel Develay M. Propos sur les sciences de l’éducation. Réflexions épistémologiques. Issy-les-Moulineaux : ESF. 2004. P. 116.

PENSÉE

Une pensée libre est toujours en mouvement. Alain Berthoz

À la fois ne pas penser et à la fois tout savoir.  Claude Lefort

PRATIQUE

Il n’y a rien de plus pratique qu’une bonne théorie. Kurt Lewin

PRÉSENT

Le verdict du passé est toujours le verdict d’un oracle. Vous ne le comprendrez que si vous êtes les architectes de l’avenir, les connaisseurs du présent. Friedrich Nietzsche. Fragments posthumes.

PRÉVENTION

La mise en œuvre des mesures de prévention se heurte à la résistance des chefs d’entreprise, mais le salarié et les représentants du personnel eux-mêmes font bien souvent passer en priorité d’autres préoccupations. P. Davezies, 1994, p.133.

PROBLÉMATIQUE

Le chat est assis sur le tapis du chien. John Le Carré

PROGRES

Un homme raisonnable s’adapte au monde tandis qu’un homme déraisonnable s’obstine à faire en sorte que le monde s’adapté à lui. Par conséquence le progrès dépend de l’homme déraisonnable. George Bernard Shaw

QUESTIONS

Qu’ils sont arrogants ces athéniens avec leurs questions. Ils n’ont pas compris que les meilleures réponses n’ont pas besoin de question. Hugo Pratt

RAISON, DÉRAISON

Un homme raisonnable s’adapte au monde tandis qu’un homme déraisonnable s’obstine à faire en sorte que le monde s’adapté à lui. Par conséquence le progrès dépend de l’homme déraisonnable. George Bernard Shaw

RÉALITÉ, RÉEL

Imaginer, c’est hausser le réel d’un ton.  Gaston Bachelard

Il ne s’agit donc pas de savoir si l’art doit fuir le réel ou s’y soumettre, mais seulement de quelle dose exacte de réel l’œuvre doit se lester pour ne pas disparaître dans les nuées, ou se traîner, au contraire, avec des semelles de plomb. Albert Camus, Discours de Suède, Paris, Gallimard,  1958, p. 55

Du moment qu’on finit par les vérifier par rapport à la réalité, certaines représentations inexactes des choses peuvent se révéler très utiles, en nous montrant comment les choses pourraient être si elles allaient d’une manière dont on est à peu près sûr qu’elles ne vont pas. Becker Howard S., Les Ficelles du métier, Paris, Éditions La Découverte, 2002, p. 51.

La violence sucrée de l’imaginaire console tant bien que mal de la violence amère du réel . Roland Topor

RÉFÉRENCERÉFÉRENTIEL

Pour coordonner leurs activités individuelles au sein du groupe pour la réalisation de la tâche, les membres du groupe élaborent une représentation collective […] Ce référentiel commun qui évolue au cours du temps guide et contrôle l’activité et constitue un élément essentiel de la fiabilité ». J. Leplat, 1997. P. 202-203.

RÉPONSES

Qu’ils sont arrogants ces athéniens avec leurs questions. Ils n’ont pas compris que les meilleures réponses n’ont pas besoin de question. Hugo Pratt

REPRÉSENTATION

Du moment qu’on finit par les vérifier par rapport à la réalité, certaines représentations inexactes des choses peuvent se révéler très utiles, en nous montrant comment les choses pourraient être si elles allaient d’une manière dont on est à peu près sûr qu’elles ne vont pas. Becker Howard S., Les Ficelles du métier, Paris, Éditions La Découverte, 2002, p. 51.

RÉSISTANCE

La mise en œuvre des mesures de prévention se heurte à a résistance des chefs d’entreprise, mais le salarié et les représentants du personnel eux-mêmes font bien souvent passer en priorité d’autres préoccupations. Philippe Davezies, 1994, p.133.

RISQUE

J’interroge ici le risque dans ce qui ne permet ni son évaluation, ni son élimination, sous l’horizon du : ne pas mourir ». A. Dufourmantelle, 2014, p. 12.

RIVIERE

On ne se baigne jamais dans la même rivière.  Héraclite

ROUTE

On peut choisir sa route mais on ne commande pas au vent.  Anne Dufourmantelle, Eloge du risque, p. 36

SANTE

La santé est une dynamique de construction du bien-être physique, psychique et social et ne constitue pas seulement une absence de maladie ou d’infirmité. La santé au travail se joue lors de la conception du travail et de son organisation. La mise en place d’environnements favorables contribue positivement à cette dynamique utile à sa performance. Jacques Bernon, 2011.

