L’action-recherche : un front pionnier  

Max Masse, 2016.

« Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde ». Brice Parain cité par A. Camus (1944)

 Remerciement à M. Grégory Gouyet, psychologue du travail et des organisations, Cabiner Sens pour ses apports et relectures

Citer ce billet : “L’action-recherche : un front pionnier”. Max Masse. (2013). Publié sur Andralogiques, le 20 octobre 2019. Lien : https://santetravail.hypotheses.org/804

Notre contribution s’est fixée pour ambition en 2013 d’illustrer les processus de découverte à partir de la conceptualisation-conception-réalisation d’un dispositif de professionnalisation d’adultes dans la fonction publique de l’État en France. Il s’agit plus précisément, en premier lieu, d’une forme de retour réflexif qui propose une synthèse de près de dix années pendant lesquelles activités professionnelle et scientifique se sont croisées, inter-fertilisées, confrontées et, parfois, épuisées. C’est autour de la notion de « front pionner » qu’en second lieu, sera étudié ce retour puis illustré le concept de découverte.

À partir de la description sous forme d’itérations de l’étendue et des caractéristiques du territoire de notre front pionnier, nous présenterons le paysage du professionnel-chercheur sur lequel il s’est construit.

Après avoir défini le trésor que contiennent la découverte et la manière dont il a été inventé nous proposerons quelques traceurs de la découverte par front pionnier.

Nous conclurons en ouvrant notre travail de recherche sur un approfondissement de ses aspects épistémologiques et méthodologiques.

  1. Étendue et caractéristiques du territoire du front pionnier

Tout en n’étant pas en mesure d’expliciter en quelques lignes l’ensemble des éléments du territoire sur lequel notre front pionnier a évolué, il nous semble important d’illustrer de façon détaillée qualitativement et quantitativement sous forme d’atlas les éléments majeurs de sa cartographie : les grands axes, les reliefs, les données d’intérêt particulier, les contraintes. Tous les éléments qui suivent dans cette partie de la présente contribution s’inscrivent, « à charge » ou « à décharge », dans le cadre de cette topographie générale.

  • Recherches et références bibliographiques

Nous connaissons la place prise parfois par les références bibliographiques qui rendent difficile la lecture d’un texte entrecoupé de ces références dont les paragraphes s’alourdissent et dont le propos devient diffus ; leur renvoi en bas de page répond, la plupart du temps, à cet inconvénient majeur. Toutefois, nous allons voir que l’avancée du front pionnier sur les terres incertaines des connaissances en construction nécessite en permanence la sollicitation de la boussole bibliographique dont la particularité est que l’aiguille n’indique pas un point fixe mais la ou les directions déterminées par les lectures et l’analyse des travaux des auteurs de référence.

Cette recherche approfondie et permanente d’informations participe de la justification et de la crédibilité scientifique. Ce travail de mise à jour et de mise en débat à chaque pas, pour chaque mot ou concept constitue un élément essentiel de notre démarche dans notre double rapport à l’histoire de la connaissance et l’altérité scientifique. Il connait ses limites lors de la rédaction d’articles aux formats contraints par le nombre de signes ou de pages du fait de la place prise par les références bibliographiques et, a fortiori, par les références webographiques[1]. Pour ces dernières, par exemple, les 19 références d’articles et de thèses consultés pour identifier quelques déterminants du front pionnier représenteraient, à elles seules, plus d’une page au format de cette contribution.

Pour toutes ces raisons, nous nous proposons d’indiquer uniquement en bas de page les noms des auteurs et les dates du texte de référence et l’intégralité de la référence en bibliographie finale.

  • Cadre général d’intervention

– Secteur d’activité : la fonction publique en France (dans ses trois versants : État, Territoriale, Hospitalière)

– Population : 5,2 millions de fonctionnaires et d’agents publics

– Échantillon :2,5 millions de fonctionnaires de la fonction publique de l’État

– Champs d’action : l’Éducation, la Formation, le Travail, la Recherche (considérés comme une cosmogonie)

– Supports d’action : les territoires, les organisations, les activités, les projets, les contextes, les parties prenantes

– Domaine d’action : la santé et la sécurité au travail (SST)

  • Cadre professionnel singulier

– Structure professionnelle : Institut national, du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (INTEFP), établissement public administratif sous tutelle du ministère du travail (près de 100 agents)

– Service au sein de l’INTEFP : la Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques

– Cadre institutionnel : Responsabilité sociale, Démarches Qualité et Professionnalisation durable

