Qu’est-ce que la facilitation ?

Table des matières

Facilitation ou interaction facilitatrice (écologie).

Définition de la facilitation.

La facilitation : art du leadership dans la communication de groupe.

La facilitation pourrait se définir comme « L’action de rendre simple ».

Faciliter c’est favoriser plutôt qu’imposer un cadre d’interaction.

Ecole de la facilitation.

Concevoir un atelier collaboratif : kit de facilitation.

Le facilitateur.

Bibliographie.

Webographie.

Citer ce billet : “Qu’est-ce que la facilitation ?”. Max Masse. (2019). Publié sur Andralogiques, le 15 juin 2019. Lien : https://santetravail.hypotheses.org/761

Facilitation ou interaction facilitatrice (écologie)

https://www.supagro.fr/ress-pepites/processusecologiques/co/Co_CompFacilitation.html

Situation où la présence d’une espèce bénéficie, via la création de conditions favorables, à l’installation, la vie ou la survie d’autres espèces. Celles-ci, plus exigeantes, n’auraient pas pu s’installer directement ou se développer correctement, sans ces modifications (Stachowics, J.J. 2001).

On parle de facilitation (d’une espèce A envers une espèce B), lorsque au moins l’un des participants bénéficie de l’interaction, et qu’elle cause de dommages à aucune des deux espèces (Bastien, Y. & C. Gauberville, 2011).

Définition de la facilitation

https://www.turn-on.fr/blog/qu-est-ce-que-la-facilitation

La facilitation est un processus au cours duquel une personne intervient pour aider un groupe à améliorer son efficacité à :

  • identifier et résoudre des problèmes
  • prendre des décisions
  • s’engager collectivement dans l’action

Cette personne que l’on nomme facilitateur :

  • est acceptée par tous les membres du groupe
  • est neutre sur le fond
  • n’a aucun pouvoir sur la prise de décision

Roger Schwarte, The skilled Facilitator Practical Wisdom for Developing Effective Groups

Part of being a developmental facilitator is helping group members reflect on and change their thinking to increase their effectiveness. The Skilled Facilitator

Le facilitateur agile

Le facilitateur agile possède les compétences de facilitateur pour :

– animer les rituels agiles/Scrum, tout du moins au début afin de permettre à l’équipe de se les approprier au mieux

– animer des ateliers de cadrage de projet : vision du produit, valeurs partagées de l’équipe, story mapping, event storing, répartition des rôles, résolution de problèmes, définition des personas…

– favoriser la communication de l’équipe avec le reste de l’entreprise autour d’ateliers collaboratifs

Deux approches de facilitation

  1. L’approche dialogue

Quelques facilitations de ce type que j’anime régulièrement :

  • les cercles de paroles
  • les forums ouverts / Open Space
  • les « World Café »
  • les « fish bowls »

Les mots clés associés sont : l’ouverture la divergence, la liberté d’expression, l’autonomie

  1. L’approche atelier

Quelques ateliers de travail thématiques que j’anime :

  • Innovation Games
  • User Story Mapping
  • Event Storming
  • Design Personas

Les mots clés associés sont : la structure, le cadre, la convergence, l’accompagnement

Les 10 clés du bon facilitateur

  1. Préparer l’espace de manière à ce que tout le monde se voit. Évitez les espaces vides. Préférez des dispositions en cercles ou en U pour faciliter les prises de paroles, donner confiance. N’hésitez-pas à inviter le groupe à se lever pour échanger en cercle debout.
  2. Présenter clairement l’objectif de l’échange et demandez : « Est-ce clair pour vous ? »
  3. Lancer la dynamique sans hésiter à demander : « Est-ce que ça vous intéresse ? »
  4. Être dans une attitude d’écoute et de curiosité permanente. Chercher à comprendre l’autre sans jugement. Posez-vous la question lors des prises de paroles de ce qui vous rend curieux de la personne ou de son point de vue. Utilisez-le « Pourquoi » ou le « Que voulez-vous dire par là » sans modération.
  5. Ayez un regard circulaire. Regardez tout le monde. N’ayez pas peur de regarder chaque personne dans les yeux. Tournez régulièrement la tête.
  6. Solliciter un maximum la participation.Faites parler tout le monde même les plus silencieux ou timides. Lors des tours de paroles, donnez des temps de parole identiques à chacun (par ex 1 min ou 2 min en chronométrant). Certains utiliseront ce temps pleinement, d’autres non. Mais donner également la parole crée la confiance.
  7. Poser des questions ouvertes. Les questions ouvertes invitent à réfléchir. C’est ce que vous cherchez à créer en tant que facilitateur. Fini les questions en « oui » ou « non » ou les questions contenant déjà des éléments de réponses. Utilisez des questions simples et percutantes : « qu’en pensez-vous ? » quoi d’autre ? « qui d’autre ? »
  8. Reformuler régulièrement pour bien poser les choses, les décisions, et redonner du rythme. N’hésitez pas à vous exprimer de la sorte : « Je vais reformuler pour être certaine d’avoir bien compris votre point de vue. » ou « Je vais reformuler, dites-moi si je me trompe. »
  9. Parler avec une voie enjouée, rythmée pour créer une dynamique de groupe qui perdure dans le temps et leur transmettre de l’énergie. C’est l’énergie du facilitateur qui en fait un allié intéressant.
  10. Conclure clairementen reformulant les décisions et les prochaines étapes. Faites en sortes de clore une facilitation en demande à chacun ce qu’il retient ou le petit pas qu’il souhaite mener pour avancer et grandir tous ensemble.