La santé comme objectif stratégique, le travail comme ressource, l’humain comme enjeu de développement.  Jacques Bernon, Promotion de la santé : un enjeu stratégique. Travail et changement. 2011, n° 339.

SAVANT, SAVOIR

Parce que s’assembler autour d’un peu de savoir ne cessera jamais d’être une opération séditieuse. Georges Hyvernaud, Feuilles volantes. p. 143

À la fois ne pas penser et à la fois tout savoir.  Claude Lefort

Une grande partie des savoirs professionnels sont non explicites ou n’ont pas besoin de l’être pour leur mise en œuvre efficace. Pierre Rabardel

S’enquérir est le moyen d’arriver à savoir. Or bien connaître les faits, les avoir vus sous toutes leurs faces, en avoir mesuré la portée, en avoir comparé les résultats c’est avoir recueilli des éléments précieux pour toute décision à prendre, pour tout jugement à prononcer, pour toute mesure législative à prendre […] dans les pays libres on s’enquiert et l’on cherche à s’éclairer avant de prendre un parti et surtout avant de donner à des décisions force de loi pour l’avenir.  Horace Say, cité par Demier, 1989, p. 31.

SÉCURITÉ

Une vie en sécurité, rassurante peut être une vie sans surprise, sans évolution, qui s’épuise par trop de fixité. Mais à l’inverse, une vie menée tout feu tout flamme peut se consumer, parfois en un éclair. Chloé Moglia, trapéziste, 2012.

SOUFFRANCE

L’idée est donc de transformer la souffrance en énergie vitale à canaliser pour agir. Y. Clot, Le travail à cœur, p. 159

Ce qu’ils aimeraient réaliser de toutes leurs forces c’est le bonheur du troupeau pour tout le monde, le bonheur du troupeau qui pâture sa prairie, dans la sécurité, le bien-être, l’universel allègement de l’existence; leurs deux comptines et doctrines les plus ressassées sont ” l’égalité des droits ” et ” la pitié pour tous ceux qui souffrent “; la souffrance elle-même, à leurs yeux, est une chose qu’il convient d’abolir. Friedrich Nietzsche, Par-delà le bien et le mal.

TACHE

La tâche est couramment définie comme le résultat qui est attendu de l’individu plus ou moins explicitement dans des conditions imposées pour l’exécution. On peut considérer plus simplement que la tâche est un but donné dans des conditions déterminées. Rabardel, P. Carlin, N. Chesnais, M. Lang, N, Le Joliff, G. Pascal, M. , 2007. P. 25.

THÉORIE

Il n’y a rien de plus pratique qu’une bonne théorie. Kurt Lewin

TRACE

Marcheur ce sont tes traces ce chemin, et rien de plus. Marcheur, il n’y a pas de chemin, le chemin se construit en marchant. […] Marcheur, il n’y a pas de chemin seulement des sillages sur la mer. Antonio Machado

TRANSFORMATION

Toute innovation transformatrice est d’abord une déviance. Edgar Morin

TRAVAIL

Tout acte de travail est donc d’abord usage de soi par soi (là on est dans l’histoire en train de se faire). Mais de plus, il est usage de soi par les autres. C’est la dimension sociale […]. Et la société c’est-à-dire les autres font usage de vous sous des formes qui ont varié d’une façon extraordinaire par le passé, le salariat n’étant jamais qu’un moment dans une histoire qui continue. Jacques Duraffourg , 2003, p. 54.

Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts. Déclaration universelle des droits de l’homme.  10 décembre 1948. Article 23.

VERITE

Lorsque la passion de ce qui libère les hommes s’amarre fermement à la volonté de créer rationnellement de la connaissance, de la vérité peut advenir. Michel Develay M. Propos sur les sciences de l’éducation. Réflexions épistémologiques. Issy-les-Moulineaux : ESF. 2004. P. 116.

Parfois les gens ne veulent pas entendre la vérité parce qu’ils ne veulent pas que leurs illusions soient détruites. Friedrich Nietzsche

VIOLENCE

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent Mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent. B. Brecht

La violence sucrée de l’imaginaire console tant bien que mal de la violence amère du réel . Roland Topor

VOYAGE

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. Marcel Proust

Je ne voyage pas pour aller quelque part mais pour voyager. Je voyage pour le plaisir du voyage. L’essentiel est de bouger.  Robert Louis Stevenson

 

Prévhackthon, premier hackathon de la prévention des risques professionnels

 

Participants du Prévhackthon

Communiqué de presse

 Mercredi 30 mai à Lyon, la Fédération des Acteurs de la Prévention (FAP) a organisé le 1er  Prevhackthon de France, c’est-à-dire le hackathon* de la prévention des risques professionnels, en partenariat avec l’Anact, avec le soutien de Préventica.

