Développement expérimental, santé au travail et sérendipité

Confluences, 2019. M. Masse

« Un homme raisonnable s’adapte au monde tandis qu’un homme déraisonnable s’obstine à faire en sorte que le monde s’adapte à lui. Par conséquent le progrès dépend de l’homme déraisonnable ». George Bernard Shaw.

Remerciement à M. Philippe Goulois, Cooperactiv pour ses apports et relectures

Citer ce billet : “Développement expérimental, santé au travail et sérendipité ». Max Masse. (2017). Publié sur Andralogiques, le 20 octobre 2019. Lien : https://santetravail.hypotheses.org/794

La santé et la sécurité au travail constituent aujourd’hui des champs de pratiques et de recherches en expansion. La seule clinique du travail illustre la richesse des concepts, méthodes, outils mobilisé pour rendre compte de leur diversité. Les domaines de la formation et la professionnalisation suivent le même chemin.

A partir de quelques définitions des formes de recherche, d’éléments d’analyse sur la santé au travail et formes de méthodes par la découverte, je propose ici quelques constituants de la notion de « développement expérimental » par l’action autrement dénommée « action-recherche en vue de la production de connaissances professionnelles et scientifiques ».

Santé et travail : la rencontre de la complexité ?

Hygiène et sécurité, conditions de travail, prévention du risque, sécurité et sûreté, prévention des risques du travail et au travail, prévention des risques professionnels, construction et gouvernance de la santé et sécurité au travail ouvrent des champs lexicaux polysémiques et des références scientifiques, juridiques, culturelles, techniques et méthodologiques pléthoriques avec un sentiment d’incommensurabilité.

Qu’il soit question de concept de santé ou de travail, de notions de risques psychosociaux ou encore de nanoparticules, les maîtres mots qui fondent toute tentative de définition nous parlent de complexité, d’incertitude, de systèmes, d’origine multicausale, plurifactorielle… ou encore de transversalité. Et j’ajoute volontiers de modestie. Et, par voie de conséquence, nous sommes perplexes et indécis en termes d’opérationnalisation et d’actions concrètes au quotidien du fait de nos pensées rationnelles, par exemple, en termes de prescription, de planification ou de programmation de la prévention sur le terrain : organisations, encadrement, agents.

Tout devrait-il alors devenir expérimentation ? Je pense avec Gautero [3] qu’une forme de relativisme peut nous aider à les comprendre dès qu’on ne croit pas à l’existence de la bonne solution, unique, indépendante du contexte et d’une expérience singulière à condition de :

– réfuter les présupposés et les dogmes qui font les réponses avant d’avoir construit la question ;

– avoir une pensée audacieuse qui nous invite à multiplier les approches d’un monde riche et dynamique qui influence et reflète les activités de ceux qui l’explorent (Feyerabend cité par Gautero).

Pour ajouter à ce nécessaire relativisme, un des points communs des divers mondes de la clinique du travail (ergonomie francophone, psychopathologie du travail, psychodynamique, clinique de l’activité…) [4] nous renvoie au travail réel dans sa double dimension de travail en train de se faire (donc observable) et de travail vécu, empêché, refoulé, inventé (donc caché et énigmatique pour l’observation directe). Des méthodes singulières aident les scientifiques à la compréhension de ce travail (entretien d’explication, instruction au sosie, auto-confrontation…) et les travailleurs à la compréhension de leur travail et des compétences fines qu’ils mettent en œuvre pour y parvenir.

Ces logiques, regards, options, représentations peuvent :

– s’ignorer (chacun pour soi) ;

– s’opposer (le conflit du prescrit « je sais », du réel « je fais » et du caché « je ne sais pas tout de ce que je fais »)

– se nourrir (subsidiarité et inter-fertilisation « ce que je sais de ce que je fais aide à construire ce que je fais de ce que je sais et à comprendre ce que je ne sais pas de ce que je fais »).

La sérendipité, un modèle pragmatique ?