La facilitation : art du leadership dans la communication de groupe

http://base.d-p-h.info/fr/fiches/dph/fiche-dph-8212.html

Andrew FEENBERGCindy XIN 02 / 2010

La facilitation est l’art du leadership dans la communication de groupe. Un facilitateur est une personne qui remplit ce rôle de leadership. Dans les milieux en ligne, ces termes sont souvent employés de manière interchangeable avec « modération » et « modérateur ».

La facilitation, tant à distance qu’en présentiel, vise à promouvoir un climat social agréable et un échange de perspectives animé. Le facilitateur en ligne ressemble à son équivalent en présentiel à bien des égards. Voici comment est décrite la facilitation dans une description classique (Hiltz et Turoff, 1978, p. 23-24) :

« Pour qu’une conférence informatisée soit réussie, le modérateur doit travailler très fort pour remplir à la fois les rôles d’« hôte social» et de « président/e d’assemblée ». En tant qu’hôte social, il/elle est tenu-e de transmettre des invitations chaleureuses, d’envoyer des messages privés d’encouragement complimentant ou, au moins, commentant les contributions des participants, ou de suggérer des contributions selon leurs qualifications. En tant que président/e d’assemblée, il/elle doit préparer un ordre du jour initial alléchant, résumer ou clarifier fréquemment ce qui se passe, essayer d’exprimer le consensus émergent ou demander un vote formel ; sentir et annoncer quand il est temps de passer à un nouveau sujet. Sans ce genre de rôle actif de modérateur, une conférence ne peut prendre son envol. »

Les classifications des activités de facilitation

Une approche classique consiste à classer les activités de facilitation en quatre catégories : pédagogique, social, gestionnaire et technique.

Le rôle pédagogique concerne l’apport de connaissances et d’idées spécialisées par l’enseignant, l’utilisation de questions et suggestions pour encourager les réponses des élèves et pour centrer les discussions sur des concepts essentiels. En outre, en servant de modèle par un son propre comportement, l’enseignant prépare les étudiants à diriger eux-mêmes des activités pédagogiques.

Un enseignement en ligne réussi nécessite un environnement social agréable. Le rôle social de l’enseignant consiste à promouvoir les relations humaines, à valoriser et à reconnaître les contributions des étudiants, à offrir aux étudiants les possibilités de développer un sentiment de cohésion de groupe, à maintenir l’unité de groupe, et à aider les étudiants à travailler ensemble pour une cause commune.

Le rôle gestionnaire concerne les activités d’organisation, de procédure et d’administration. Ce rôle consiste à établir les objectifs, les calendriers, les règles de procédure et les normes de décision.

Le rôle technique concerne la responsabilité d’assurer le confort et l’aisance des participants lors de l’utilisation du système de réseau et du logiciel de conférence. Ce rôle nécessite que le facilitateur maîtrise la technologie.

Une question importante lors de discussions sur la pédagogie en ligne concerne ce que l’on a appelé la « présence didactique » La présence didactique se définit comme la capacité des participants, en particulier des enseignants, à concevoir des expériences éducatives, à fournir un enseignement direct, et à faciliter la discussion. Dans ce contexte, la facilitation consiste à identifier les points d’accord et de désaccord, à rechercher le consensus, à reconnaître les contributions des étudiants et à poser des questions, à approfondir et à résumer les discussions, à instituer une nétiquette, et à identifier et à gérer les idées reçues.

Comme la plupart des nombreuses publications scientifiques sur le sujet, ces approches décrivent la facilitation en ligne dans des termes correspondant aux activités en présentiel. Toutefois, les correspondances ne sont pas exactes. Les différences subtiles entre la facilitation en ligne et en présentiel sont dues aux différences entre les moyens de communication dans les deux milieux.

Une approche de la facilitation par la communication (communication-theoretic approach) insiste plutôt sur les différences entre les activités en ligne et en présentiel. Elle met en lumière les activités spécifiques de la facilitation en ligne. Celles-ci peuvent être distinguées dans un but d’analyse des autres activités des facilitateurs, telles que la gestion sociale des relations personnelles dans le groupe, le soutien technique pour les participants éprouvant des difficultés, et les pratiques pédagogiques telles que poser des questions et expliquer des concepts. L’attention portée à ces différences permet d’accéder à une compréhension plus complète du milieu en ligne et des exigences particulières qu’il fait peser sur les facilitateurs. (Pour une liste complète des fonctions de communication, consultez le tableau ci-dessous.)

Établir un modèle de communication

En présentiel, le défi pour le facilitateur est d’assurer à chacun une chance de parler en gérant habilement le tour de parole. Le tour de parole n’est pas un problème dans les forums en ligne asynchrones. Au lieu de cela, le facilitateur en ligne est principalement occupé à compenser l’absence des repères tacites habituels qui permettent aux partenaires de discussion de se comprendre et de se reconnaître mutuellement face à face. La tâche première et fondamentale du facilitateur en ligne est de construire la réalité sociale de la rencontre électronique en choisissant un modèle de communication pour le groupe. Dès que nous entrons dans une pièce, nous nous orientons plus ou moins consciemment en fonction des indices tacites que nous remarquons dans le cadre du processus de communication que nous sommes sur le point de rejoindre. Ces indices contextuels établissent un modèle de communication partagée, d’où découlent des rôles, des normes et des attentes.