Pendant 8 heures, 9 équipes se sont challengées pour hacker le Document Unique et l’Evaluation des risques. Objectif : prototyper, en intelligence collective, des solutions innovantes autour d’une question centrale : « Comment passer du Document Unique au Document Utile ? ».

Fig. 1 : le Prévhackthon démarre

Une journée au cours de laquelle des équipes pluridisciplinaires (ergonomes, psychologues du travail, préventeurs, designers, DRH, juristes, consultants ou encore startuper) ont travaillé en méthode sprint. Le travail s’est déroulé dans une ambiance sérieusement ludique et toutes les équipes ont réussi dans ce format contraint à produire des projets résolument innovants qu’elles ont pitché devant un jury lui aussi pluridisciplinaire.

9 thèmes étaient proposés dont deux problématiques qui ont particulièrement attiré l’attention des participant(e)s « Comment rendre le Document Unique utile à une équipe de direction ?» et « Comment transformer l’organisation du travail pour donner du pouvoir d’agir aux salariés ? ».

Fig. 2 : le déroulé du Prévhackthon. Charlotte Bohl / Somany

Un jury composé de personnalités du monde la prévention et des conditions de travail Jérôme Chardeyron (Carsat Lyon), Olivier Bachelard (EM Lyon, Maud Berthier (ASE BTP), Michel Ledoux (Avocat), Julie Bouzegaou Cuzeau (ANDRH), Romain Chevallet (Anact) a décerné trois prix :

* L’équipe « Sécurité Gérée & sécurité Régulée» composée de Sandra Curaba, Magalie Dabrigeon Valentin Pereira, Carole Podymski, Marie Benoite Sanglerat a reçu le prix de l’innovation pour une solution digitale sous forme d’application,

* L’équipe « Le Dé U » composée de Celia Badet, Julien Berenguer, Claire Geoffroy, Cécile JONQUET a reçu le prix de la faisabilité pour sa solution « le Dé U » : à une nouvelle approche ludique pour « parler aux Directions » des coûts de l’absence de prévention,

* Le prix Coup de cœur du jury décerné à l’Escape Game de l’évaluation des risques, imaginé par l’équipe « Working game » composée de Quentin Aoustin, Audrey Duchatel, Victoria Euraud, Nicolas Paratore, Sabrina Teresi

Les membres de ces trois équipes se sont vu offrir une adhésion 2018 à la FAP pour poursuivre leur projet de collaboration et de diffusion de leurs idées.

Ce premier événement ouvre la voie à d’autres événements et productions. Toute l’organisation se félicite de la participation et de tous les résultats produits par les participant(e)s dans un temps contraint. Nous remercions également nos partenaires : l’Anact et le Salon Préventica.

Rendez- vous est déjà pris pour une nouvelle édition.

*Hackathon : format de créativité, issu du monde l’informatique, où des équipes pluridisciplinaires doivent prototyper une solution dans un temps contraint.

Contact FAP : contact@federation-prevention.com, Site : http://www.federation-prevention.com/

Contact Anact : Catherine Guibbert / c.guibbert@anact.fr

Fonction publique et fusion des instances (3) : oui pourtant !

« Concrètement et sans hypocrisie, cela signifiait pour nous d’aboutir à un subtil dosage entre la rationalisation des IRP, notre volonté de changer les codes de relations sociales en innovant et expérimentant tout en veillant à maintenir un certain niveau de dialogue social », B. Frankiel

 Dans cette troisième nouvelle partie qui une nouvelle fois « surfe » sur l’actualité immédiate des « négociations » en cours nous allons nous intéresser au lien entre dialogue social, négociation et existence (ou pas) des instances de représentation qui leurs sont associées. Un exemple très concret dans le secteur privé va nous permettre de montrer qu’il est possible de faire autrement entre le prescrit des ordonnances et le réel des récriminations préalables à toutes actions. Quelques convenances du système actuel seront ainsi revisitées, voire remises en cause. Continuer la lecture de Fonction publique et fusion des instances (3) : oui pourtant !