Du point de vue de la prescription, cette « prise de conscience » d’une différence entre représentations et réel provoque un déséquilibre, voire un malaise chez l’individu.

Or la recherche des écarts, les tentatives d’explicitation et de catégorisation et l’avancée dans le brouillard par expérimentation autant d’étonnement à exploiter pour dépasser ce déséquilibre [5]. Selon Dubar « L’histoire de l’individu se construit dans ce devoir qu’il a malgré lui, de constamment renommer son monde, après l’avoir nommé » [6].

Ces processus ne s’inscrivent pas dans une conception linéaire. Ils évoluent dans des mouvements d’itérations ponctués tantôt par l’incursion d’imprévus, tantôt par des temps  de raisonnements pratiques et ces deux pans du cadre formatif peuvent être catégorisés par deux mots : sérendipité et étonnement.

La sérendipité était originellement employée pour définir « le talent invraisemblable des trois protagonistes principaux du conte persan « Les trois princes de Serendip » qui découvraient d’abord accidentellement puis de manière inductive toutes les solutions aux problèmes qui se trouvaient sur leur chemin » [7].

Cette attitude s’inscrit de manière intrinsèque dans l’histoire de l’Homme qui évolue dans un environnement systémique en mouvement favorisant l’interrogation et l’inscription dans une dynamique sociale et pratique régie par des codes.

Développement et recherches : une illusion ?

D’une certaine manière, la polarité sérendipité/étonnement est la version profane du triptyque recherche/développement/innovation.

Quelques définitions de départ [1]

La recherche désigne des activités intellectuelles et des travaux ayant pour objet la découverte, l’invention et/ou encore la progression de connaissances nouvelles ;

Le développement sert à approfondir ces connaissances nouvelles, à développer une application pratique ou à l’exposer de manière détaillée, oralement ou par écrit. Action de prendre de l’ampleur, de l’importance, de la qualité; d’accroître, de multiplier et d’améliorer (quelque chose) d’un point de vue qualitatif et/ou quantitatif ;

L’innovation est le processus qui consiste à utiliser des connaissances nouvelles pour créer ou améliorer un produit (un bien ou un service), un procédé, une méthode organisationnelle ou commerciale.

En allant un peu plus loin

Les travaux de recherche et développement ont été notamment définis et codifiés par l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE) [1]. En tentant une définition globale, ils englobent les travaux de création entrepris de façon systématique en vue d’accroître la somme des connaissances, y compris la connaissance de l’homme, de la culture et de la société, ainsi que l’utilisation de cette somme de connaissances pour de nouveaux biens, de nouveaux services ou de nouvelles applications.

Pour l’OCDE, pour pouvoir effectuer des comparaisons entre les pays membres, ces travaux regroupent de façon exclusive les activités suivantes :

– les travaux de recherche fondamentale sont entrepris soit par pur intérêt scientifique (recherche fondamentale libre), soit pour apporter une contribution théorique à la résolution de problèmes techniques (recherche fondamentale orientée) ;

– la recherche appliquée vise à discerner les applications possibles des résultats d’une recherche fondamentale ou à trouver des solutions nouvelles permettant d’atteindre un objectif déterminé choisi à l’avance ;

– la recherche développement et innovation qui désigne l’ensemble du processus qui consiste à générer des idées innovantes et à les transformer en produits et services créateurs de croissance et d’emplois en englobant les étapes qui permettent de passer du laboratoire de recherche à la production industrielle. Moins tournée vers la recherche fondamentale, « elle prend davantage en considération le développement social et les innovations de services », précise Cendrine Cruzille, sous-directrice de l’innovation et des partenariats à la Région Île-de-France [2].

– le développement expérimental est fondé sur des connaissances obtenues par la recherche ou l’expérience pratique. Il est effectué au moyen de prototypes ou d’installations pilotes en vue de lancer de nouveaux produits, d’établir de nouveaux procédés ou d’améliorer substantiellement ceux qui existent déjà).