Puisque aucun signe tacite visible dans l’environnement n’établit un modèle de communication en ligne, les facilitateurs doivent généralement faire un choix explicite pour le groupe qu’ils dirigent, en réduisant l’étrangeté du milieu à travers la définition d’un contexte familier avec un système de rôles et de règles qui imite la vie de tous les jours. Le facilitateur doit préciser les normes de comportement en ligne au début de la vie du groupe.

Ces fonctions de contextualisation sont importantes pour soulager l’anxiété que quelques-uns des participants vivent dans un milieu de communication qui n’est pas défini à l’avance par des indices tacites. Lorsqu’un modèle de communication est mis en place, le facilitateur doit jouer le rôle spécifique de leadership qu’il implique, soit le président d’assemblée, l’hôte, l’enseignant, ou l’amuseur. Ce rôle consistera en partie à surveiller la conformité avec le modèle de communication et à rassurer les participants quant au caractère approprié de leurs contributions à la discussion, ou, si elles ne sont pas appropriées, à les guider doucement vers une meilleure compréhension du modèle. Pour maintenir la conversation sur les rails, le facilitateur doit aussi offrir à l’occasion des « méta-commentaires » explicites qui abordent les problèmes de communication rencontrés par le groupe dans son ensemble.

Maintenir les motivations à participer

Les motivations à participer à un forum en ligne sont souvent extrinsèques, comme les exigences d’un emploi ou la notation des élèves. Cependant, la cohésion sociale d’un forum en ligne dépend des motivations qui émergent au cours de l’interaction. À cet égard, les forums en ligne ressemblent aux rencontres et aux classes en présentiel qu’ils imitent. La préoccupation pour les notes est généralement insuffisante pour maintenir une discussion intéressante en classe, et la facilitation est nécessaire pour maintenir la motivation à participer aux cours en ligne. Les élèves apportent une certaine curiosité et un désir de briller en classe. La facilitation utilise ces motivations. L’enseignant éveille la curiosité des élèves et le suspense garde les étudiants attentifs jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite. Certains faits ou concepts surprenants captent l’attention et suscitent des commentaires. La reconnaissance de la contribution stimule le désir de contribuer à nouveau. Chaque enseignant est conscient de ces dynamiques et les utilise pour faciliter la discussion en classe. Les étudiants en ligne répondent aux mêmes stimuli ; seul l’environnement est différent.

Cette différence est cependant considérable. Les malentendus peuvent être rapidement corrigés en classe, mais laissent une marge d’ambiguïté et d’erreur beaucoup plus grande sur un forum en ligne, où la confusion peut mettre plusieurs jours à se régler. La clarté d’expression est donc requise de tous et du facilitateur avant tout. Parfois, cela implique de développer des sujets et leurs commentaires beaucoup plus longuement que cela se ferait face à une classe. De la même manière, la reconnaissance de la contribution des étudiants est un fardeau plus lourd en ligne, où les étudiants ne voient pas la réponse tacite de leurs camarades et ont ainsi besoin d’être rassurés plus fréquemment par l’enseignant.

Malgré ces difficultés, les étudiants apprécient les discussions en ligne bien facilitées et apprennent beaucoup en écrivant au sujet des concepts de leur domaine d’études. Il y a quelque chose d’excitant à se connecter quotidiennement et à chercher la prochaine série de messages, qui peuvent inclure des réponses à ses propres commentaires et de nouvelles perspectives introduites par l’enseignant. La participation à un forum de discussion en ligne peut devenir « addictive », incitant les étudiants à revenir jour après jour tout au long du semestre.

Facilitation : fonction de communication

Fonctions de contextualisation :

Ouvrir les discussions : Le modérateur doit fournir un commentaire d’ouverture qui expose le thème de la discussion et établit un modèle de communication. Le modérateur peut périodiquement faire des propositions de sujet ou des « incitations » à la prise de parole qui ouvrent sur de nouvelles discussions dans le cadre du thème général du forum.

Établir les règles : suggérer des règles de procédure pour la discussion. Certaines normes sont réglées par la forme et le style des messages d’ouverture du modérateur. D’autres sont explicitement formulées dans les commentaires de la discussion.

Définir les priorités : gérer le forum, sélectionner un ordre et un enchaînement de thèmes et de sujets de discussion. Le modérateur précise en général une partie ou la totalité des priorités avec les participants au départ.

Référer : La conférence peut être mise en contexte en référant à du matériel rendu disponible sur Internet, comme des hyperliens, ou à du matériel hors ligne tels que des manuels scolaires.

Les fonctions de suivi :

Reconnaître : référer explicitement aux commentaires des participants pour leur assurer que leur contribution est appréciée et bienvenue, ou pour corriger les malentendus à propos du contexte de la discussion.

Inciter à la discussion : adresser des demandes de commentaires à des personnes ou au groupe. L’incitation à la discussion consiste à poser des questions et peut être formalisée par des « devoirs » ou des tâches. Elle peut être effectuée par des demandes publiques sur le forum ou par des messages privés.

