De la reconnaissance (externe) : remerciements

« Plutôt que de mettre son énergie à refouler ses convictions, le professionnel de l’intervention tirerait grand profit à se mettre au clair avec celles-ci. […] ce qui est explicité est moins sourdement agissant et plus facile à contrôler que l’insu. L’intervenant ne doit pas travailler dans l’illusion qu’une neutralité-absence est profitable à son client. Pour avancer dans sa réflexion, le client incarné a besoin non pas d’un intervenant-absent, mais d’une consistance sur laquelle s’appuyer et qui lui offre une résistance rassurante. L’exercice de la résistance est une fonction majeure de l’intervention clinique ; ses points d’application et son dosage sont plus utiles à acquérir que la crispation sur l’obligation de neutralité« . Guy Jobert, Education permanente. N°214 – 2018-1

Dans son Habilitation à diriger des recherches (1998. P. 54-64), G. Jobert (Chaire de formation des adultes du Cnam-Paris) tente une définition de la reconnaissance et site C. Dejours « La reconnaissance est la rétribution fondamentale de la sublimation » (Dejours, 1990. p. 695). Pour préciser son propos il s’appuie sur une définition de la sublimation, issues des travaux de Freud « nous désignons comme sublimation une certain sorte de modification du but et de changement d’objet dans laquelle entre en considération notre évaluation sociale » (Inhibition, symptôme et angoisse. Paris. PUF).

Jobert considère que le concept de sublimation permet de dialectiser l’individuel et le social et de suivre le destin de la pulsion, depuis son émergence jusqu’à sa satisfaction ou son échec à travers la reconnaissance sociale dans la sphère publique. Au cœur de la dialectique individuel / social se situe donc une polarité reconnaissance / non reconnaissance qui décide du destin de la pulsion (satisfaite ou non satisfaite). Il s’appuie également sur les travaux de la psychodynamique du travail pour affirmer que :

– à partir des trois mondes hégéliens (objectif, subjectif, social), C Dejours a construit le triptyque : EGO (le sujet) / AUTRUI (collectif ou communauté d’appartenance) / REEL (au sein de la réalité celui qui se fait connaître au sujet par sa résistance à son savoir-faire, sa connaissance, sa science). Il examine de quelle façon ces termes s’articulent et dans la dialectique EGO / AUTRUI il interroge le fait que « le sujet éprouve le besoin de valider que le rapport singulier qu’il a noué avec le réel n’est pas son seul fait mais qu’il est partagé ou partageable avec autrui, qu’autrui va reconnaître le bien fondé de ce qu’avance ou agit le sujet » ;

– « Le cheminement identitaire part de l’énergie pulsionnelle, passe par la reconnaissance de la contribution socialement utile du sujet puis fait retour vers celui-ci pour l’intégrer à une communauté culturelle en l’assurant de la validité du rapport au monde que donne à voir son travail »

Semble émerger ici une tension / évaluation entre le sujet, son collectif de référence et le rapport qu’ils entretiennent au réel.

On pourrait peut-être parler en matière de professionnalisation, de transmission et d’acquisition de compétences individuelles et collectives qu’il existe une tension / évaluation entre l’apprenant, l’organisme de formation et le terrain professionnel et leurs rapports au travail et au savoir. M. Develay se référant à Freud rappelle qu’« apprendre, c’est investir du désir dans un objet de savoir » (Develay, M. (1996). Donner du sens à l’école. P. 46).

Dans « L’intelligence au travail » P. Carré et P. Caspar (2004. P358) nous disent que « Lorsqu’un travailleur dit « Ici, on n’est pas reconnu », il entend que son engagement subjectif dans l’activité industrielle ne lui procure pas seulement un salaire apprécié dans un échange marchand mais lui ouvre également l’espace d’une construction identitaire par le moyen d’une reconnaissance sociale de sa personne. »

G Jobert dans ce dernier cas revisite en quelque sorte sa définition de la reconnaissance ; il l’aborderait plus par ce qu’elle n’est pas ou par la nécessaire identification des conditions de sa non émergence qui lui permettent ensuite de dire ce qu’elle est. Il me semble nécessaire de préciser qu’il s’agit ici de la reconnaissance au travail.

En d’autres termes, on pourrait dire qu’il est possible de parler de la reconnaissance en contrepoint c’est-à-dire à partir du moment où on a identifié qu’elle est absente (à l’instar du contrat didactique).

* Je propose une approche complémentaire de la reconnaissance à partir de mes questionnements et tentatives de modélisation autour du contrat didactique et de la professionnalisation.

La (non) reconnaissance est un processus de satisfaction / insatisfaction qui dépend de l’équilibration majorante / péjorante de pulsions et de désirs socialisée par les tensions entre contributions et rétributions individuelles et collectives de type identitaires, économiques et sociales.

Ce processus intervient, par ailleurs, au sein de ce que j’appelle une méta subordination (juridique, économique et sociale pour la relation de travail, didactique et pédagogique en matière de professionnalisation).

D’un point de vue plus large (quasi anthropologique), la reconnaissance proviendrait plus spécifiquement d’une évaluation entre contributeur et « rétributeur » qui se placent dans des logiques incertaines entre don / contre / don et donnant / donnant dans leur rapport au travail (et à ses conditions de réalisation) et aux savoirs (et à leur condition de transmission et d’acquisition).

Tout dépend ensuite :

– s’il existe un ou plusieurs « rétributeurs » ;

– sur quels champs ils exercent cette rétribution, à quel titre ils l’exercent ou pas et en la fondant sur quels valeurs, objectifs, critères, indicateurs ;

– si la rétribution des uns est reconnue par les autres ;

Je suis extrêmement conscient de la chance que j’ai eu de travailler, débattre, écrire… avec vous : collègues des trois versants de la fonction publique, responsables syndicaux, publics de colloques, de conférences…, partenaires et interlocuteurs de la SST de tous types et de tous statuts, organisateurs/trices de congrès-salon, consultants et collègues du Cirnef (ex CIVIIC).

Je vous suis extrêmement reconnaissant de votre confiance, de votre écoute, de vos sollicitations, de vos encouragements et de la reconnaissance externe que vous avez attribués à mon travail et je vous en remercie sincèrement.

Max Masse. Janvier 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.