Engendrer durablement des apprentissages professionnels individuels et collectifs

Pré-professionnalisation & développement d’une culture de la santé-sécurité au travail dans la fonction publique française

Introduction

J’inscris mon activité professionnelle et scientifique dans un projet global de professionnalisation durable des acteurs, des activités, des organisations, des territoires. Je regarderai ici la notion d’« entreprise » dans son acception la plus large «action de mettre en œuvre, (v. 1393) » (Robert, 1998, p. 1256) ce qui permettra de penser que la fonction publique (française) peut constituer également un espace pour entreprendre. Ainsi, grâce à ce petit pas de coté, cette contribution m’a permis d’ouvrir quelques échanges lors de l’Université européenne d’été de la FREREF, à Neuchâtel en 2011.

Je vais m’intéresser dans ces lignes à la fonction publique française et au développement d’une culture en matière de santé et de sécurité au travail pour tous les acteurs (responsables, agents, fonctionnels sécurité…). Il s’appuie sur quatre sphères à la fois champs de pratiques et champs de recherche : l’éducation, la formation, le travail et la recherche. Je considèrerai dans ce texte que la professionnalisation est un continuum et un mouvement susceptible d’être mise en œuvre, sous certaines conditions, avant que les acteurs ne se soient en situation de travail réel : je parlerai de pré-professionnalisation individuelle et collective.

L’objectif de diffusion d’une culture de la SSTFP m’amène, chaque fois que possible, à privilégier les interventions dans des lieux au sein desquels la réflexion est portée par des nombreux acteurs d’horizons les plus larges du point de vue scientifique et professionnel comme en mai dernier dans le Réseau des universités préparant aux métiers de la formation (RUMEF[1]). Cette contribution à l’Université européenne d’été du FREREF s’inscrit dans l’activité « Recherche et développement » de la Mission dont j’assume la responsabilité.

Nous allons voir comment à partir d’un projet institutionnel global et la création d’une effet de contexte (un site internet) sur les questions relatives à la santé-sécurité au travail, il a été possible de mobiliser de nombreux acteurs issus d’horizons différents et de créer ainsi une zone potentielle de situations d’apprentissages professionnels.

  1. Générer un effet de contexte

Après un rapide présentation de ma structure professionnelle d’appartenance et une définition de la professionnalisation pour situer ma posture générale d’intervention, je vais présenter le cadre global du projet de création de situations d’apprentissages formatrices, dans un premier temps, à travers sa conceptualisation et, dans un second temps, sa réalisation.

1.1. Prescrire le partage et la diffusion de l’expérience : un risque et une opportunité

L’Institut national du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle[2] (INTEFP) est à la fois un institut et une école professionnelle. Pour ces deux activités, il se fixe comme objectif permanent d’être à la fois un espace d’échange, d’analyse, de capitalisation et de prospective sur l’emploi et le travail et un lieu de formation et de professionnalisation. Ces choix ont pour conséquence de privilégier le partage et la diffusion des savoirs, pratiques, expériences issus d’acteurs diversifiés du monde des relations du travail et bien au-delà dans les champs économiques, sociaux, environnementaux… L’INTEFP a accueilli les travaux du FREREF dans ses locaux en 2003 et en 2004.

Depuis 30 ans, la « Session nationale[3] » organisée chaque année par la Mission des Actions Européennes et Internationales (MAEI) de l’INTEFP constitue un exemplaire laboratoire d’idées. Elle réunit une trentaine d’auditeurs en situation de responsabilité : responsables d’organisation professionnelle, d’entreprise, d’association, directeurs des ressources humaines ou des relations sociales de grands groupes… mais également responsables d’un syndicat de salariés représentatif au plan national, au niveau confédéral, fédéral ou local et cadres supérieurs d’une administration de l’Etat, d’une collectivité territoriale, d’une administration internationale et encore des parlementaires et des journalistes. Cette session vise un enrichissement des pratiques professionnelles individuelles et collectives, la constitution de réseaux tripartites, une meilleure connaissance des expériences étrangères et la production de connaissances sur un thème et une problématique élaborés par un comité scientifique. Elle attend des auditeurs un travail collectif commun de capitalisation d’une réflexion dans un esprit de respect mutuel.

