La professionnalisation : un mouvement spiralaire ? Regards croisés d’un professionnel-chercheur

À partir de l’expérience singulière d’un praticien de la formation et d’un chercheur en Sciences de l’éducation, cet article se fixe pour ambition la mise en évidence de la dynamique créée par une posture assumée : la complémentarité entre exigence du praticien réfléchi et rigueur du chercheur impliqué, à travers l’exemple de la conceptualisation d’un dispositif de professionnalisation d’adultes et d’une action-recherche.

La professionnalisation sera comprise comme un mouvement spiralaire, au sein d’un processus de transmission intergénérationnelle de professionnalités qui ne sépare plus exigences institutionnelles, sociales et scientifiques.

Il apparaîtra que la dimension heuristique de cette expérience a été tributaire de cette double posture et que la tension occasionnée a été vécue comme une force et non comme un égarement scientifique.

« Le chercheur en sciences sociales est en même temps homme et femme socialisé, avec une expérience personnelle de la société qu’il étudie. De plus, il ne peut pas ne pas être porté par ses valeurs. C’est dire qu’aucun regard de chercheur, aucun résultat de recherche n’est neutre. À partir de là, les choses deviennent un peu relatives, les attentes de vérités absolues tombent. Autrement dit, il est couramment admis aujourd’hui que l’observateur fait partie de son champ d’observation, qu’il est pertinent d’étudier et d’élucider sa position, de la rendre visible, plutôt que de prétendre à sa neutralité, son invisibilité mythique », (Ruth Canter Kohn, 2001)

Pour continuer : http://www.revue-interrogations.org/+-professionnalisation-+

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.