Le risque psychosocial : du faux sur fond de vrai

Depuis la fin des années 2000, la question des RPS (RPS) est devenue une réalité quotidienne pour les salariés comme pour les fonctionnaires et agents publics du monde du travail en France et ailleurs. Elle constitue un sujet et un objet de préoccupation sociétale au regard des nombreuses parties prenantes institutionnelles qu’elle mobilise dans le secteur public comme dans le secteur privé (Etat, Parlement, Organisations syndicales, Acteurs/trices de la prévention des risques professionnels, Universités). Autrement dit, occupant le devant de la scène des champs du travail et de la santé et de la sécurité au travail (SST) et du monde de la prévention des risques professionnels à l’univers de la recherche, la question du risque psychosocial est devenue un phénomène social total.

S’il était nécessaire de le préciser, il ne s’agit ici ni de mettre en doute la réalité de la souffrance au travail, ni de contester la légitimité et la nécessité d’une intervention vis-à-vis de toutes les personnes qui se trouvent confrontées à ces risques et de toutes les situations qui les produisent. Toutefois, elle se fixe pour objectif de prendre une forme de distance en assumant d’apporter un regard décalé par rapport aux discours globalement convenus d’une certaine doxa sous influence de forts enjeux politiques et sociaux mais également économiques sous-jacents. Ni provocatrice, ni inconsciente, notre posture est celle d’un observateur qui cherche à comprendre une évolution qui, par moment, le dépasse. Notre contribution s’appuiera sur le double regard d’un professionnel de la formation et d’un chercheur sur les questions de professionnalisation en SST au sein de la fonction publique de l’État en France.

Considérant les confusions entre question de société, sujet social et objet scientifique, nous nous étonnerons d’un certain degré d’aveuglement sur les raisons profondes des RPS (pour les comprendre), d’une part, masquées par une forme d’acharnement à tricoter les liens entre causes et conséquences sous les auspices des incontournables niveaux de prévention de l’OMS et, d’autre part, retouchées via le récent patronage de la qualité de vie au travail (pour les expliquer).

Dans un premier temps, nous illustrerons en quoi les confusions entre sujet social et sociétal et objet scientifique et entre « question de société et question de recherche » (Molinier, Flottes, 2012) ont amené à une réification des RPS. Nous verrons ensuite que les ressources psychologiques et sociales nécessitent une approche multicausale et occasionnent des ruptures liées aux changements de paradigmes et de méthode. La règle de la cumulativité dans l’évolution du dispositif législatif et réglementaire en matière de santé au travail nous autorisera une comparaison entre les RPS et les risques de chutes de hauteur. A partir de la distinction entre explication causale et structurale des RPS, nous considérerons la SST comme un objet et un engagement pour comprendre, agir et mobiliser. À cette aune, nous constaterons que leurs producteurs ne sont pas toujours les payeurs et que les préventeurs agissent, peut-être, en matière de RPS sur des images trompeuses sous fond d’authentiques problèmes. Nous conclurons en considérant que pour advenir la SST ne peut être que socioproduite et socioconstruite par les parties prenantes.

Pour lire la suite : Les cahiers des RPS N° 26 Décembre 2015.  http://www.cateis.fr/cahiers_rps/archives.php

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.