Il s’agit de placer les acteurs sociaux dans une situation d’« d’intelligence partagée pour penser autrement[4]» et de « promouvoir une dynamique collective fondée sur la confrontation des approches et les expériences des uns et des autres et sur des concepts d’écoute, de réflexion et de questionnements. Savoir poser les bonnes questions face à des situations marquées par la complexité et garantir le dialogue entre des cultures différentes constitue l’objectif d’une telle démarche. »

La Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) de l’INTEFP inscrit son action dans l’interministérialité (liens avec tous les départements ministériels) et dans une logique inter fonction publique (relations régulières avec des structures et des acteurs de la fonction publique territoriale). Forte de cette diversité et de cette richesse de public, elle inscrit résolument ses pas dans la démarche de l’INTEFP pour initier et mettre en débat les savoirs, les pratiques, les expériences et les questions relatives au champ de la santé et de la sécurité au travail. A cette fin elle mobilise le plus vaste outillage, les instrumentations les plus variées pour favoriser l’émergence des expressions des protagonistes issues de leurs expériences au travail en vue de leur formation.

1.2.Un certain regard sur la professionnalisation

Du point de vue théorique, le choix est fait ici de se référer uniquement à la définition de la professionnalisation proposée par Wittorski « une intention sociale (coté organisation) finalisée par la quête d’une évolution des personnes au travail mais aussi un jeu identitaire ou une transaction entre « mise en reconnaissance de soi » […] et une reconnaissance effective par l’environnement […][5] » (Wittorski, 2007, p. 147). L’intention de promouvoir une culture de la SSTFP a permis d’interroger les situations d’apprentissage à créer susceptibles de permettre aux acteurs de développer de nouvelles connaissances multiréférencées (identité professionnelle individuelle et collective) et au collectif de travail de bénéficier de ce développement de professionnalité (culture professionnelle).

La professionnalisation sera considérée comme une rencontre dynamique continue mais non linéaire entre temps de travail et temps de formation à la fois singuliers (chaque personne au travail) et universels (communauté professionnelle). S’instituerait ainsi non plus un continuum mais un système à penser en transversalité : le travail (avant la formation), les alternances formation/travail, travail/formation (ici et maintenant), le travail (après la formation). Le processus de professionnalisation serait donc à la fois un continuum, une dialectique et un mouvement spiralaire pour lequel il reste à penser une didactique et une ingénierie spécifiques.

Dans ces conditions, les notions d’apprentissages professionnels et de situations formatrices peuvent être entendues comme des processus nourris de quatre objectifs :

– S’éduquer par l’acquisition de connaissances professionnelles multiréférencées (culture professionnelle)

– Se former pour donner l’être et la forme à sa professionnalité

– Travailler pour « socio » produire et se « socio » construire dans un collectif de travail (construire une identité professionnelle individuelle et collective)

– Conceptualiser pour prendre du recul sur les trois premiers objectifs avec l’aide des méthodes et des outils de la recherche

A partir de ce cadre, il a donc été essentiel de penser des situations d’apprentissage nourries de ses tensions fécondes entre savoirs théoriques et savoirs d’action pour aider durablement les protagonistes à construire du sens à leurs actions dans un double processus de compréhension (intelligibilité) et de mise en œuvre (optimisation).

1.3. Penser l’idéel[6]

Rencontre de l’idéal et du conceptuel, le « dispositif idéel est constitué par l’ensemble des idées, principes, modèles, valeurs qui structurent progressivement les actes et les discours aux cours du développement et de la réalisation du projet », dit B. Albero. Ainsi, la responsabilité de création de situations d’apprentissage dans un dispositif exige d’assumer d’être en permanence capable de dire d’où l’on parle. Dans le cas présent, les principes fondateurs des activités de la Mission s’appuient sur 5 axes :

– les finalités : Vers le développement d’une culture partagée

– la posture : Cadre éthique, théorique et pratique d’intervention

– le champ et la perspective : Qualité du travail, qualité de vie au travail

– les exigences : Démarche Qualité et Recherche et développement

– les responsabilités : Du développement durable à la professionnalisation durable

Il n’est pas envisageable d’entrer dans le détail de ces textes mais ils sont tous accessibles en ligne : http://www.intefp-sstfp.travail.gouv.fr/docs.asp?rub=10.

Penser et re-questionner l’idéel des dispositifs, des situations d’apprentissages constitue, selon moi, la substance qui favorise la durabilité des processus en jeu que l’on parle de Life long learning ou de Professionnalisation durable : assumer un humanisme éducatif et formatif en pensées et en actes[7]. Il autorise et prescrit de regarder les hommes et les femmes dans le travail comme dans des processus d’apprentissage comme des personnes humaines en situation de (socio)construction, autrement dit, de les reconnaître comme des sujets praticiens apprenants capables.

Ceci constitue un changement de paradigme et de culture. Faire intervenir durabilité et humanité professionnelle en actes dans les questions de/du Travail, des organisations de/du travail et des apprentissages, c’est poser le principe de la globalité, du système, c’est accepter la complexité, c’est, ainsi, ouvrir la porte à la diversité des acteurs, à la richesse de leurs activités, à la variété de leurs organisations, à l’hétérogénéité de leurs territoires et de leurs contextes.

