Santé [du] travail, santé [au] travail. Le débat est ouvert !

Au quotidien, dans la presse ou dans le vocabulaire courant on parle de la santé du marché du travail, du marché immobilier, du marché de l’art ou du marché obligataire mais également de la santé du futur, du monde ou encore de l’internet.

Dans l’univers économique et social, le triptyque « Performance, Santé, Travail » est devenu aujourd’hui selon les parties prenantes, une nécessité, un projet et, parfois, un objet de méfiance. Pour ses défenseurs, il s’est métamorphosé en truisme, c’est-à-dire en vérité trop évidente pour devoir être énoncée et encore moins questionnée.

Pourquoi ne pas questionner la santé du travail avant de s’intéresser à celles des femmes et des hommes au travail ? Ces derniers ne sont en quelque sorte que les sous-traitants de ce travail. Ainsi la santé des seconds dépendrait directement de la santé du premier.

Au cœur d’un paradoxe

On pourrait prendre l’exemple relativement récent (2014) de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) Rhône-Alpes qui, sur ces questions, a fait un travail fouillé, produit collectivement qui a reçu un franc succès et qui a abouti à une publication de qualité intitulée « Bien-être & performance économique. Le sens et la reconnaissance au cœur de la performance » http://auvergne-rhone-alpes.direccte.gouv.fr/Bien-etre-au-travail-et,14452

Soucieux de préciser leurs perspectives les auteurs dès le début du dossier (P. 7) annoncent le « Choix du vocabulaire » ; sauf qu’ils limitent ce dernier à la seule définition du « bien-être » ; sauvés par celle de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail de Montréal (IRRSST).

Dans ses conditions on peut penser, en premier lieu, que les autres termes (sens, reconnaissance et, surtout, performance) relèvent de l’évidence ou alors, et c’est mon hypothèse, qu’ils sont trop vastes, flous et complexes pour s’y aventurer. Il valait mieux ainsi s’en tenir à un discours généraliste et consensuel plutôt que d’investir les zones d’ombres de la performance et de ses incidences sur la santé au travail.

La grande évolution que je daterais volontiers de la terrible période des suicides chez France Télécom et Renault provient d’une prise de conscience que le travail est fait par des machines et des humains mais que les humains ne sont pas des machines mais des femmes et des hommes qui « font le boulot » et qui « aiment le travail bien fait » (Clot). Ils s’y engagent pleinement à titre individuel et collectif et en souffrent trop souvent (Dejours).

Corollaire de la nouvelle place donnée au travail, à l’humain au travail, et aux activités qui en découlent, on voit se développer une (r)évolution lexicale où la prévention des risques professionnels, l’hygiène et sécurité et la logique assurantielle s’efface devant la construction de la santé et de la sécurité au travail dans une logique de gouvernance, d’engagement et de responsabilisation des parties prenantes (Boras, Masse. 2016). De même on peut questionner le champ trop limitatif de l’évaluation des risques professionnel et lui préférer celui de l’évaluation des risques au travail (Masse, 2018).

On peut donc être très satisfait de ce processus et des bénéfices que chacun pourra en tirer. La santé au travail trouve bien actuellement sa place dans l’économie, le droit, les relations sociales, les relations socioprofessionnelles… La mise en place des CSE en constitue un récent exemple significatif.

Et si la santé au travail ne faisait consensus, au bout du compte, que pour laisser les choses en l’état ou, à tout le moins, pour ne pas trop les bousculer ?

Et si la santé [au] travail dépendait de façon primordiale de la santé [du] travail ?

Partant des travaux d’Yves Clot « Le travail est malade, enflammé et éteint à la fois », Thierry Viallesoubranne, Secrétaire de l’Établi du travail humain en Nouvelle Aquitaine, Co-président du congrès SELF 2018 et militant CGT, a assumé de s’interroger sur une conception collective d’une définition de la Santé du Travail sur la liste de diffusion francophone sur l’ergonomie Ergoliste le 18 novembre 2017.