– Cadre éthique, théorique et pratique[2]

– Référence historique interne[3] : réforme du dispositif de formations des inspecteurs/trices élèves du travail

– Ingénierie mobilisée : ingénierie de la rencontre c’est-à-dire un assemblage de l’ingénierie didactique coopérative, de l’ingénierie des territoires, de l’ingénierie des relations sociales

– Activité : en 2012, 98 conventions de formation à l’intention de 2030 personnes (stagiaires et auditeurs) pour 4861 journées d’intervention et 400 000 € de recettes

– Effectif : une équipe de 4 personnes : un chef de mission, une responsable projet, une assistante de formation, une secrétaire

  • Cadre d’intervention professionnel

– Axes d’intervention : formation, promotion et expérimentation SSTFP

– Postures : Assistance à maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre / conception / réalisation de formations

– Types d’actions : sensibilisation, formation, professionnalisation, accompagnement de projet, expérimentation / recherche

– Objet spécifique : un dispositif[4] de professionnalisation

– Catégorie socioprofessionnelle concernée : inspecteurs et inspectrices de la santé et de la sécurité au travail (ISST)

  • Cadre singulier de recherche

– Épistémologie générale : interactionnisme, socioconstructivisme[5], relativisme

– Champ de recherche : Sciences de l’éducation / Formation professionnelle des adultes

– Disciplines : l’anthropologie, l’analyse institutionnelle, la sociologie, la géographie

– Enjeux[6] : pragmatique (l’action, l’engagement, les organisations), ontologique (développement des habiletés et connaissances), nomothétique (la loi à advenir)

– Concept épistémologie générale : monisme, transversalité, multiréférentialité

– Mots clés anthropologie : hominisation, fécondation, mouvement spiralaire, itinérance,

– Mots clés analyse institutionnelle : prescription ascendante et descendante

– Mots clés géographie : front pionnier, anthropisation, gentrification, paysage

– Objet de recherche : la professionnalisation d’adultes en transition professionnelle concept à la fois d’intelligibilité, pragmatique et mobilisateur

– Méthodologie : action-recherche abductive

– Source : recherche empirique et inductive[7]

– Finalités : recherche théorique et spéculative[8]

– Posture : Expérimentation participante

– Recueil des données[9] : observation participante, participation observante

– Interprétation des données : théorisation en action[10]

– Description[11] : distinction entre ce quLi relève des causes et des raisons

  • Terrain professionnel

– L’ensemble des départements ministériels et établissements publics administratifs de la fonction publique de l’État

– Le Réseau des écoles de service public mais plus particulièrement : ENA[12], EHESP, ENSOSP, CNFPT

– Le Fond national de prévention de la CNRACL (Conseil scientifique et technique)

– Les salons-congrès : PREVENTICA, Assises des CHSCT, Expoprotection…

– Les associations professionnelle et scientifique : ResPECT, ADHYS, RUMEF[13]

  • Corpus de données

– Ordinateur professionnel : 42 893 fichiers professionnels/scientifique (32694/10199) répartis dans 4 904 dossiers (3568/1336) correspondant à 32 Go de données (26/6)

– Site internet : 91 rubriques, 315 pages, 2344 documents, 556 liens internet accessibles gratuitement et plus d’un million de connexions depuis le décembre 2010 soit 29 mois[14] : http://www.intefp-sstfp.travail.gouv.fr/

-Plate-forme de formation à distance : plus de 450 documents accessibles au seul public concerné

1.8. Parcours singulier du professionnel-chercheur

– Directeur-adjoint du travail, nous exerçons notre activité professionnelle au ministère du travail français depuis 1975 et dans le champ de la formation d’adultes depuis le début des années 90 sous différentes formes (formateur, responsable de projet, chef de service formation). Nous travaillons sur les dispositifs longs de formation initiale professionnelle préalable à la prise de poste (après concours)  dans la fonction publique de l’État en France depuis 1999.

– Master recherche en Sciences de l’Éducation en 2006 (Université Lyon II) et inscription en thèse en 2009. Membre de l’Axe 1 « Formation et professionnalisation des adultes » du Centre interdisciplinaire de recherches sur les valeurs, les idées, les identités et les compétences. Université de Rouen. France.

  1. Front pionnier comme paysage du professionnel-chercheur

En nous appuyant sur un principe de similarité et de métaphore à finalités compréhensives, nous formulons ici l’hypothèse que l’action-recherche abductive exercée par le professionnel-chercheur sur son terrain constitue une forme de front pionnier et que les éléments constitutifs de ce dernier peuvent aider à la caractérisation de ce type de démarche scientifique.