Développement expérimental : un projet ?

A ce premier niveau de distinction, on pourrait déjà interpeller les dirigeant(e)s qui créent des services, des unités ou des départements chargés de prospective ou d’innovation, sans avoir précisément défini ce qu’ils entendaient par ces termes. L’idée générale concerne souvent un objectif de nouveauté et de rénovation sans que, ici également, ces termes ne soient clairement identifiés et que les postures ne soient réellement questionnées. La notion de développement relève alors d’une intention qui concrètement révèle des réalisés bien différentes.

Or la notion de développement est très vaste : le développement au sens piagétien en termes d’apprentissage n’est pas le développement humain au travail au sens marxiste en termes politique et économique. Et développement de la santé peut s’entendre en termes de promotion, d’éducation, de sensibilisation, de formation, d’actions de prévention, de communication…

Dans ces conditions l’association entre développement et recherches peut prendre une forme d’illusion à visée opératoire.

Le développement expérimental plus précisément comprend des « activités ayant le caractère d’opérations de développement expérimental effectuées, au moyen de prototypes ou d’installations pilotes, dans le but de réunir toutes les informations nécessaires pour fournir les éléments techniques des décisions, en vue de la production de nouveaux matériaux, dispositifs, produits, procédés, systèmes, services ou en vue de leur amélioration substantielle. Par amélioration substantielle, on entend les modifications qui ne découlent pas d’une simple utilisation de l’état des techniques existantes et qui présentent un caractère de nouveauté » [2].

L’Encadrement communautaire des aides d’État à la recherche et au développement propose une définition complémentaire « l’acquisition, l’association, la mise en forme et l’utilisation de connaissances et de techniques scientifiques, technologiques, commerciales et autres existantes en vue de produire des projets, des dispositifs ou des dessins pour la conception de produits, de procédés ou de services nouveaux, modifiés ou améliorés. Il peut s’agir notamment d’autres activités visant la définition théorique et la planification de produits, de procédés et de services nouveaux, ainsi que la consignation des informations qui s’y rapportent. Ces activités peuvent porter sur la production d’ébauches, de dessins, de plans et d’autres documents, à condition qu’ils ne soient pas destinés à un usage commercial ».

Vers de nouvelles méthodes ?

Comme l’environnement est complexe, il lui est nécessaire de procéder à un « découpage » du réel qu’il puisse se représenter et interpréter de manière individuelle et sociale : « L’homme, est un animal essentiellement social » [8].

C’est cette particularité qui l’amène à échanger, se confronter à son réseau et c’est le constat d’un écart entre la situation et les représentations et réel qui crée l’étonnement/raisonnement dit praxéologique [9] qui consiste, notamment, en une démarche autonome d’analyse de pratiques.

En termes de développement expérimental il en est de même en passant d’approches hypothético déductives où l’on cherche à introduire de la rationalité dans de l’incertain à une dynamique abductive où l’on accepte de naviguer dans l’incertain pour trouver des formes temporaires de rationalité. La production de connaissances professionnelles ou scientifiques émerge ainsi par l’expérience vécue du travail en faisant des pas de côté pour relier et interféconder des faits, des discours, des documents, des expériences, des savoirs savants et des connaissances. Cette production est donc conceptualisée, conçue et réalisée dans et par l’action. C’est dans ce sens que l’on peut parler d’action-recherche.

Cette production a un corollaire qui fâche certaines tendances béhavioristes et positivistes, certains logiques binaires voire postures dogmatiques des autorités prescriptrices : elle n’est pas transférable automatiquement et n’offre qu’une modeste légitimité temporaire : saisir l’opportunité de penser à la transformation des expériences en amont de l’action.

D’une certaine manière elle rejoint à ce titre une des dimensions de la recherche fondamentale où le producteur ne peut pas prendre toute la mesure et la responsabilité des possibles apportés par sa production qui prend pour partie une dimension spéculative ; d’autres s’en chargeront plus tard et autrement.