Évaluer : La réussite des participants peut être évaluée par des tests, des séances de révision, ou d’autres procédures formelles.

Les méta-fonctions :

Méta-commenter : des remarques au sujet d’éléments comme le contexte, les normes ou les priorités du forum, ou au sujet de problèmes comme le manque de clarté, le manque de pertinence et la surcharge d’information. Les méta-commentaires jouent un rôle important dans le maintien des conditions d’une communication réussie.

Mettre les idées en corrélation : résumer l’état de la discussion et trouver des points communs aux commentaires des participants. Cette fonction joue un rôle dans la reconnaissance des auteurs des commentaires mis en lien, et les invite souvent implicitement à poursuivre la discussion de manière à faire avancer les priorités de la conférence.

Déléguer : Certaines fonctions de modération, telles que les synthèses, peuvent être attribuées à des participants pour une courte ou plus longue période.

La facilitation et l’enseignement

Les dix fonctions de communication décrites dans le tableau maintiennent le flot de la conversation en ligne indépendamment de son objet et de son contenu. Elles seront effectuées d’une façon ou d’une autre dans n’importe quel groupe en ligne réussi. Parfois, la responsabilité d’assurer la discussion est largement distribuée parmi les membres du groupe, Chacun effectuant occasionnellement une des fonctions ; parfois, elle est principalement à la charge d’un seul facilitateur. Il y a de fortes raisons pour préférer ce dernier modèle dans un cours en ligne.

Dans l’éducation en ligne, une facilitation habile est un enseignement habile. Il n’y a pas de pédagogie alternative disponible. Cela est dû aux limitations intrinsèques du médium. Les cours magistraux en ligne, à travers du matériel écrit ou de la vidéo, ne possèdent pas les qualités interactives essentielles à un bon enseignement. Le problème n’est pas les cours magistraux en tant que tels. Dans une petite salle de classe, l’enseignant peut encourager l’interaction en restant ouvert aux commentaires et questions, mais cette flexibilité est perdue lors de cours magistraux reproduits en ligne. Ceux-ci se distinguent peu des conférences qui, en elles-mêmes, ne constituent pas une expérience d’enseignement. Des solutions techniques sophistiquées utilisant la vidéo interactive sont encore trop compliquées pour la plupart des enseignements en classe. En réponse à cette limite, les éducateurs en ligne utiliseront plutôt la discussion sur des forums asynchrones, car c’est ce se rapproche le plus de l’expérience familière de la classe.

Comme dans une classe, la facilitation en ligne de discussions offre à l’enseignant de nombreuses occasions pour faire progresser la compréhension des élèves. Dans ce contexte, les fonctions de communication de la facilitation ne sont pas purement sociales, détachées du contenu éducatif. De nombreuses activités sociales et pédagogiques s’effectuent mieux dans le cadre de l’exécution des fonctions de communication. Par exemple, le maintien d’un environnement agréable exige la reconnaissance rapide des contributions individuelles, afin que personne ne se sente mis à l’écart. De même, les concepts sont souvent expliqués lors de l’ouverture de discussions à l’aide de propositions de sujets.

Les synthèses et les commentaires de la discussion ont une importance particulière pour la pédagogie en ligne pratiquée par de nombreux enseignants. Comme fonction de communication, la mise en relation des idées échangées permet au groupe de faire le bilan des accords et des désaccords et de suivre les progrès accomplis quant à ses priorités. Ceci s’accomplit en identifiant dans un texte les ressemblances avec un certain nombre de commentaires précédents. Pour écrire ces synthèses, il est nécessaire d’examiner attentivement les archives des discussions, de manière à se rappeler des contributions antérieures, à clarifier des expressions confuses, à identifier des thèmes, à faire des liens.

Dans le cadre d’un cours en ligne, ces activités créent des occasions pédagogiques. La synthèse peut faire davantage que simplement résumer la discussion dans les termes d’une nouvelle discussion. Elle permet de relier les contributions des étudiants aux thèmes du forum, et les concepts plus avancés dans la discipline de l’enseignant avec les idées et les expériences des élèves. C’est un moyen particulièrement efficace d’accroître la présence didactique dans le cours en ligne.

Conclusion

La formation en ligne a à peine plus de 20 ans. Durant cette courte période, il y a eu de nombreuses discussions au sujet de la facilitation dans les publications scientifiques (voir suggestions de lecture), mais les mêmes thèmes réapparaissent sans cesse. De manière générale, ces publications scientifiques ne sont pas basées sur des recherches poussées, mais sur l’expérience pratique. Néanmoins, il existe un solide consensus quant aux aspects essentiels de la facilitation en ligne. Les divers angles d’approche des commentateurs contribuent à la construction d’une image complète de cet art. D’autres recherches sur la facilitation apporteront sans doute de nouveaux éléments à notre compréhension de cette importante activité, mais on en connaît déjà suffisamment pour former les nouveaux enseignants.

La facilitation pourrait se définir comme « L’action de rendre simple ».