Le front pionnier connait de nombreuses définitions et nous retiendrons ici les éléments les plus caractéristiques. À première vue, il s’agit donc d’une forme de colonisation intérieure : une expansion et une extension pilotée par l’humain et sous la dépendance de l’incertitude d’un terrain qu’il s’agisse de climats, de montagnes, de forêts, d’animaux, de « peuples indigènes ». Il s’agit donc à la fois d’une limite floue entre plusieurs réalités et d’un état intermédiaire entre deux zones qui est autant une conquête et une découverte qu’une forme de domination et de menace pour le pionnier comme pour la nature et ses peuples indigènes « ancestralement » installés. S’il possède une orientation, un axe majeur de pénétration, il est dépendant des réalités du territoire et de la capacité du pionner à y faire, à s’adapter ou à renoncer comme du milieu à résister. En d’autres termes, à l’évolution par « cycle horizontal linéaire » : Forêt inexploitée / Zone à défricher / Cultures à planter / Forêt inexploitée / Zone à défricher / Cultures à planter… se substitue, en matière scientifique, un mouvement spiralaire fait d’itérations, de boucles de rétroaction, de déplacements simultanément individuels et collectifs, diachroniques et synchroniques, évolutifs et régressifs, linéaires et chaotiques, amplificateurs et rétrécissant, autrement dit, un mouvement composite et non programmé.

Le front pionnier abductif serait ainsi une frontière mouvante, mystérieuse, incertaine séparant les régions humanisées (paysage humanisé) des contrées qui vont l’être (paysage naturel)[15] à des fins politiques, économiques, financières et sociales. La notion de paysage est ici pensée dans une double acception : le point de vue singulier du professionnel-chercheur dans un milieu et un environnement donnés, contextualisés et les paradigmes qu’ils mobilisent c’est-à-dire[16] les conceptions théoriques dominantes ayant cours à une certaine époque dans des communautés scientifiques donnée, qui fondent les types d’explication envisageables et les types de faits à découvrir dans les sciences données. Il contient aussi un idéal nous dit Xavier Arnauld de Sartre (2006) car il est dans l’imaginaire collectif, la terre des possibles, où une nouvelle redistribution sociale peut être réalisée, où les oubliés du développement et les perdants de la « grande loterie » qui attribue à la naissance une position sociale peuvent avoir une nouvelle chance. En d’autres termes c’est une spéculation entre les connaissances existantes, les prévisions, les moyens donnés, construits, le travail en train de se faire, les empêchements, les trouvailles, les vécus (étonnements, renoncements), les analyses de situations, les nouvelles projections. Les résultats ne sont que temporairement acquis, c’est le retour réflexif qui fait prendre la mesure de l’avancée et l’histoire ne peut s’écrire qu’à la fin, cette dernière étant également fortement indéterminée. Sont ainsi à l’œuvre conjointement des processus de développement et de transformation dans une forme de parcours initiatique qui doit toujours être en capacité de justifier de sa légitimité à investir (ou pas) des environnements qui sont (ou pas) les siens.

D’un point de vue méthodologique, nous avons illustré notre propos[17] dans le changement de paradigme et de culture constitué par la transition de la recherche sur la formation d’adultes à la recherche en matière de professionnalisation. Elle nécessite, d’une part, de penser simultanément intelligibilité et optimisation (processus, intention et finalité) et, d’autre part, de mobiliser conjointement les mondes qui la composent plutôt que de les séparer. Il ne s’agirait donc plus d’identifier des compromis mais de repérer des zones de transaction dont les contours dépendent du paysage construit (institutionnel, culturel, économique, social, humain …), du point de vue de l’observateur qui regarde le paysage, et de l’instrumentation scientifique qu’il mobilise pour étudier le visible et l’invisible, l’explicite et l’implicite, le temporel et l’intemporel… Dans cette perspective, les relations entre parties prenantes s’autorisent à se penser, se réaliser et s’exprimer non pas en termes de domination mais d’émancipation.

