Professionnalisation, émancipations institutionnelles et altérité

Mohamed Hassan. Pixabay

L’hygiène et la sécurité du travail dans la fonction publique (1974) et la formation professionnelle des fonctionnaires (1989) constituent de longue date des enjeux à forte prescription institutionnelle, respect de l’ordre public social pour l’une et formation professionnelle tout au long de la vie pour l’autre. Or la « relation entre les gens et les choses qu’ils nomment n’est jamais statique » (Douglas), elle se situe au sein d’un système en évolution. Aujourd’hui, une fois encore, ces champs de savoirs et de pratiques ouvrent la voie, par les changements de paradigmes et de cultures qu’ils induisent, à de nouvelles innovations depuis qu’ils sont énoncés en termes de « santé et sécurité au travail » (2009) et de « professionnalisation » (2007).

A travers les exemples de la volonté (Alter) de création d’une Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (SSTFP) au sein d’un institut de formation (FP Etat) et des évolutions d’une de ses formations, cette contribution se fixe pour ambition d’illustrer imbrications et liens de causalité entre portée productrice d’une innovation institutionnelle et portée institutionnelle d’une innovation issue du dialogue social. Ainsi, il s’agira de comprendre comment, à partir de l’institutionnalisation d’une activité (création Mission) et d’un processus (réforme dispositif), les innovations apportées ont été instituées en étant intégrées dans les préconisations de l’accord du 20 novembre 2009 sur la santé et la sécurité au travail dans la fonction publique).

Ces processus, entre don et calcul (Alter), seront étudiés à travers notre regard rétrospectif/prospectif de responsable de cette Mission et de cette réforme étant engagé simultanément dans une démarche institutionnelle de mise au jour de la SSTFP (contribution) et de légitimation de notre posture de recherche à travers la construction d’un terrain et d’un objet à l’aide d’une démarche abductive (rétribution)).

En faisant entrer la recherche dans notre activité professionnelle, nous avons pris nos distances vis-à-vis des mondes du travail et de la formation tout en les réinvestissant grâce une démarche de théorisation en action en vue d’accéder à une nouvelle empirie et un nouveau questionnement laissant ainsi un espace d’innovation et des perspectives heuristiques pour ses travaux. Cette double dimension exclusive et inclusive a été envisageable du fait de la méthodologie employée : l’hypothèse a été faite de ne pas choisir entre participation observante et observation participante mais plutôt d’interroger systématiquement la nature et le statut du matériau au moment où il est advenu comme tel dans ces deux postures ; la production écrite étant assumée comme provisoire, précaire, ré interprétable (Hughes) au fil des interactions par le professionnel et le chercheur.

Par-delà la fonction d’autolégitimation institutionnelle que la création de la Mission et la réforme du dispositif ont permis, cet institut s’est inscrit par anticipation dans un plus large processus induit par l’accord précité. On peut penser que cette légitimation et cette précoce avancée ont favorisé à court terme son propre développement mais seront pour les protagonistes sources d’innovation à moyen terme en termes de gouvernance (facilitation du dialogue social) et de contrat didactique (dynamisation des apprentissages professionnels) et par delà seront sources d’émancipation et de nouvelles figures institutionnelle dans leur rapport à l’altérité.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.