Denis Cristol 03 2016

http://4cristol.over-blog.com/2016/03/qu-est-ce-que-la-facilitation.html

Avec la démultiplication et le renouvellement de communauté d’apprentissage de toutes les sortes (groupe de co-développement professionnel, groupe d’échanges de pratiques, groupes de pairs, communautés en ligne, grands groupes en convention etc.) il est aujourd’hui évoqué le terme de facilitation qui se substituerait ou viendrait en alternative de l’animation, du coaching, ou encore de la conduite de réunion. Une nouvelle approche relationnelle permettant de se transformer tout en transformant le monde, de se centrer sur ce qui émerge au sein d’un groupe plutôt que sur un contenu prédéfini s’invente ou plutôt se formalise aujourd’hui. L’approche se veut plus organique, proche des rythmes du vivant, à l’écoute de ce qui vient, tendue vers un potentiel de transformation du monde.

La facilitation comprend un mélange de techniques telles que l’accueil de la différence, le flou, le complexe ou encore, l’incertitude. Elle invite à gérer ou faire avec les problèmes de pouvoir, d’antagonisme. Elle comporte une part de postures engagées dans des relations qui se veulent nourricières et bienveillantes, elle est adaptée à un moment de transformation, du monde dont personne ne sait précisément comment il va advenir.

La facilitation est particulièrement en vogue dans les mondes éducatifs et de la formation, car avec l’irruption de données massivement accessibles, chacun n’a pas besoin d’un formateur, ou d’un expert pour se faire une idée d’un sujet (le formateur reste utile car nombre d’idées collectées sont fausses ou mal articulées). La facilitation aide néanmoins à apprendre ensemble par l’organisation d’un partage d’expérience.

Si le coaching lui est proche, par l’empathie, le souci d’écouter tout un système, il en diverge cependant, car le contrat est un point de départ du coaching, alors qu’il serait plutôt le point d’atterrissage de la facilitation qui procède plus par tâtonnement, exploration et découverte d’une problématique collective qui n’est pas une donnée mais un processus à investiguer. La facilitation utilise donc des pratiques d’intelligence collectives, de design et de co-conception.

Des formations de facilitation se mettraient même en place afin de promouvoir des postures et des formes d’engagement qui dépasse la régulation au sein d’un groupe et favorise l’engagement dans la cité (voir en exemple la formation de facilitateur)

Faciliter c’est favoriser plutôt qu’imposer un cadre d’interaction

La facilitation est liée à la construction d’un « cadre d’interaction » favorisant la place de chacun dans un processus que celui-ci soit d’apprentissage, de concertation ou de travail. Chaque figure type ci-après décrite s’intéresse à l’intelligence collective mais avec des nuances propres à ses finalités.

Le manager pose et tient  le cadre. Il répond d’objectifs à atteindre, devant un autre manager, des actionnaires ou des clients. Quelque-soit sa posture, ce qui prédomine, c’est l’atteinte d’un résultat. Celui-ci passe de plus en plus souvent par le dépassement des compétences individuelles et collectives.

Le coach fait avec le cadre et cherche différents angles de vue pour aider un individu, une équipe ou une organisation à trouver par eux-mêmes les bons angles de vues sur la complexité. Il se met à l’écoute et questionne pour comprendre les systèmes humains en place et aider ses acteurs à se hisser par eux-mêmes dans des résolutions de problèmes ou des développements auxquels ils aspirent.

Le formateur tient le cadre ou le déforme par rapport à une intention pédagogique. Comme le manager, il est porteur d’objectifs. Il ajuste sa guidance en fonction des participants. Si le cadre peut être flou ou déformable, il demeure toujours un point de repère quant aux modalités d’actions (même décalées)  proposées.

Le psychanalyste ou psychothérapeute  s’intéressent au contenant, le groupe est un contenant des émotions, des affects. Ils s’efforcent à construire un cadre relationnel contenant.

Le facilitateur se distingue par sa volonté continue de co-construire avec les participants le cadre même dans lequel chacun va s’exprimer et se mouvoir. Interroger le sens même de ce qui rassemble est au cœur de sa pratique d’aide à l’émergence de processus fluide d’interaction. Cela passe souvent par de la co-facilitation et la prise en main par les groupes eux-mêmes de ce qu’ils sont amenés à vivre. En co-facilitant chacun s’élève et aide les autres à s’élever face aux obstacles relationnels qui se présentent lorsqu’il s’agit d’apprendre, de décider, ou d’agir ensemble.

Choisir une méthode de facilitation

 

Le choix d’une méthode de facilitation est simultanément une prise de responsabilité, une prise de pouvoir, une prise de risque.

 

Une prise de responsabilité

Embarquer un collectif dans un protocole d’interaction plutôt que dans un autre est un choix qui va conditionner le type même d’initiatives, de réactions, de formes de créativité autorisées. La forme est révélatrice du fonds. C’est une façon de plier ou déplier toutes les relations humaines qui peuvent se jouer. Faciliter consiste aussi à être attentif aux méthodes retenues pour que les fins que poursuit un groupe se rapprochent.

 

Une prise de pouvoir

En tant que méthodologue, le facilitateur peut induire des formats d’échange qui correspondent à sa vision du monde. Il en tirera avantage comme le joueur d’échec qui connaît le déroulement possible d’une partie à partir du seul coup d’ouverture.