Il a précisé son propos en formulant une hypothèse : le travail a une santé et l’état de santé du travail a un impact sur l’état de santé des travailleurs. L’absence ou la dégradation de la santé du travail se matérialiserait par des troubles dans l’entreprise et la santé des travailleurs serait subordonnée à ces troubles. Il se demande enfin s’il est opportun de créer cette définition de la santé du travail et offre cette question en partage à ses pairs.

S’il existe un questionnement voire un certain consensus pour établir que le travail est malade, en quoi, effectivement serait-ce illégitime, contradictoire de s’enquérir de la santé de ce travail ? A moins que ce ne soit l’illustration d’un paradoxe fondateur : le travail est malade mais cette maladie ne relève pas d’une question de santé. Dans ces conditions quels sont les déterminants de ce travail malade et de cette maladie si le malade n’a pas de problème de santé ?

Cela demanderait certainement de (re)questionner les définitions de la santé et du travail. Les analogies sont toujours un peu risquées, mais n’est-ce pas la distinction que l’on pourrait faire entre la médecine d’urgence (qui répond à des problèmes compliqués à court-terme) et de la médecine chinoise (qui répond à une approche complexe et plus durable) ?

La perspective m’a semblé judicieuse parce que décalée de la doxa santé-travail. En premier lieu, j’ai retenu des échanges que la question est pertinente, qu’elle partage des ergonomes et que certains sont prêts à en débattre. Mais, j’ai également vu, en second lieu, la pensée obtuse des spécialistes qui n’arrivent à prendre du recul et qui s’enferrent dans des considérations techniques hors propos. De mon point de vue, ces derniers n’ont qu’un seul souci : la préservation de leur pré carré économique et disciplinaire.

Inverser la subordination

La santé est-elle un objet qu’on examine, protège, transforme en soi ? La santé est dans le travail et si on reste sur un niveau symbolique ou conceptuel pour comprendre avant d’agir, ne serait-il pas judicieux de questionner la santé du travail pour améliorer la santé au travail ?

Ces questions en amènent d’autres plus rudes : et si la compréhension en amont de la santé [du] travail exigeait de se passer des ergonomes, des préventeurs, des psychologues… ou encore des médecins du travail et, par voie de conséquence, de trouver de nouvelles voies d’expression ?

Partager des analyses sur la question reviendrait alors en matière de construction de la santé et de la sécurité au travail à se demander si la clé d’entrée prioritaire est d’agir sur la santé [au] travail ou plutôt d’identifier et de reconnaître les déterminants de la santé [du] travail.

Dans cette perspective, nous pourrions alors considérer que ce n’est pas le bien-être au travail qui fait la performance mais que c’est la recherche de la performance qui doit intégrer en permanence la recherche de la qualité de la santé [du] travail pour assurer la qualité du travail et la qualité de vie au travail.

Et tout compte fait, ceci relève de la responsabilité sociétale, sociale et environnementale des employeurs privés et publics.

Références

Bonita, R. Beaglehole, R. Kjellström, T. (2010). « Prévention primordiale ». Dans Éléments d’épidémiologie. Genève : Editons de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). 2e édition.

Boras, K. Masse, M. (2016). Santé-Travail, une porte d’entrée vers la Responsabilité sociale de l’État-employeur ? Editions eQuickreads. http://fr.calameo.com/read/00293055812d6517ee673.

Clot, Y. Gollac, M. (2014). Le travail peut-il devenir supportable ? Paris : Armand Colin.

Masse, M. (2017). « Travail réel et sante-sécurité au travail ». Dans Techniques hospitalières. Dossier Ressources humaines Santé et qualité de vie au travail. Novembre-décembre. N° 767. PP. 13-17.

Masse, M. (2018). Risquons la sécurité du travail. Évaluer, démystifier, reconfigurer. Saint-Denis : Aparis. Edilivre. https://www.edilivre.com/risquons-la-securite-du-travail-max-masse.html/.

Viallesoubranne, T. (et al.). (2019). Faut-il passer de la Santé AU Travail à la Santé DU Travail ? Dans 54ème Congrès de la SELF. Tours. Axe 5, santé et risques professionnels. Page 17. https://ergonomie-self.org/wp-content/uploads/2019/09/self-019-prsentation-ateliersparaxe-020919.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.