Le front pionnier versus découverte est un procédé archaïque parce qu’il appartient à la période la plus ancienne de l’humanité. Mais il fait également partie des phénomènes intergénérationnels et porte une dimension universelle : de la horde primitive aux conquistadors, de la substance primitive en voyageant du point de vue scientifique des atomes de Démocrite au grand collisionneur du laboratoire européen pour la physique des particules. Il s’impose donc à l’humain comme au scientifique et peut être, dans cette perspective, entendu comme un fait social au sens durkheimien voire un phénomène social total si l’on considère  que sont convoquées ici l’humanité et toutes les disciplines scientifiques instituées. Mais ce front pionner est humanisé est le professionnel chercheur ne souhaite ni destructions, ni menace, ni pertes sèches dans les échanges avec les parties prenantes de son travail. Ainsi, au sein du processus « maussien », donner/recevoir/rendre, il considère la découverte comme esprit de la chose échangée qui vient garantir la pertinence de la restitution/théorisation au travers de la norme à advenir et de la scientificité de l’écrit.

  1. Le trésor et invention de la découverte

L’action-recherche abductive demande alors d’assumer le double statut de professionnel-chercheur dans un cycle : production du travail, observation, questionnement et théorisation, production du travail (enrichi de l’étape intermédiaire). La dynamique participation observante – observation participante permet de nourrir le cycle des matériaux nécessaires à son enrichissement. Pour humaniser ce front pionnier conçu solitairement et donner une légitimité à sa conception/construction, les processus poppérien de formulation-réfutation de conjectures plausibles et le statut de la preuve ont été mis en débat et validés par des contributions/conquêtes au sein de deux univers distincts mais complémentaires les communautés professionnelle et scientifique.

Pour ne pas alourdir le tableau, toutes les références universitaires ainsi que les références professionnelles majeures n’ont pas été explicitées mais sont accessibles sur le site de l’Université de Rouen.

Les dates indiquées correspondent aux années où se sont déroulés les évènements. Toutefois, il faut considérer premièrement que les nouveaux concepts ont émergé en plusieurs phases lors des écritures des réponses aux appels à contributions puis des articles eux-mêmes (enrichis, le cas échéant, des observations issues des évaluations) soit sur une période pouvant atteindre de 12 à 18 mois. Deuxièmement, les écritures entre les différents textes se sont interfertilisées.

  • Communauté professionnelle

Colloque

Titre de la communication

Évolution de la professionnalisation, concept visité

RIIFT 2010

Le rôle de l’administration du travail dans la promotion d’une culture de la santé et de la sécurité au travail dans les organisations publiques et privées françaises

Modalités de développement d’une culture et des compétences en santé au travail

RESP 2011

Entre formation professionnelle tout au long de la vie et professionnalisation durable. Une tension féconde, des dispositifs ouverts, des acteurs engagés, un enjeu pour le RESP

Dispositif interinstitutionnel de transmission et de partage de professionnalités

 

RespECT 2011

Professionnaliser durablement l’encadrement de la fonction publique en matière de la santé et de la sécurité au travail. Du déséquilibre de contrainte à la contribution intégrée.

Agir pour, avec et malgré des autrui significatifs

ABC sécurité

Éditions du Papyrus 2011

Accord du 20 novembre 2009 sur la santé et la sécurité au travail dans la fonction publique

Tiers facilitateur et référentiel opératif commun

  • Communauté scientifique

Nous ne pouvons ici au-delà de l’exhaustivité de l’énumération entrer dans l’analyse des processus d’émergence des déterminants de la professionnalisation au regard de la confrontation à la communauté scientifique dans des colloques ou pour des revues de sciences de l’éducation.

Colloques

Revues

Objet/titre de la communication

Émergence des déterminants de la professionnalisation

BGUV-INRS 2009

Fonction d’inspection, évaluation des risques et professionnalisation

Prescription, activité réalisées et activités empêchées

UNIMAIL 2010

La Professionnalisation

Déterminants d’une formation professionnelle durable

GRIS, 2010

Réforme de l’État, accord santé sécurité au travail et gouvernance

Mise en abyme de la prescription

AREF, 2010

Entre commande de formation et dispositifs de professionnalisation.

Dialectique de la prescription

FREREF, 2011

Engendrer durablement des apprentissages professionnels individuels et collectifs

Pré-professionnalisation et développement d’une culture de la santé et sécurité au travail

RUMEF 2011

Penser un Master des sciences de l’éducation, de la formation et du travail.

Épistémologie et science de la professionnalisation

QPES 2011

Conflit sociocognitif, dispositif de professionnalisation et professionnalisation.

Fécondation d’un humain professionnel

OUFOREP 2011

La professionnalisation. Un champ de recherche bien pratique

Professionnalisation durable et bildung professionnelle

AFS 2011

Innovation et professionnalisation

Démarche abductive

FREREF 2012

Santé-sécurité au travail et professionnalisation durable dans les secteurs public-privé.