* S’il est à l’aise avec l’échange libre, les associations inconscientes il privilégiera des cadres d’interaction ou des processus parallèles et des transferts peuvent se jouer comme dans une cure psychanalytique. Le groupe se trouve appelé à jouer un rôle de contenant et de vivre ses affects comme moteur.

* s’il privilégie la dignité de prise de parole un écrasement des rôles et des statuts il choisira un cadre de décision sociocratique, des modes de choix par bonification et consentement.

* s’il souhaite accélérer la maturité du groupe de façon concrète il l’engagera dans un questionnement organisé par exemple de codéveloppement professionnel.

 

Une prise de risque

Faciliter passe par rendre fluide les interactions pour qu’un collectif aboutisse mieux et plus vite à un résultat partagé. Un choix d’approche de facilitation est un risque si le décalage est trop fort par rapport à une culture d’entreprise.

 

Chaque méthode met sur le devant les préoccupations de sa place dans un processus, du pouvoir ou des compétences pratiques à mettre en œuvre. Pour éviter un écueil qui pourrait parfois être une manipulation, le facilitateur peut induire de la cofacilitation pour ne pas porter seul le processus d’interaction. Il gagne à coconstruire avec les participants pour qu’ils s’inscrivent dans la dynamique de facilitation tout en l’imprégnant de leur propre culture professionnelle.

 

Posture corporelle et verbale en facilitation de groupe

 

La posture verbale

Un facilitateur va adopter des attitudes, développer ses dispositions internes pour mener à bien sa tâche. Le concept de posture est souvent utilisé pour décrire l’orientation d’un facilitateur. Il se rattache souvent à l’orientation vers des idées, des priorités, des hiérarchisations de sujets, des niveaux de conscience ou des rythmes imprimés. Il marque ainsi des préférences à partir desquelles il est possible de qualifier l’approche du facilitateur. Celui-ci sera porté par un tempo rapide ou bien, il sera très sensible au climat émotionnel, ou bien encore il accordera de l’importance à la progression des échanges.

 

La posture corporelle

La posture si elle est un état interne se révèle par des comportements pour le coup bien visibles. Le corps est un média puissant qui communique de l’énergie (rectitude corporelle, tête haute) ou bien de la fatigue et de l’abattement (corps affaisse, regard fuyant). Le langage non verbal est étayé par la recherche (travaux de Meharabian par exemple). Les comportements, les micro expressions faciales engagent une communication non verbale particulièrement efficace. La posture est donc aussi corporelle.

 

Apprendre à se disposer

Apprendre à se disposer mentalement et corporellement fait partie de l’art du facilitateur. Une attitude calme et centrée dégage de la sérénité qui sert le processus d’interaction dans un groupe. La cohérence d’un mental apaisé et d’un corps relâché se perçoit et contamine positivement un groupe par effet de mimétisme.

 

Apprendre à se disposer c’est savoir-faire de soi un modèle de rôle utile pour le fonctionnement social d’un groupe. Chacun sent bien qu’il est touché par quelque chose d’invisible qui le relie aux autres. La disposition de l’un influence celle de l’autre. C’est une chaîne de liens corporel, émotionnel, un jeu de regards et d’échanges de signes qui installe une ambiance particulière. Le groupe se trouve apaisé ou électrise selon les humeurs des participants.

 

Un facilitateur rompu à cet art du positionnement induira un climat de confiance. Ce climat sera propice à une parole libre et qui se complète plutôt qu’elle ne s’oppose.

 

Pourquoi le facilitateur fait place à la facilitation ?

 

CRISTOL DENIS11 Juin 2019

 

Beaucoup de boîtes à outils et méthodes de facilitation d’intelligence collective pullulent, gratuite, payante, en ligne, sous forme de jeux voire même de roman mystique. Tout est bon pour populariser ce thème qui finit par devenir un marché avec ses produits phares, ses guides pratiques, ses recettes et ses gourous.

 

Pourtant l’essentiel est dans la posture.  L’essentiel est que le facilitateur s’efface au profit de la facilitation pour laisser à chacun la possibilité d’exprimer ses talents et sa vision.

 

Quand le facilitateur disparaît reste la facilitation, comme un sillage. Le facilitateur transfère en silence par sa seule présence des pratiques à un collectif sans faire de leçon, simplement en exprimant son art. L’essentiel se produit dans le moment en train de se vivre. Le processus est autre que celui d’un transfert de données opérant directement d’un cerveau vers un autre. Tout se passe par imitation et imprégnation subtile voire inconsciente.

 

Il procède plutôt par inspiration et modélisation. L’incarnation revêt une grande importance. La respiration, les mouvements, les regards sont des fenêtres par lesquelles chacun peut pénétrer. Si la facilitation était une forme elle serait arrondie, douce, toute en nuance et en tremblement. Une forme fragile et attachante. Un trait à la fois pur et imparfait tracé d’un seul geste. Capter un tel trait ne se fait pas autrement qu’en saisissant le pinceau en le trempant dans les événements et en produisant sa propre esquisse. Produire un dessein passe par poser une intention, ou plutôt non par laisser venir le dessin. Car la forme, ses courbes et ses couleurs émergent des pigments présents. Chaque participant à une rencontre est un pigment. Il colore l’ambiance de sa personnalité.