Il est alors possible de tenir compte de leurs espaces, leurs milieux et leurs environnements professionnels mais également de leurs paysages professionnels, c’est-à-dire de leurs points de vue spécifiques sur les mondes qu’ils regardent et dans lesquels ils s’investissent physiquement, psychologiquement, affectivement en fonction de leurs prescrits, de leurs activités réalisées et du réel de ces activités (cachées, empêchées, vécues).

Face aux prescriptions institutionnelles et organisationnelles descendantes, il est capital de prendre en compte les prescriptions remontantes des acteurs de terrain et de les revisiter à la faveur des instances de dialogue social.

1.4. Produire le fonctionnel

L’objectif global a été de permettre aux acteurs de la SST d’engager les actions qu’ils souhaitaient mettre en œuvre équipés de l’outillage le plus adapté. Il s’est agi de mettre en réseau des acteurs, de capitaliser des expériences, de donner accès à des informations, des outils organisés, formalisés de telles sorte qu’ils soient mobilisables le plus rapidement et le plus facilement par les personnes concernées. Ces dernières pourraient ainsi dès le début de leurs actions être outillées de telle sorte que leur action, leur projet soient enrichis individuellement et collectivement avant même qu’elle ne débute.

En regroupant des informations issues des mondes de l’éducation, de la formation, du travail et de la recherche, était affiché un dessein : montrer que la création de situations d’apprentissages formatrices nécessite d’accepter de travailler sur, pour, malgré et avec des autrui considérés à la fois dans leurs singularités et leurs universalités en mettant à disposition un « matériau » susceptible de faire débat.

L’hypothèse est formulée que cette démarche (capitalisation organisée d’informations accessibles en permanence) permet de professionnaliser les acteurs mais, également par son effet démultiplicateur, les activités, les organisations, les projets, les contextes, les territoires.

  1. Un tiers facilitateur

Le site de la Mission a été pensé, dès sa création en septembre 2008, comme ce vecteur d’échanges et de productions de connaissances et il s’est fixé pour ambition de créer ces situations formatrices dites de « pré-professionnalisation » (en toute adéquation avec le projet du Carrefour n° 2 de l’université de la FREREF).

Du point de vue des théories de l’apprentissage, la volontaire mise en ligne d’informations issues des 4 champs Education, Formation, Travail, Recherche est susceptible de :

– mettre à jour un nouvel univers, matérialisé à chaque connexion (apprentissage par répétition)

– interpeller chaque acteur (conflit cognitif : remise en cause des connaissances construites antérieurement)

– favoriser le débat (conflit sociocognitif : mise en débat des connaissances entre pairs dans un environnement donné)

Par son existence, il a déclenché un processus qui intéresse un vaste public qui va être maintenant décrit. Enfin, un exemple concret permettra d’illustrer sinon la pertinence, à tout le moins, le bien-fondé de la démarche.

2.2. Catalyser les savoirs, les projets, les informations

Le site internet a donc été créé pour permettre de multiplier les « montées en connaissance » des acteurs de la SST sur le plus grand nombre de domaines possibles. Il regroupe des informations (textes juridiques, rapports, outils méthodologiques, liens internet, actes de congrès, appels à candidatures de colloques…) concernant les quatre champs de l’éducation, de la formation, du travail et de la recherche.

Après cette phase à visée de diffusion et de mise en réseau, l’objectif consiste à passer un nouveau cap : permettre aux acteurs de fournir leurs propres matériaux, de partager leurs propres expériences ; à terme un espace Wiki, un flux RSS seront également accessibles

Le site a connu plus de 77 000 visiteurs ces sept derniers mois (plus de 909 documents et 292 liens sont accessibles), quantitativement on peut donc penser que c’est un premier niveau significatif de réussite mais on peut relativiser en considérant, d’une part, que la seule fonction publique française comprend 5,8 millions d’agents et, d’autre part, que le nombre de visiteurs ne suffit pas pour considérer les objectifs atteints du point de vue du développement d’une culture.

L’évolution la plus nette vient des interpellations qui nous sont faites sur le site : des satisfécits (richesse, volonté de complétude, d’accessibilité…), des demandes sur des thématiques absentes (médecine du travail, ergonomie) ou des propositions de partenariats ou d’échanges (colloques, classes de master).

2.3. Un premier retour d’expérience

A titre d’exemple et dans la perspective de pré-professionnalisation des protagonistes de la SSTFP, une fiche synthèse de tous les textes ministériels français (décret, circulaires, notes…) a été réalisé et mise en ligne. Elle concernait un fonctionnel sécurité appelé aujourd’hui : conseiller en prévention. Ce document représente en quelque sorte une prescription juridique idéale de tous les choix, expériences, exigences formulées par tous les ministères pour ces professionnels.