Territoire, Assemblage, Concept d’intelligibilité, pragmatique et mobilisateur

Biennale de l’éducation 2012

Le Réseau des écoles de service public en France

Éléments constitutifs d’une didactique de la professionnalisation

COMPARISK

2013

Socioconstruction et socioproduction de la santé physique et mentale au travail en France

Transmission intergénérationnelle de professionnalités

AFIRSE

2013

Professionnalisation durable

Cosmogonie mondes de l’éducation, de la formation, du travail et de la recherche

Ecole management Strasbourg 2013

Personnalisation et humanisation des organisations et des apprentissages

Alliances territoriales sciences de gestion et de l’éducation

GESTES

2013

Socioconstruire et socioproduire de la professionnalité pour le bien-être au travail

Dynamique, processus, sociologos

RIFreQ 2013

La découverte, un trésor est caché dedans

Découverte, Front pionnier

Nous montrons ici au regard de l’étendue et des caractéristiques du territoire du front pionnier décrits en §.1 comment nous avons investi dans les champs professionnel et scientifique en termes d’écrits, de confrontations aux évaluations en amont puis en débats lors des présentations orales dans les ateliers.

  1. Les traceurs des paysages de la découverte par front pionnier

Il nous semble essentiel de rappeler qu’au cours de la démarche d’action-recherche abductive, le principe d’incertitude prédomine dans l’action et que c’est le processus réflexif de théorisation qui fait émerger la découverte. En d’autres termes, il ne s’agit pas d’un processus de recherche de compréhension du front pionnier du Mato Grosso brésilien ou des plateaux du Centre Viêt-Nam, c’est-à-dire de l’étude en l’état actuel des connaissances et des moyens d’un processus qui s’est construit antérieurement dans un espace donné et identifié dans ses limites, son histoire, sa géographie : le campo cerrado (savane arborée), le Mato Grosso, la forêt amazonienne, le Brésil…  Il s’agit plutôt simultanément, d’une part, du processus archaïque et anthropologique de l’humain primitif qui cherche à se nourrir (et peut-être s’angoisse) alors qu’il ne sait pas quand la neige s’arrêtera de tomber parce qu’il n’a pas encore conscientisé le rythme des saisons et, d’autre part, d’une forme de mythe de la caverne inversé où le professionnel-chercheur étudie la part d’ombre derrière les choses réelles (savoirs, connaissances, expériences, pratiques…) qui viennent à lui ou qu’il construit dans un milieu singulier. La démarche s’élabore donc grâce à des données parcellisées à la fois visibles et dissimulées dans un milieu pour partie inconnu et qui résiste ; ce qui occasionne des perturbations, des insatisfactions, voire des regrets :

– difficultés à garder la trace et la lisibilité des données au regard de la variété des champs, des disciplines, des auteurs, des supports… investis ;

– décalage entre l’émergence de la découverte et sa conscientisation qui peut être tardive et, par voie de conséquence, la capacité méthodologique de la justification de cette émergence :

– difficultés d’identification, par exemple, des apports du travail de recherche (en qualité de Webmaster) entre 2006 et 2013 qui ont abouti à la constitution du corpus de données du site internet (plus de 2000 documents, plus de 500 liens internet) à partir de centaines d’heures de consultation de sites, de lecture de lettres électroniques, de lectures d’ouvrages, de revues, d’échanges avec les parties prenantes… ;

a contrario, au moment de la rédaction de cet article, nous avons découvert le terme d’expérimentation participante au moment où nous décrivions notre posture jusqu’à ce moment explicitée entre observation participante et participation observante issues des travaux de Soulé et que simultanément nous avons effectué une recherche pour relire l’article de Soulé ;

– Le risque de l’« éparpillement analogique » : pour caractériser l’anthropisation, traverser une thèse intitulée « Caractérisation de l’anthropisation à l’Holocène en Provence et en Languedoc oriental, par les mollusques terrestres » (Martin, S. 2004).

Nous précisons ci-dessous notre propos avec quelques exemples que nous considérons significatifs pour illustrer surprises, constats, interrogations qui constituent autant de traceurs de la découverte par front pionnier dans l’action-recherche abductive.

  • Paysage de la vie personnelle

Nous commençons volontairement par ce point de vue et par un exemple pour insister sur une des caractéristiques de la découverte qui ne sera pas traitée en tant que telle mais qui nous semble pour autant intrinsèquement liée à cette dernière : les relations entre découverte et affects (sentiments, émotions). Nous citerons juste pour exemple récent que la découverte du « front pionnier » s’est réalisée grâce au parcours scolaire de notre fils et s’est incarnée au moment de la révision de son devoir de géographie. La découverte est, parfois, une « trahison » de l’intimité.