 

La facilitation laisse la trame se composer, les personnages se déployer. La dynamique se mettre en mouvement. C’est tout au plus un gobelet d’eau au sein duquel chacun se trempe un instant. Il s’y rafraîchit et poursuit son chemin. Si le facilitateur cède le rôle principal à la facilitation, c’est pour mieux servir l’énergie collective. Quelque chose se met en place qui agit à partir du centre en faveur du but commun.

 

En oubliant son égo le facilitateur rend possible à chacun la même posture. Il minore son ego mais il est présent. Ils oublient leur égo mais ils sont mutuellement disponibles, concernées et à l’écoute les uns des autres. Ils sont pleinement responsables de ce qu’ils ont à vivre puisque nul ne leur dit quoi être ou ce qui doit être entrepris.

 

Apprendre l’effacement ce n’est pas se nier soi-même mais c’est laisser chacun prendre sa place en intervenant au juste nécessaire. Le facilitateur n’est ni à l’intérieur d’un dialogue ni à l’extérieur ni en surplomb ni dans une position intermédiaire. Si le facilitateur regarde le système comme il est et agit pour le rectifier ou le soigner il restera tel quel, mais s’il le regarde et agit dans le sens de sa plénitude alors le système pourra se déployer dans son meilleur potentiel.

 

Ecole de la facilitation

 

http://www.ecole-facilitation.fr/

 

La facilitation, c’est :

 

– l’ensemble des processus qui sont mis en œuvre avant, pendant, après une rencontre pour aider un groupe à atteindre ses objectifs

– l’action de rendre quelque chose plus facile, dit le dictionnaire. C’est permettre l’émergence de l’intelligence collective et de la coopération au sein des groupes

 

  • C’est tirer le meilleur des groupes et des équipes avec l’aide de méthodes de travail coopératif, d’outils d’animation, de formations ciblées, de serious game sous la houlette d’un animateur expérimenté.
  • Aider les équipes à construire par elles-mêmes les réponses à leurs enjeux :
    • prises de décision,
    •  méthodes de travail,
    • innovation produit ou service,
    • résolution de problèmes…
  • Le facilitateur c’est celui qui facilite : manager, formateur, agiliste, consultant, facilitateur certifié…

 

 

Concevoir un atelier collaboratif : kit de facilitation

 

https://www.atelier-collaboratif.com/telecharger_kit_facilitation

Télécharger Kit de facilitation : https://www.atelier-collaboratif.com/telechargements/kit-de-facilitation.pdf

 

Etape préalable

 

Avant tout il faudra télécharger le kit de facilitation au format PDF et l’imprimer en couleur recto/verso.

Ce kit comprend:

  1. Un jeu de cartes à plastifier et à découper.
  2. Un plateau de jeu ORGANISATION.
  3. Deux plateaux de jeu PRATIQUES.

Si vous avez une plasfieuse, plastifier les cartes à jouer avec des pochettes de 125microns ainsi que les deux plateaux ORGANISATION et PRATIQUES 
Découper toutes les cartes à jouer. 
Munissez de post-it et d’un crayon. 
Maintenant vous pouvez commencer à imaginer votre prochaine réunion !

La règle des 7p

Un atelier, comme toute réunion se prépare. Voici les règles à connaitre avant de se lancer.

  • Pertinence : C’est l’objectif de la réunion. Les questions à se poser : Pourquoi l’organiser ? Quelle est l’urgence ? Quels sont les impératifs ?
  • Participants : Combien de personnes seront présentes et surtout quelle est la cible pour répondre à l’objectif de l’atelier.
  • Préparation : Quels sont les recherches préalables, les lectures, afin de cadrer et préparer au mieux l’atelier.
  • Pièges : Quels sont les risques ? Comment les surmonter ?
  • Préoccupations pratiques : Quel matériel dois-je disposer pour mener mon atelier ?
  • Planning : Enfin, il faudra déterminer la durée, et l’heure de cet atelier
  • Pratiques : Il s’agit ici, de réfléchir sur les pratiques collaboratives que vous allez animer. Les cartes de facilitation que vous avez découpées et plastifiées sont ici pour vous aider à faire un choix.

Etape 1

Placer le plateau « ORGANISATION » devant vous. 
Commencer par écrire l’objectif de la réunion sur un post-it et coller-le sur le cadre « Pertinence »
Faire de même pour les cadres « Participants » et « Planning »

Etape 2

Placer le plateau « PRATIQUES » à côté du premier plateau.

Sélectionner les pratiques que vous souhaitez animer grâce au jeu de cartes.

Pour connaitre le déroulé complet d’une pratique, vous pouvez soit consulter le site soit flasher le QR Code qui se trouve au verso de la carte.

Utiliser les deux plateaux « PRATIQUES » si vous souhaitez organiser un atelier d’une journée.

Etape 3

Reprendre le plateau « ORGANISATION »

Suite aux pratiques sélectionnées, compléter les cadres du bas du plateau « ORGANISATION » à savoir : « Préparation », « Préoccupations Pratiques » et « Pièges » .

Procéder de la façon même que l’étape 1 en écrivant puis en collant les post-it sur les cases.

 

Le facilitateur

 

https://formapart.fr/le-role-du-facilitateur/

 

Quelles sont les différences entre un animateur de réunion et un facilitateur ? Idéalement aucune. Le facilitateur est un animateur de réunion et le garant que celle-ci soit pleinement satisfaisante pour chacun des participants.