Professionnalisation : dispositif andragogique et pleine conscience de l’apprenant

Colloque de la Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion des Entreprises (FNEGE). Cité Internationale Universitaire de Paris, vendredi 25 mai 2018

Co-intervention avec Chantal Lesage De la Haye [1]

Nous avons eu le plaisir d’intervenir dans l’atelier n°2 intitulé « De nouveaux apprenants aux nouvelles pratiques » du Colloque Pédagogie organisé par la FNEGE. Les attendus du colloque proposaient de « se pencher sur le chevet de la pédagogie » en nous interpellant : « considérée du point de vue étymologique : la pédagogie serait-elle malade ou « prendrait-elle la tête » ? »

Dans notre intervention, nous avons choisi une posture un peu subversive en nous demandant si le terme de « pédagogie » est réellement adapté pour répondre de façon efficiente et efficace aux questionnements suggérés par la FNEGE.

Nous avons ouvert deux pistes en questionnant en amont la conceptualisation des dispositifs et l’approche andragogique et, en aval, en considérants les étudiant(e)s non pas comme des « sujets collectifs anonymes » mais comme des personnes pouvant apprendre en pleine conscience.

Continuer la lecture de Professionnalisation : dispositif andragogique et pleine conscience de l’apprenant

Fonction publique et fusion des instances (2) : oui peut-être !

 

Cytise 2018

« Il y a, en France, un réel impensé politique sur les conditions de la conduite d’un dialogue social de qualité dans la fonction publique. Notre pays doit s’interroger et enfin avancer sur cette question », C. Chevalier [1]

Les représentants des organisations syndicales de la fonction publique et de la DGAFP se sont donc rencontrés le jeudi 3 mai pour débattre des évolutions possibles des instances de dialogue social du secteur public et de la définition d’un nouveau modèle de dialogue social.

Dans le document préparatoire, et selon Acteurs publics [2], la DGAFP ne fait plus explicitement mention de la fusion des comités techniques et des (CHSCT).

Toutefois, il est confirmé que le gouvernement envisage la mise en place d’une nouvelle organisation qui recherche une meilleure articulation du dialogue social pour assurer une plus grande cohérence des attributions actuelles des CT et des CHSCT (en particulier sur les questions collectives).

Cette évolution devrait permettre de se prononcer de manière globale sur les questions collectives et d’appréhender simultanément les problématiques de l’organisation des services dans toutes leurs dimensions (organisationnelle, santé au travail, RH…) ce qui va dans le sens des questions posées dans l’article précédent ; même s’il la route reste longue. Continuer la lecture de Fonction publique et fusion des instances (2) : oui peut-être !

Fonction publique et fusion des instances (1) : oui si !

 

Le gouvernement souhaite refonder le contrat social avec les agents publics et, en particulier, définir un nouveau modèle de dialogue social avec un meilleur fonctionnement des instances représentatives et une dynamisation du dialogue social aux niveaux pertinents.

Il considère, d’une part, que la qualité et l’efficacité du dialogue social sont des facteurs déterminants de la performance des services publics et de la protection des garanties du personnel mais que, d’autre part, l’organisation actuelle et le fonctionnement des instances consultatives présentent des faiblesses qui affectent l’efficacité de plusieurs processus de RH fondamentaux.

Il estime que ces instances présentent un visage morcelé par leur nombre et possèdent des compétences redondantes ce qui ne permettrait pas d’offrir un cadre de dialogue social satisfaisant pour les agents. Enfin, le chevauchement des compétences entre comité technique (CT) et comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) en matière de réorganisation de services serait trop souvent une source de complexité et d’insécurité juridique s’agissant des textes en consultation.

Au programme dans cette perspective, la création d’un groupe de travail qui planchera le 8 mai prochain sur la mise en place de la nouvelle instance issue des CT et des CHSCT : compétences de la nouvelle instance, organisation et fonctionnement (niveau central, niveau de proximité).

Alors la fusion : un recul ou une opportunité ? Et, dans ce derniers cas, à quelles conditions ? Continuer la lecture de Fonction publique et fusion des instances (1) : oui si !

Management public universel ? La santé et sécurité au travail comme modèle explicatif

« Personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde ». (Paulo Freire, 1974)

En 2007, Eric Woerth, ministre de la fonction publique a souhaité faire évoluer la problématique des parcours professionnels en l’ouvrant aux trois versants de la fonction publique et les représentants des organisations syndicales ont fait valoir que ce débat ne pouvait avoir lieu sans que les questions de conditions de travail des agents ne soient abordées.

Ce « donnant-donnant » a permis d’ouvrir un espace de dialogue social sous le double d’effet de la réforme de l’État porté par le gouvernement et le ministre via la Révision générale des politiques publiques (RGPP) et du front commun des organisations syndicales bien décidées à s’organiser pour résister à la vague réformiste.

