La cohésion sociale a-journée ?

 

« Au moyen-âge un passant avise trois ouvriers au travail. Au premier il demande : « Que fais-tu ? » « Je taille des pierres pour gagner ma vie » lui répond-il. Au second, il pose la même question. « Je monte ce mur de soutènement avec les ouvriers de mon équipe, ce qui consolidera l’édifice » assure ce dernier. Le passant repose alors la même question au troisième ouvrier. Ce dernier lui affirme : « Je construis une cathédrale ! ». D’après un article de P.E. Sutter.

 

La cohésion sociale constitue un enjeu sociétal pour réussir à équilibrer les relations, les valeurs pour créer de l’unité et de la réciprocité dans un groupe de référence ; dans le monde de la formation, qui ne sera pas traité ici, on parle d’« apprendre ensemble dans une perspective socioconstructiviste » (1). Dans l’univers du travail, cette recherche de cohésion passe aujourd’hui en particulier par l’organisation de journées dédiées à cet effet (2). Si dans un projet donné pour un groupe restreint de personnes, il peut en être différent, qu’en est-il quand c’est l’ensemble du collectif de travail qui est convoqué ? Les instances dirigeantes doivent-elles alors interpeller les femmes et les hommes qui font le travail pour plus de cohésion sociale ou doivent-elles questionner leur propre attitude sociale. Tel est le propos de cet article.

La cohésion sociale : une équation d’équilibre

Dans son sens étymologique originel (3), cohésion provient du supin de cohaerere « être attaché ensemble ». Le mot a été forgé pour désigner la force par laquelle les molécules des corps adhèrent entre elles. Il s’est répandu au XIXème s. avec le sens figuré d’« union, unité » indiquant le caractère de solidité d’un lien logique. Il s’applique également à un groupe d’humains dans l’action (cohésion d’une équipe, d’un gouvernement).

Quand elle fondée sur les principes du Conseil de l’Europe (4), la cohésion sociale existe grâce à la prééminence du droit et sa légitimation à travers l’ensemble des droits de l’homme et la démocratie comme exercice collectif et participatif. Elle s’affirme avant tout comme un concept politique, qui s’avère fondamental pour mettre en perspective le « projet » soutenant toute société moderne, ouverte et plurielle qui se veut légitime et qui se donne la capacité d’assurer de façon durable le bien-être de tous ses membres, incluant l’accès équitable aux ressources disponibles, le respect de la dignité dans la diversité, l’autonomie personnelle et collective et la participation responsable.

Selon Alain Vulbeau (5), le terme de « cohésion sociale » est à la fois une notion et un concept. Dans le premier cas, il s’agit d’un mot d’ordre des politiques sociales pour désigner une solidarité actualisée ; dans le second, le vocable fait référence à un concept sociologique (issu du 19ème siècle).

La cohésion sociale est présentée comme une « équation d’équilibre » entre les membres de sociétés marquées par l’individualisme et l’organisation rationnelle. La cohésion sociale serait un échange réciproque entre des membres d’une société (à l’image du don). La cohésion sociale devient une notion à partir du moment où on l’emploie pour définir un objectif de politique sociale qui demande un certain nombre de services ou de dispositifs.

Dans les politiques sociales, l’objectif fort de la cohésion sociale est celui de lien social. Avec la cohésion sociale, on peut faire l’hypothèse qu’il s’agit surtout de faire « tenir ensemble » les différentes composantes de la société, en faisant en particulier de la participation, un des moyens de l’action. Plus précisément, elle assure l’unité des membres d’une société grâce à des valeurs, des lois, des normes, des règles acceptées par tous et destinées à renforcer les liens sociaux.

La journée de cohésion sociale : un syndrome

Dans le monde du travail pour faire vivre cette dimension participative, pour favoriser l’implication, la motivation, l’engagement, l’appartenance, la confiance… et pour donner du cœur à l’ouvrage sur fond de performance durable. Alors on organise des évènements collaboratifs appelés « journées de cohésion sociale ». Suivant les organisations, il sera question de créer un climat positif, d’apprendre à se connaître, de bien vivre ensemble, de créer de la convivialité, de réfléchir de concert, de collaborer à des projets, d’identifier les bonnes pratiques mais également de retrouver le sens de l’urgence, le focus sur l’objectif, le sens des priorités…

S’il est constaté un manque ou un besoin de cohésion dans une entreprise, dans une administration et dans le travail, on notera que la responsabilité en revient toujours, par nature et par destination, aux équipes et/ou aux travailleur(e)s rebaptisés à l’occasion, à titre collectif comme capital humaine et, à titre individuel, comme collaborateurs/trices. Ces dernier(e)s à l’évidence n’étant que des conservateurs/trices, des individualistes qui refusent d’échanger, de partager de progresser ou encore de développer des idées nouvelles.