 

Pour arriver à cette fin, le facilitateur doit assumer plusieurs responsabilités, dont voici un aperçu non exhaustif.

 

En amont de la réunion :

  • Clarifier la finalité et l’objectif de la réunion.
  • S’assurer que l’objectif à atteindre a du sens pour les participants visés et est motivant.
  • Collecter toute l’information nécessaire pour bien comprendre le contexte et la motivation de cette rencontre.
  • Déceler les freins possibles à l’atteinte de l’objectif. De courts entretiens préparatoires avec quelques participants cible s’avèrent le plus efficace.
  • S’assurer que les bons participants sont invités : ils sont tous nécessaires pour atteindre l’objectif
  • Construire les étapes de la rencontre et les outils de facilitation pour les franchir avec succès.
  • Communiquer l’agenda de la rencontre aux participants (bien en amont pour leur laisser le temps de s’y préparer).

 

Pendant la réunion

  • Rappeler l’agenda et l’objectif de la rencontre
  • Construire et faire respecter un climat favorable à la bonne tenue de la rencontre.
  • Stimuler le groupe : questionner et reformuler souvent
  • Utiliser des outils de facilitation qui permettent à la créativité de chacun de s’exprimer
  • Ecouter ce qui est dit et percevoir ce qui n’est pas dit et mériterait de l’être
  • Faire des synthèses régulières d’avancement
  • Créer les conditions pour que chacun s’implique dans le processus et que personne ne reste en position d’observateur
  • Prendre en note (ou faire prendre en note) les points marquants de l’échange
  • S’assurer de l’adhésion de tous aux décisions prises
  • Rester neutre sur le contenu
  • Valider avec l’ensemble des participants le résultat obtenu
  • Valider les étapes du suivi

 

En aval de la réunion

  • Assurer le maintien et le bon déroulement des étapes du suivi décidées
  • Penser et agir dans l’intention de rendre le groupe autonome

 

Certaines de ces responsabilités sont peu habituelles et difficiles à assurer lorsque nous sommes dans le feu de l’action et immergé dans le contenu. Pourtant, l’expérience montre que ces compétences acquises font gagner du temps et le plus souvent contribuent à développer la confiance entre les partenaires, le ciment de l’efficacité collaborative.

 

Bibliographie

 

De Carlo, L. (2004). Dispositifs de médiation et facilitation en négociations complexes : un regard en termes de dynamiques de groupes. Dans Négociations. 2. PP. 91-90. https://www.cairn.info/revue-negociations-2004-2-page-91.htm

 

Geindre, S. (2005). Le rôle de l’acteur tiers dans la construction d’un réseau stratégique. Dans Revue française de gestion. /1. N° 154. PP. 75-91.

 

Maurin, B. Xirau, D. 2003). Un appui au dialogue social dans l’entreprise. Le tiers facilitateur. Rueil-Malmaison : Editions Liaisons.

 

Prost, J. (2018). De la prescription à la facilitation. Innover : pour un militantisme de posture Dans BBF. Novembre. http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2018-16-0106-015

 

Webographie

 

Définitions :

 

 

 

Facilitation et écologie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Facilitation_%C3%A9cologique

 

L’art de la facilitation : https://formapart.fr/

 

Consultant facilitateur : https://www.journaldunet.com/management/expert/60468/vers-le-consultant-facilitateur.shtml

 

Réseau de facilitateurs : https://www.leolagrange.org/un-reseau-de-facilitateur-rice-s-pour-favoriser-linnovation/#.XQTBILwza70

 

Explications vidéo

 

La facilitation : https://www.conseiletvous.fr/la-facilitation/

 

Tous facilitateurs ! (Conférence TEDx). https://formapart.fr/conference-tedx-tous-facilitateurs/

 


2 réflexions au sujet de « Qu’est-ce que la facilitation ? »

  1. Bonjour et merci pour votre article sur la Facilitation. Sujet que l’on a du mal à trouver je trouve.
    Pensez-vous que cela puisse être associé à des formations en parallèle auprès des clients ?
    Je vous remercie !
    Marie

    1. Bonjour Marie Je vous prie de m’excuser pour la réponse tardive. Je découvre encore certaines fonctions du site et je n’avais pas vu votre message. Difficile de répondre à votre question par écrit. La facilitation, le codéveloppement deviennent une « mode » et des outils pour le business que pour les résultats qu’ils peuvent produire. Vous l’avez compris je suis assez critique et c’est pour cela que j’ai fait ce dossier pour comprendre la facilitation de l’intérieur. Donc pour apporter un début de réponse à votre question, je vais vous en proposer une autre : que veut dire en parallèle et par incidence quelle est votre manière de faire de la formation ? Si la facilitation est utilisée seule elle peut être considérée comme un outil de résolution de problème (pour dire très/trop vite), si elle est utilisée dans une formation, elle devient un moyen de développer des processus dynamique d’apprentissage dans une mise en situation professionnelle, par exemple. Dans ce cas la finalité est double = 1. aider les apprenants à résoudre un problème en formation 2. donner à ces mêmes apprenants un futur moyen/levier d’action en tant que professionnels. J’espère avoir répondu à votre question. Bon dimanche. Max

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.