C’est ainsi que depuis 2009 la santé et sécurité au travail (SST) est devenue une « nouvelle catégorie sociale de l’action publique » en France (Garnier, Masse. 2015).

Toutefois l’encadrement a été le grand oublié (Masse, Pesme, 2016) et est resté une notion « générique » non suffisamment définie malgré quelques prémices au sein de l’accord-cadre du 22 octobre 2013 relatif à la prévention des risques psychosociaux. Ensuite les négociations relatives à qualité de vie au travail (QVT) dans la fonction publique se sont intéressées plus spécifiquement à l’encadrement mais le projet d’accord-cadre du 12 janvier 2015 relatif à la qualité de vie au travail (QVT) n’a pas été signé. Aujourd’hui le Plan d’action pluriannuel pour une meilleure prise en compte de la SST dans la fonction publique (Circulaire fonction publique du 28 mars 2017) illustre à la fois la volonté de progresser sur la prise en compte des questions de SST et le recentrage sur des thématiques plus « techniques » : pénibilité, médecine de prévention, inaptitude…

Quel que soit le plus éminent niveau national ou le plus simple niveau local, des femmes et des hommes, dirigeants, encadrants, représentants du personnel et agents gardent la charge de ces questions chacun et chacune pour ce qui les concernent au niveau où ils se trouvent et avec les moyens qui leurs sont donnés. Ils sont confrontés à une mise en œuvre d’une QVT sans cadre politique et juridique mais surtout sans élément de fond pour construire du sens dans leurs démarches.

Et la SST ne se gère pas dans un cadre unique et unanime mais se situe dans la dynamique d’un projet à trois volets complémentaires :
– une vocation universelle en ciblant l’ensemble des femmes et des hommes œuvrant dans la fonction publique ;
– une prise en compte des particularités de la fonction publique en prévoyant qu’à la suite de sa signature des négociations devraient s’engager dans chacun de ses versants ;
– une volonté de donner une parole singulière aux parties prenantes locales en leur permettant d’intégrer dans le processus global leurs réalités quotidiennes propres.

Depuis la réorganisation de la DGAFP en DRH de l’Etat, nous montrerons que la situation a changé sur le fond et sur la forme. Cette évolution et une mise en perspective d’un droit universel à la santé au travail nous permet d’apporter quelques éléments d’analyse sur la dimension universelle du management public.

En conclusion, nous considérerons que les DRH représentent la cheville ouvrière opérationnelle de cette universalité dans les processus de changement et de transformations permanents que connait la fonction publique depuis la LOLF.  Continuer la lecture de Management public universel ? La santé et sécurité au travail comme modèle explicatif

Charge(s) de travail : mesure et démesure d’un singulier pluriel

« A la question individuelle de la charge de travail, il ne peut être apporté qu’une réponse collective et institutionnelle » Christian du Tertre, 2006

Toute organisation devrait découler d’une véritable stratégie qui prend en compte la qualité des conditions du et de travail en amont des décisions, des budgets, des projets, des moyens… pour permettre aux femmes et aux hommes d’avoir une charge de travail respectueuse de leur santé et de sécurité au travail en aval. Au sens de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on parlerait de niveau primordial (Bonita et al. 2010) c’est-à-dire de tout ce qui est pensé et organisé avant que la maladie ne survienne et pour qu’aucune maladie ne survienne.

Le contexte de crise économique, les effets de la réduction des effectifs, des matériels et des budgets, la recherche accrue de performance ont provoqué une situation paradoxale : c’est au moment où l’intensification du travail et la pression compétitive sur les femmes et les hommes au travail n’ont jamais été aussi forte que la question de la charge de travail n’a jamais été aussi présente.

Cet article prendra un peu de liberté avec le contenu général des autres articles puisqu’il s’agira d’une analyse globale de la question de la charge de travail. Produire des biens matériels, immatériels ou des services dans un contexte commercial ne relève pas de la même posture et du même contexte que participer au service public, contribuer au bien commun… et, dans ce cas, même si on parle de performance, de qualité, d’interrelations… il ne faut pas confondre efficience avec rentabilité. Par voie de conséquence je ne pense pas que l’on puisse uniformiser la définition du travail et de la notion de charge pour la fonction publique comme pour le secteur privé. Il ne s’agit pas de les opposer mais de les différencier.