La cohésion sociale est devenu aujourd’hui un produit et pour la faire vivre, il faut du sensationnel, de l’insolite, de l’inédit et, si possible, de l’anglicisme (6). Alors on peut se plonger dans le challenge d’équipes, les émotions positives et la recherche du 6ème sens mais également dans les projets d’open innover, de design thinking, de coworking, de worklab, d’intrapreneurship, de team tonic service, de horse training, d’equicoaching, d’incentives, d’icebreakers, de speed meeting et de team building ou encore plus prosaïquement dans le théâtre, la peinture, la musique, la cuisine mais sans oublier les grands « classiques » : stage de survie, saut à l’élastique, fond d’océan ou autre simulateur de vol. Au risque du bon mot, de l’amalgame voire de la généralisation caricaturale, ces jeux restent-ils bien sérieux quand leur première (seule ?) finalité prend le risque de les abaisser à se substituer aux projets des instances dirigeantes ou, parfois, de combler le vide de pensée et d’imagination de ces dernières ?

Dit autrement et sans oublier que tout cela est aussi affaire de business pour les agences de communication événementielle, la question n’est pas d’invalider par principe la qualité, la richesse, la pertinence… des offres mais plutôt de questionner les demandes, leurs origines, leurs partages entre les parties prenantes et parfois, leur vacuité et dans ce dernier, l’effet placebo de ma mobilisation du collectif de travail. On pourrait nommer cela le « syndrome des risques psychosociaux ».

Car la cohésion sociale n’est-elle pas remise en cause chaque fois qu’elle repose sur des discours, sur des artifices communicationnels, sur l’illusion des groupes festifs qui masquent le plus souvent les lacunes du management aussi bien dans ses idées que dans ses projets et leurs réalisations ? La journée de cohésion sociale ne devient-elle pas ainsi qu’un artefact qui :

– camoufle le vide des démarches d’évaluation des risques au travail et les carences du document unique ;

– masque l’indigence des plans de prévention des risques psychosociaux ;

– saupoudre des ersatz de qualité de vie au travail ;

– sert, in fine, d’alibi et de bonne action aux instances dirigeantes ?

Enfin, les activités culturelles, gastronomiques, sportives… ne relèvent-elles, d’une part, des associations professionnelles et, d’autre part, de la vie privée mais, dans tous les cas, du libre choix des femmes et des hommes qui sont concernées ?

Dans ces conditions, la journée de cohésion sociale relève du syndrome : elle illustre un ensemble de signes, de comportements qui révèlent et manifestent un état d’esprit, une manière de penser et une certaine manière d’agir de ces instances dirigeantes. Et plus spécifiquement dans le travail, qu’en est-il de cette cohésion sociale ?

La cohésion sociale et le travail réel

Dans le travail, la cohésion sociale se fonde également dans un projet politico-stratégique (département ministériel, collectivité) ou un projet d’établissement (établissement public), c’est-à-dire un dessein partagé, une ambition collective, la volonté d’accomplissement d’une équipe…. Elle se dynamise au quotidien au fil des tâches et des activités et des itérations réflexives, des phases d’avancée et de maturation. Mais dans ces conditions, peut-être que la « journée de cohésion sociale » possède un autre nom, moins ronflant, qui relève de moins d’événementiel et de superficiel mais qui comprend plus d’efficience, de reconnaissance et de durabilité quand on sait s’y prendre : on appelle cela une « journée de travail ». Une journée de travail, c’est un espace-temps de 8 à 10 heures pendant lequel :

– on se dit : « Bonjour », « Comment ça va ? »… ;

– chacun se respecte dans un esprit d’équipe et un travail reconnu ;

– les liens se créent dans les projets comme dans le travail en train de se faire et de se vivre ;

– les ordres et les organisations ne suivent pas les contre-ordres et les désorganisations ;

– le temps nécessaire et les marges de manœuvre sont donnés pour se connaître et bien faire son travail ;

– des réunions d’équipes, de service, d’encadrement sont programmées, articulées ;

– le travail est mis en débat le travail grâce à des espaces de discussion, des retours d’expérience, des analyses de pratique ;

– le dialogue social est riche, vif, constructif, inventif ;

– des dispositifs de professionnalisation ensemblier, intégratif, ensemblier sont proposés pour acquérir des connaissances nouvelles et développer des compétences individuelles et collectives diversifiées.

