Professionnaliser durablement : agir, pour, avec et malgré autrui

Cette billet se fixe pour objectif de porter un regard rétrospectif et analytique sur la genèse, le cadre épistémologique et le point de vue d’un praticien chercheur qui a favorisé l’intégration d’une dimension anthropologique dans la conceptualisation d’un dispositif de professionnalisation à partir et dans le cadre d’une action recherche.

Cette dernière a été ainsi regardée comme un cheminement intra et intersubjectif affectif, cognitif et social particulièrement fertilisateur. En nous appuyant sur une posture de participation observante et d’observation participante et au sein de méthode abductive, nous avons expérimenté et étudié le cas singulier d’un dispositif interministériel de formation professionnelle statutaire obligatoire et préalable à la prise de poste dans la fonction publique de l’Etat en France (6 promotions soit une centaine de stagiaires depuis 2006). Il y est question de former des futurs professionnels et de favoriser l’émergence d’une inter-culturalité et la construction d’une professionnalité construites autour des compétences socio-professionnellement attendues par la fonction publique mais également par le groupe professionnel des ISST.

En qualité de professionnel de la formation et chercheur impliqué dans la conception du dispositif, nous avons pensé la professionnalisation comme un contrat didactique intergénérationnel et nous avons mobilisé une ingénierie de la rencontre (humanisme du divers).

A travers l’évolution, la transformation et le développement d’identités individuelles et collectives, les constructions et transactions sociales de sujets praticiens apprenant dans leur humanité, dans leurs interactions sociales et avec le milieu, nous avons considéré que la professionnalisation a pour objet non seulement de féconder de l’humain sur le champ de la formation mais aussi de faire grandir l’espèce professionnelle dans le domaine du travail.

D’une certaine manière, l’activité développementale et transformationnelle individuelle des personnes et collective dans les interactions au sein des promotions de stagiaires a été rendue possible par la dimension développementale et transformationnelle que propose la professionnalisation. 

Elle se révèle dans les temps imbriqués du travail et de formation dès lors qu’il a été assumé non pas d’agir temporairement sur les stagiaires mais durablement pour, avec et, parfois, malgré eux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.