À partir d’une expérience vécue dans le cadre de mon activité professionnelle, je vais interroger la notion mesure et de démesure de la charge de travail en partant de l’exemple singulier et hautement symbolique : les chargé(e)s de mission(s)[1]. Continuer la lecture de Charge(s) de travail : mesure et démesure d’un singulier pluriel

De la reconnaissance (externe) : remerciements

« Plutôt que de mettre son énergie à refouler ses convictions, le professionnel de l’intervention tirerait grand profit à se mettre au clair avec celles-ci. […] ce qui est explicité est moins sourdement agissant et plus facile à contrôler que l’insu. L’intervenant ne doit pas travailler dans l’illusion qu’une neutralité-absence est profitable à son client. Pour avancer dans sa réflexion, le client incarné a besoin non pas d’un intervenant-absent, mais d’une consistance sur laquelle s’appuyer et qui lui offre une résistance rassurante. L’exercice de la résistance est une fonction majeure de l’intervention clinique ; ses points d’application et son dosage sont plus utiles à acquérir que la crispation sur l’obligation de neutralité« . Guy Jobert, Education permanente. N°214 – 2018-1

Dans son Habilitation à diriger des recherches (1998. P. 54-64), G. Jobert (Chaire de formation des adultes du Cnam-Paris) tente une définition de la reconnaissance et site C. Dejours « La reconnaissance est la rétribution fondamentale de la sublimation » (Dejours, 1990. p. 695). Pour préciser son propos il s’appuie sur une définition de la sublimation, issues des travaux de Freud « nous désignons comme sublimation une certain sorte de modification du but et de changement d’objet dans laquelle entre en considération notre évaluation sociale » (Inhibition, symptôme et angoisse. Paris. PUF).

Jobert considère que le concept de sublimation permet de dialectiser l’individuel et le social et de suivre le destin de la pulsion, depuis son émergence jusqu’à sa satisfaction ou son échec à travers la reconnaissance sociale dans la sphère publique. Au cœur de la dialectique individuel / social se situe donc une polarité reconnaissance / non reconnaissance qui décide du destin de la pulsion (satisfaite ou non satisfaite). Il s’appuie également sur les travaux de la psychodynamique du travail pour affirmer que :

– à partir des trois mondes hégéliens (objectif, subjectif, social), C Dejours a construit le triptyque : EGO (le sujet) / AUTRUI (collectif ou communauté d’appartenance) / REEL (au sein de la réalité celui qui se fait connaître au sujet par sa résistance à son savoir-faire, sa connaissance, sa science). Il examine de quelle façon ces termes s’articulent et dans la dialectique EGO / AUTRUI il interroge le fait que « le sujet éprouve le besoin de valider que le rapport singulier qu’il a noué avec le réel n’est pas son seul fait mais qu’il est partagé ou partageable avec autrui, qu’autrui va reconnaître le bien fondé de ce qu’avance ou agit le sujet » ;

– « Le cheminement identitaire part de l’énergie pulsionnelle, passe par la reconnaissance de la contribution socialement utile du sujet puis fait retour vers celui-ci pour l’intégrer à une communauté culturelle en l’assurant de la validité du rapport au monde que donne à voir son travail »

Semble émerger ici une tension / évaluation entre le sujet, son collectif de référence et le rapport qu’ils entretiennent au réel. Continuer la lecture de De la reconnaissance (externe) : remerciements

Se mettre à distance du travail pour le négocier

« Quand on n’a qu’un marteau, on ne pense les problèmes qu’en termes de clou », Maslow et Watzlawick.

Dans un lourd contexte de réforme de l’État et de son administration territoriale, de réorganisations des systèmes de management et des services, de repyramidage des structures hiérarchiques, de fusions et regroupements d’implantations locales et encore de coupes budgétaires et d’économies de surfaces, le télétravail semble devenu la panacée pour répondre aux différents changements que connaissent les services et établissements de la fonction publique, pour prendre en compte les évolutions des métiers et, plus globalement, pour s’adapter à l’ère numérique, aux problèmes de transports (durée, coût, climatologie) et à la demande sociale qui s’étend aujourd’hui au-delà du seul encadrement.

Pour les agents de la fonction publique française, il est devenu un sujet et un objet de débats entre 2014 et 2015, en particulier, via les négociations (non abouties) relatives à la qualité de vie au travail[i]. Depuis le décret n° 2016-151 du 11 février 2016 relatif aux conditions et modalités de mise en œuvre du télétravail dans la fonction publique et la magistrature a pris le relais. Dans les services de l’Etat, certains ministères se sont déjà concrètement emparés de la question : Agriculture, Défense, Environnement, Finances, 1er Ministre[ii] et d’autres s’y emploient : Affaires Étrangères, Intérieur, Ministères sociaux.