Une nature imprescriptible ?

Pour conclure, la recherche se nourrit-elle d’elle-même et de ses seuls concepts, et les réalités du monde ne deviennent-elles qu’un « prétexte » à son existence et  sa continuité ? Se nourrit-elle du réel au point de ne pas toujours revisiter les réalités transformées au fil du temps, des actions, de contextes et usages nouveaux, etc. ? Ou accepte-t-elle de revisiter, remettre en question et revoir les concepts antérieurs, de s’inspirer de nouvelles réalités et de mobiliser des concepts nomades, afin de redéfinir de nouveaux concepts?

A titre d’exemple comment la recherche trouve-t-elle sa place dès lors qu’une démarche de responsabilité sociétale d’entreprise ou d’Etat-employeur souhaite intégrer des préoccupations sociales, environnementales et économiques dans les projets et les activités, au-delà des simples exigences légales.

Qu’oblige et que permettrait donc la SST ? Interroger la recherche selon des approches fondamentales, appliquées ou expérimentales dans le lien qu’elle entretient ou pas avec les réalités du monde comme la SST pourrait s’interroger sur le lien qu’elle entretient avec la recherche. La SST peut-elle vivre d’elle-même ou vivre en relation ou avec distance avec la recherche ?

Aujourd’hui je considère à tout le moins que le développement expérimental en matière de santé et de travail est par nature hypothétique dans son émergence, imprescriptible et faillible dans sa réalisation et incertaine dans sa transmission.

Sauf à l’associer dans une démarche intégrative à des dispositifs de professionnalisation conceptualisés, conçus et réalisés dans la même perspective et en particulier ceux qui intègrent les champs de l’Education, de la Formation, du Travail et de la Recherche [10].

A titre d’exemple, la mobilisation de l’étonnement dans un dispositif de professionnalisation [5] nous a permis avec G. Gouyet d’illustrer de façon très concrète le fait que mon propos s’inscrit à la fois dans la recherche et dans le réel des parties prenantes. Mais ceci est une autre histoire.

Pour le dire autrement

« Quand Lama fâché, señor, lui toujours faire ainsi », Tintin, Le temple du soleil

« L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne », Pierre Desproges

«  La certitude est une forme de folie », Boris Cyrulnik

« La pensée complexe aide à affronter l’erreur, l’illusion, l’incertitude et le risque », Edgar Morin

 

Références

 

[1] Le Robert. (1998). Dictionnaire historique de la langue française.

[2]  https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1174

http://www.creersaboite.fr/lemag/creer-sa-boite-de-z/la-rdi-quest-ce-que-cest

[3] http://www.innoviscop.com/

[3] Gautero, J. –L. (2007). « Feyerabend, relativiste et réaliste ». dans Tracés. Faut-il avoir peur du relativisme ? 12/2007. p. 91-101

[4] Clot, Y. Lhuillier, D. (2010). Travail et santé. Ouvertures cliniques. Toulouse : Editions érès. Clinique du travail.

[5] Gouyet, G. Masse, M. (2014). « Co-inventer l’étonnement dans un dispositif de professionnalisation ». Dans Éducation permanente. N° 200/2014-3. PP. 163-171.

[6] Dubar, C. (2000). La socialisation : construction des identités sociales et professionnelles. Paris: Armand Colin

[7] Khosrow A. D. (2012). Les trois princes de Serendip.  Paris, Hermann.

[8] Wallon, H. (1968). L’évolution psychologique de l’enfant. Paris, Armand Colin.

[9] Lhotellier. A. (2003). L’accompagnement, tenir conseil. Dans Carriérologie. volume 9, n°1.

[10] Masse, M. (2011). « La professionnalisation. Un champ de recherche bien pratique ». Dans Outils pour la formation, l’éducation et la prévention (Ouforep). Nantes. 5-6 juin. Fascicule V. PP. 479-487. http://www.cren.univ-nantes.fr/98602891/0/fiche___pagelibre/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.