Un an après la création du site, en juin 2009, une responsable de service de ressources humaines d’un ministère contacte la Mission pour demander si elle peut utiliser les éléments de cette fiche parce qu’elle entame des négociations avec les organisations syndicales nationales de son ministère pour mettre à jour la circulaire cadre qui définit les droits, moyens et obligations des ACMO de ce ministère. Il lui est répondu que ce document a été produit et mis en ligne à cet effet. En 2010, la nouvelle circulaire est finalisée dans ce ministère.

Un outillage construit, transversal et représentatif de la réalité interministérielle à un temps donné a fourni des connaissances aux acteurs du dialogue social, a favorisé un débat enrichi des expériences externes à ce ministère et a fourni un média de négociation. Cette synthèse a permis également aux acteurs d’effectuer un pas de coté et de sortir de leurs représentations respectives. Je fais l’hypothèse qu’il s’agit d’une professionnalisation par la transmission d’informations accommodée de théories et de pratiques. A travers cet exemple, on peut penser qu’une démarche de conception d’informations « didactisées » permet une montée en connaissances et, à terme, en compétences des acteurs.

Conclusion

Essentiellement francophone, le site de la Mission joue un rôle de médiatisation des savoirs qu’il diffuse, des connaissances qu’il produit, des projets, des évènements qu’il annonce. Il doit pouvoir évoluer et la participation de la Mission à l’université d’été de la FREREF concrétise cette volonté d’ouverture tant sur la nature des sources informatives à capter que sur les personnes susceptibles de les penser, de les concevoir et de les produire.

Pour réussir avec efficacité la professionnalisation « des personnes humaines pour leur bien-être tout au long de leur vie professionnelle[8] », tous les protagonistes ont à investir les champs de l’éducation, de la formation, du travail et de la recherche et ont à faire preuve d’un polyglottisme culturel, conceptuel, fonctionnel. L’hypothèse est faite que ce basculement de pensée est possible pour comprendre la professionnalisation à la condition d’un aggiornamento entre Education, Formation, Travail et Recherche.

Telle serait la perspective spécifique de la professionnalisation: une compréhension entre professionnels et chercheurs sur ces quatre éléments à la fois terrains et disciplines qui ne segmentent pas intelligibilité et optimisation. Les parties prenantes agiraient alors en compréhension, complémentarité et efficacité en agissant sur, pour, avec et malgré autrui dans une forme renouvelée de relations. Dans cette perspective, les relations entre professionnels et chercheurs s’autoriseraient à s’exprimer non pas en termes de domination mais d’émancipation

C’est un nouveau contrat didactique et une autre forme de gouvernance des savoirs, des expériences des pratiques qui sont proposés : ils offrent aux protagonistes de la cosmogonie de la professionnalisation un nouveau mode de dialogue sous fond de responsabilité sociale, environnementale et économique.

Au regard des objectifs de la session de Neuchâtel, on peut penser qu’à travers sa conception de la professionnalisation la Mission SSTFP de l’INTEFP contribue à l’Apprendre tout au long de la vie en ne limitant pas son rôle à être un « agent administratif de formation», et une « consommatrice de ressources humaines » mais un acteur de l’administration publique et du tissu social assumant des rôles-clés dans l’évolution des personnes humaines au travail, dans le développement de leurs parcours de vie professionnelle et dans le dynamisme de leur environnement.

 La Professionnalisation constituerait la synthèse cristallisatrice des champs de l’éducation, de la formation, du travail et de la recherche. Elle pourrait alors être entendue à la fois comme un processus d’hominisation professionnelle et de fécondation d’un capital professionnel et à la fois comme un dessein culturel, éthique, technique de transmission intergénérationnelle de professionnalité.

[1] http://fc-avignon.dyndns.org/course/view.php?id=58

[2] Etablissement public administratif sous tutelle du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé en charge de la formation de tous les agents du ministère, d’actions de promotion du dialogue social et de coopération européenne et internationale.

[3] http://www.institut-formation.travail.gouv.fr/

[4] http://www.ihest.fr/l-institut/presentation/penser-autrement-276

[5] Wittorski, R. (2007). Professionnalisation et développement professionnel. Paris : L’Harmattan.

[6] Albero, B. (2010). La formation en tant que dispositif : du terme au concept. In Charlier, B., Henri, F. (dir. par). La technologie de l’éducation : recherches, pratiques et perspectives. Paris. PUF. Pp. 47-59.

[7] D’après T. Todorov cité par B. Albero

[8] Accord Santé et sécurité au travail dans la fonction publique française du 20 novembre 2009. http://www.intefp-sstfp.travail.gouv.fr/docs.asp?rub=1274


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.