À l’heure où la fonction publique « se réinvente » en lançant des initiatives portées par des fonctionnaires pour anticiper les transformations de la fonction publique à l’horizon 2025, des agents des trois versants de la fonction publique (État, Hospitalière, Collectivités territoriales) à la conception et à la mise en œuvre de projets innovants et en particulier en matière managériale. Toute la chaîne d’encadrement doit être mobilisée pour y parvenir en s’appuyant sur les décideurs : « la fonction publique n’est pas un monolithe ni un monstre froid immobile. Elle est ce que les décideurs en font »[iii]. Nous verrons qu’une prise de distance vis-à-vis du télétravail au bénéfice d’une réflexion élargie sur les enjeux du travail à distance peut faire pleinement partie des éléments structurants pour alimenter cette réinvention et qui, à mon sens, relève de la responsabilité de l’Etat-employeur.

Ce processus semble même déjà engagé au plus haut niveau de l’Etat elle-même puisque la circulaire fonction publique du 22 décembre 2016 relative à la création d’un fonds innovation RH cite le travail à distance comme un des nouveaux modes d’organisation du travail et de management. Nous allons voir que la notion de « travail à distance » constitue un enjeu de négociation essentiel pour la prise en compte de l’ensemble des problématiques du travail.

Nous allons voir que la notion de travail à distance ne se résume pas ni au travail à domicile, ni au télétravail et que de nouvelles formes de mobilité du travail émergent à l’heure du développement sans précédent de la communication numérique  ; se mettre à distance du travail revient d’abord à questionner le travail et ses variantes opérationnelles pour ensuite étudier les meilleurs formes qu’il peut prendre en fonction des activités déployées et de la qualité du service public à rendre. Continuer la lecture de Se mettre à distance du travail pour le négocier

Intervention et analyse de la demande

« L’analyse de la demande est une pensée en puissance et en acte » , d’après Janine Filloux

Lors de conférences, de débats ou d’entretiens directs dans des colloques ou salon et, récemment encore aux dernières Assises du CHSCT, je constate qu’une certaine insatisfaction s’expriment vis-à-vis de l’inadaptation des formations de membres de CHSCT qui ne correspondraient ni aux attentes, ni aux projections initiales.

« Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage » et quand une formation « ne marche pas » c’est rarement les commanditaires qui sont mis en cause mais plutôt les intervenants(e)s, les stagiaires ou les deux

Aussi mon plus grand étonnement est lié au fait que les critiques les plus vives proviennent non pas des stagiaires ou des commanditaires mais de certain(e)s intervenant(e)s : imprécision des demandes, décalages entre demandes et réalité des acteurs, commandes qui se répètent dans le temps pour les mêmes problèmes auxquels s’ajoutent sentiment d’inefficacité, d’inutilité et remises en causes des modalités d’interventions.

Dit rapidement la pertinence et l’efficience des formations est clairement posée et deux questions récurrentes et complémentaires émergent : comment décaler le regard en matière de demande et pourquoi et comment proposer une offre renouvelée ?

A partir de quelques éléments de contexte, je vais m’arrêter sur la question de la demande et de la posture en amont de l’intervention vis-à-vis d’une attente de prestation qui est en générale formulée sous le vocable de demande de formation. Nous verrons que attente + demande + réponse = commande en trois déterminants :

– une expression floue d’un besoin mal identifié et issu en général d’une question non réglée, d’un problème, voire d’un conflit ;

– l’élaboration d’une demande : la co-construction d’une réponse à un projet ;

– la formalisation d’une commande : la validation collective d’un projet partagé par les parties prenantes.

Un exemple concret sera proposé ensuite. Enfin, les enjeux de prescription entre les parties prenantes seront détaillés et les premières pistes d’une offre dite de professionnalisation seront dessinées. Continuer la lecture de Intervention et analyse de la demande

Négociation Santé-Travail fonction publique en France. Engagement conviction responsabilité [1]

Cet article a été co-écrit avec David Pesme[2],

« Le plus intéressant dans les cartes, ce sont les espaces vides, car c’est là que cela va bouger », Joseph Conrad

À partir de fin 2009 la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP), les départements ministériels et établissements publics ainsi que les instances nationales et régionales de représentation des agents se sont réellement investis pour faire vivre une véritable culture de la santé au travail dans la fonction publique française.

Certains s’enthousiasment du chemin parcouru et mesurent la route qui a été tracée « à marche forcée » depuis cette date[3] tant par la mobilisation de la DGAFP et des départements ministériels et établissements publics que par la mobilisation des instances nationales et régionales de représentations des agents qui se sont réellement investies dans un contexte d’absence jusque-là d’une véritable culture de la santé au travail de la fonction publique.