Ce travailler et vivre ensemble sereinement dépendra selon Odette Simoneau (7) « de l’état d’esprit des gens, de leur disponibilité et donc de leur attitude. Ceci est la base du succès. Il ne s’agit plus de stratégie mais de philosophie qui donnera une orientation naturelle à l’organisation. Selon elle, les dirigeants sont les premiers responsables et doivent être disponibles et inspirants ce qui donnera éventuellement le ton à l’organisation qu’ils dirigent. ». Selon nous, il dépendra en complément d’orientations, d’objectifs et de décisions stratégiques innovantes, humaines, débattues et partagées ; c’est-à-dire d’une certaine attitude sociale des instances dirigeantes, des administrateurs/trices, des élu(e)s….

L’attitude sociale : un don / contre-don

L’attitude correspond à un état d’esprit de la personne face à une situation au regard d’une ou plusieurs valeurs et en fonction d’une expérience antérieure. L’attitude est construite à partir des connaissances de la personne, de ses sentiments et de sa capacité à entrer dans l’action.

Introduite à la fin du XXème siècle en psychologie expérimentale et rapidement devenu une des concepts centraux de la psychologie sociale, la notion d’attitude qualifie une disposition interne de l’individu vis-à-vis du monde social (groupe social, problème de société…) orientant la conduite qu’il adopte en présence, réelle ou symbolique, de cet élément (8).

L’attitude sociale c’est également une manière d’être responsable vis-à-vis de soi-même, des autres et de la société ; dit autrement, c’est un certain rapport à l’altérité. Elle comporte du visible et du caché, du conscient et de l’inconscient. En fonction de l’importance de la stimulation sociale l’attitude va varier et va guider les comportements. Mais c’est également une opportunité pour identifier et dire le rôle à jouer et reconnaître ce qu’elle permet de recevoir ; c’est une base et une clé de réussite qui relève de la dynamique du don/contre-don. Les relations socioprofessionnelles et le dialogue social constituent un des points d’orgue de cette attitude sociale.

L’attitude sociale ne préexiste pas à la cohésion sociale elle l’accompagne et l’enrichit. Alors pour réussir la cohésion sociale faut-il l’a-journée, l’aménager ou changer d’attitude, c’est-à-dire changer de projet, de discours et porter un autre regard sur le travail et les travailleurs/euses ?

In fine « Il faut que les bottines suivent les babines » (9)

 

1 Cf. D. Cristol. Apprendre autrement. http://4cristol.over-blog.com/2016/01/apprendre-ensemble-une-perspective-socioconstructiviste.html

2 On pourrait faire le parallèle avec la journée du handicap, de la faim dans le monde, de la femme, de la gentillesse, des gauchers…

3 Dictionnaire historique de la langue française. Le Robert. 1998. P. 794.

4 Conseil de l’Europe. Élaboration concertée des indicateurs de cohésion sociale. Guide méthodologique. Juin 2005.

5 Alain Vulbeau, « Contrepoint – Cohésion sociale et politique sociale. », Informations sociales 1/2010 (n° 157), p. 17-17. URL : www.cairn.info/revue-informations-sociales-2010-1-page-17.htm.

6 A contrario on pourra s’intéresser à la démarche appréciative, version française de l’Appreciative Inquiry qui s’intéresse en priorité au projet et qui consiste à chercher et s’appuyer sur ce que l’on peut trouver intéressant dans un projet positif et cela même dans un contexte difficile. Jean Pagès. http://ifai-appreciativeinquiry.com/

7 Fondatrice du Groupe entreprises en santé www.groupeentreprisesensante.com/. Conférencière et consultante en santé à Québec. http://www.encore-elle.com/. Entretien 22 février 2016.

8 Roland Doron,  Françoise Parot, Dictionnaire de psychologie, PUF, Quadrige, 2004, p. 67.

9 Expression québécoise populaire, auteur inconnu


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.