Professionnalité, professionnalisation et éthique : quel engagement ?

rdaconnect. Pixabay

Université de Rouen. laboratoire CIVIIC – AXE 2 « Valeurs et Idées ». Journée d’études, ÉTHIQUE ET ÉDUCATION, vendredi 11 janvier 2013

APPEL À COMMUNICATION

Le mouvement de professionnalisation, qui s’est développé dans le monde occidental depuis les trente dernières années, relève avant tout d’une intention sociale dont l’idéologie fait écho à une économie de marché allant de pair avec une décentralisation politique et organisationnelle (Wittorski, 2007). Ce mouvement s’accompagne d’une sorte de transfert de responsabilité des institutions politiques et administratives à l’individu, sommé de devenir efficace et performant ; mieux, « entrepreneur » de lui-même, comme le précise Ehrenberg (1991, 275) définissant ainsi un type d’acteur devant trouver en lui-même ses propres repères. Dès lors, les interrogations éthiques ne manquent pas aujourd’hui de réapparaître. Mais, s’agit-il d’un « retour », d’une « redécouverte » ou bien de questions nouvelles ? S’il s’agit d’un retour, nous pourrions nous demander : de quoi est-il le symptôme ? Manques et/ou impuissance ; de qui, de quoi, en vue de quoi ?

C’est dans ce contexte qu’il paraît opportun de revenir sur la question de la professionnalité et de la professionnalisation dans les champs de l’éducation et de la formation du point de vue de l’éthique. Nous savions que, du point de vue des normes, l’univers des professions était encadré par des codes de déontologie spécifiques à chacune d’entre elles permettant de normaliser, structurer, organiser, identifier et garantir l’exercice professionnel. Mais, depuis peu, la référence à l’éthique s’est ajoutée à celle plus traditionnelle de la déontologie au risque de modifier l’exercice professionnel lui-même. Dès lors, dans la rhétorique institutionnelle, et parallèlement au souci politique, le recours à de nouvelles dénominations telles que : « éthique professionnelle » ou « éthique appliquée » n’est pas sans interroger le sens donné au terme « éthique ». Comment en effet penser une éthique en dehors même de la praxis et de l’action ?

Sans doute, d’ailleurs, ces nouvelles appellations sont-elles l’expression de la montée en puissance des comités d’éthique et autres commissions éthiques qui sont le fait de professionnels s’emparant des questions vives d’ordre éthique. Compte tenu de cette évolution relative à la pratique et aux obligations professionnelles, la question de l’engagement ne manque pas de se poser, notamment dans l’univers de l’éducation, du soin et de la formation, d’autant que la professionnalisation se comprend également sous l’angle d’une négociation identitaire entre « identité pour soi » et « identité pour autrui » (Kaddouri, 2005).
En effet, l’exercice d’une « éthique professionnelle » suppose l’observation d’un certain nombre de scrupules, de précautions, d’observations, d’attentions, etc., qui, même s’ils sont adossés à une réflexion théorique portant sur les valeurs et les principes fondamentaux des normes morales, n’en déterminent pas moins un engagement de l’individu. Les responsabilités professionnelles de l’enseignant, du formateur ou du soignant conduisent ces derniers à opérer des choix et à prendre des décisions qui les impliquent personnellement.

Ainsi, c’est cette dimension « d’implication personnelle », en tant qu’elle est synonyme de l’engagement, que nous souhaitons interroger ici : si et dans quelle mesure la dimension de professionnalisation la requière ? et, si oui, quelles en sont les formes et comment peut-on contribuer à son développement ou son éducation ?
Nous pensons que les problématiques professionnelles rencontrées au quotidien dans les métiers de l’humain ne manquent pas d’interroger ce qui doit être fait, ou encore, ce qu’il conviendrait mieux de faire.

De là, un ensemble de questions formulées ici à titre indicatif :

1/ Faut-il tout d’abord être engagé et dans quelle mesure la professionnalisation comme la professionnalité exigent-elles un engagement ? La professionnalisation ne requière-t-elle pas plutôt une certaine distance à soi ou une certaine objectivation de nos façons d’être et de parler qui précisément a pour sens de limiter voire de refouler toute dimension personnelle ? N’y a-t-il pas également un sens à dire que l’engagement a ou pourrait avoir pour orientation ce souci même de professionnalité ou de neutralisation de soi ? Dans quelle mesure cette objectivation quasi technique de soi peut-être aujourd’hui souhaitée et objet d’une certaine valorisation ? Quelles sont nos raisons d’y attacher de l’importance ? Quelles sont celles de nous en méfier ?

2/ Dans quelle mesure, à l’inverse, la notion d’engagement reprend-elle, sans le dire, les notions anciennes de « vocation » ou de « mission », par lesquelles on souhaitait équilibrer l’exigence de professionnalisation ; pourquoi ces derniers termes sont-ils alors pour nous impossibles ? Doit-on dire que la notion d’engagement vise à en retrouver l’idée, alors même que son sens politique semble aujourd’hui absent ?

3/ Les notions « d’accompagnement », de « conseil », si importantes aujourd’hui dans la relation à autrui sont-elles pensables selon ce souci d’une objectivation quasi technique de soi, si cela définit bien la professionnalisation ? Ou bien au contraire nous invitent-elles à repenser la professionnalisation au-delà de ce premier aspect et à sortir de la distinction « professionnalisation – vocation » ?

Quatre directions peuvent être envisagées dans le cadre d’une réflexion sur l’éthique professionnelle :

A/ Jusqu’où peut-on et doit-on s’engager ? Jusqu’où peut-on nous obliger à nous conduire éthiquement ?

B/ Quelle part accorder à la subjectivité de l’agent ? Jusqu’où est-elle contrainte ? Jusqu’à quel point est-elle « libre » ? Qu’en est-il du « souci de l’autre » ?

C/ Est-il bon de toujours s’engager ? N’y a-t-il pas un risque de « sur-engagement », lequel risque de succomber à l’inefficience de l’activisme ?

D/ L’engagement permet-il, à lui seul, de définir le professionnel comme agent moral ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.