On peut toutefois rester interrogatif sur ce qui reste à faire au regard des forces en présence, de leurs stratégies et intérêts divergents qui dépendent parfois de décisions dont le fondement échappe. On pourrait citer l’absence de signature de l’accord sur la qualité de vie au travail dans la fonction publique dont la première « victime » aura été l’encadrement mais nous pourrions également faire état, hormis le ministère de la Justice, de l’absence d’élaboration de circulaire interne à chaque département ministériel, administration ou établissement public qui précise les personnes exerçant la fonction de chef de service ou, dit autrement, l’autorité administrative ayant compétence pour prendre les mesures nécessaires au bon fonctionnement de l’administration placée sous son autorité qui a la charge de veiller à la sécurité et à la protection de la santé de ses agents[4].

Nous observons au quotidien la discordance des postures entre les élus et les directions générales des services, l’inexpérience et la frilosité de l’encadrement supérieur dans la présidence des CHSCT, la méconnaissance des nouveaux textes au niveau des services Ressources humaines ou encore l’absence de formations à la SST et au dialogue social adaptées à l’encadrement supérieur. En matière de démarche d’évaluation des risques, on pourrait pointer la très relative application de réalisation du document unique. Selon une étude récente de la DARES[5] (2016), seuls 46 % des employeurs ont élaboré ou mis à jour un document unique d’évaluation des risques professionnels, pourtant obligatoire pour toutes les entreprises depuis 2001.

Nous souhaitons dans ces lignes proposer un décryptage des négociations nationales pour :

– expliquer ce qui a fonctionné ou ce qui n’a pas fonctionné en matière de SST dans la fonction publique ;

– mettre en évidence, explication et comprendre pourquoi on observe sur le terrain une déconnection entre les négociations/ambitions nationales et les actions locales en matière de SST dans la fonction publique ?

– montrer la nécessaire implication de l’encadrement général et intermédiaire dans la mise en œuvre de la SST dans la fonction publique ?

Après une courte présentation de nos activités et posture, nous proposons ici un regard rétrospectif et documenté[6] sur les grandes étapes de la SST dans les fonctions publiques depuis 2008. Quelques réflexions prospectives sur l’avenir des nouvelles négociations débutées cet été pointent ensuite les enjeux pour l’encadrement dès lors que l’ensemble des recommandations le concernant de façon singulière n’ont pas connu de suite du fait de l’absence de signature du projet d’accord-cadre relatif à la qualité de vie au travail dans la fonction publique.

Nous interrogerons ensuite la dyade confiance/défiance qui en se complétant si aisément libère les parties prenantes de leurs responsabilité et obligations respectives.

Nous concluons sur le partage nécessaire des postures des négociateurs au niveau national entre responsabilité et conviction et surtout le transfert du processus au niveau local dont la clé de réussite passera par un engagement des dirigeants à intégrer les questions de SST dans l’ensemble de leurs décisions. Continuer la lecture de Négociation Santé-Travail fonction publique en France. Engagement conviction responsabilité [1]

Prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique française. De l’accord-cadre de 2013 à un plan santé travail ?

L’accord du 20 novembre 2009 relatif à la santé et la sécurité au
travail pour les trois versants de la fonction publique a été suivi
par un autre accord majoritaire : le protocole d’accord du 22
octobre 2013 relatif à la prévention des risques psychosociaux
(RPS). Leurs préambules se sont fixés deux grands dessins :
favoriser le bien-être des personnes humaines tout au long de leur
vie professionnelle et développer une véritable culture de la Santé
Sécurité au Travail (SST).
L’accord de 2013 constitue un socle entre les parties prenantes
qui peuvent évaluer leur situation, leurs actions, leurs projets à
l’aune de ce qu’ils ont déjà engagé et de ce qui leur reste à faire
au regard des préconisations de l’accord. In fine, elles auront, de
façon systématique, à introduire une question dans leurs
réflexions et leurs actions : quel impact ont les décisions à prendre
sur le résultat du travail, sur le collectif, sur la santé des individus
pour ouvrir la porte à un questionnement sur le travail réel et son
organisation ? Il s’agit de la première mise en oeuvre d’un
véritable système de management intégrés/intégrant la SST.
Quelle pourrait-être la suite de ce processus ? Pourquoi pas un
plan santé travail-cadre décliné ensuite dans les trois versants de
la fonction publique ?

Pour lire la suite : Les cahiers des RPS N° 29 Juin 2017.  http://www.cateis.fr/cahiers_rps/archives.php