  • Paysage de l’activité professionnelle

Tout en prenant le compte le biais apporté par les moteurs de recherche automatique, le nombre de connections sur le site internet (près d’un million en 30 mois) atteste à tout le moins quantitativement de l’intérêt pour le site et de la réussite du projet professionnel de favoriser le développement d’une culture de la santé au travail en mettant à dispositions des informations qui n’existent sur aucun autre site. Pour autant, nous formulons l’hypothèse que les utilisateurs du site ne correspondent pas au public premier pour lesquels il a été conçu : les départements ministériels et les ISST. Nous en voulons pour preuve qu’aucun de ces deux publics ne nous alimentent en documents (textes juridiques, outils méthodologiques, rapports…) que nous devons chercher par nos propres moyens. À chaque interpellation des parties prenantes directement concernées nous avons des retours évasifs, des vagues regrets d’oubli et, in fine, une forme de pacte dénégatif. Dans ces conditions, la découverte peut se révéler une activité intrusive de dévoilement ainsi qu’une illusion pour l’inventeur et une situation de domination pour les deux.

  • Paysage de la direction de la thèse

Nous sommes actuellement, du point de vue institutionnel, un doctorant « décrocheur » puisque notre inscription administrative en thèse s’est arrêtée à la fin de la deuxième année. Notre participation au colloque du RIFreQ va nous permettre de mettre en débat les questions méthodologiques qui ont fait l’objet des disputes puis des tensions : la démarche abductive a été considérée comme non scientifiquement reconnue au regard des caciques institutionnels qui valident les règles méthodologiques des thèses en Sciences de l’Éducation en France. Un professionnel-chercheur devrait ainsi être d’abord un chercheur socialement aseptisé plutôt que de chercher à s’assumer comme un professionnel intrinsèquement inscrit dans un champ social au sein duquel se jouent des intentions et des pratiques sociales qui seraient absentes (à l’évidence..) de l’univers de la recherche. Ceci nous a amené à renoncer temporairement à l’objectif de la thèse mais pas à l’activité de recherche. La découverte des écrits de Devereux, Singleton puis tout récemment Anadón a eu pour nos travaux des vertus rédemptrices et a fortifié leur légitimation sur la question de la place et le rôle du chercheur dans sa recherche et dans les rapports qu’il établit avec les acteurs sociaux.

  • Paysage de l’activité de recherche

Depuis 2009, la parution des appels à contributions a constitué la première découverte externe à notre environnement professionnel et de recherche. L’analyse de leurs problématiques et leurs mises en dialogue avec nos travaux, les réponses (acceptations, refus, observations suite à évaluations) et les choix de non réponse ont charpenté nos questionnements. Ce processus est devenu pour nous une « épreuve de réfutabilité ». L’exemple le plus significatif consiste à avoir vu deux articles refusés, en 2012, pour une revue (3 évaluations) et, en 2013, pour un colloque (2 évaluations) et justifiés par des motifs qui constituent les éléments les plus significatifs de l’argumentaire de l’appel à contribution du RIFreQ et de cet article et qui, à notre sens et d’une certaine manière, nous « autorise » la présente contribution au sein du colloque du RIFreQ. Du point de vue de l’argumentaire juridique, nous avons considéré que les règles édictées pour justifier les refus étaient subordonnées, en particulier du point de vue méthodologique, à des conditions particulières (l’hypothético-déduction) et nous en avons déduit que la règle « inverse » (l’abduction) était applicable à nos travaux puisque les conditions fixées par les évaluations précitées n’étaient pas remplies. Ceci nous amené à revisiter et à préciser nos articles en cours qui ont été enrichis : la découverte peut donc se manifester a contrario.

  • Paysage de la constitution du corpus

Notre corpus s’est constitué en nomade, c’est-à-dire « chemin faisant » au fur et à mesure des rencontres des concepts et/ou des auteurs et des disciplines associées trouvés sur internet (bases Google et Isidore du CNRS) dans des bibliothèques universitaires, personnelles, chez les bouquinistes. Il est caractérisé par le « multi » et le « trans » et ne cherche si spécialisation thématique ou exhaustivité : il est une sorte d’univers en expansion sous forme d’arête de poisson à l’instar d’une des formes de front pionnier : l’arête centrale constitue l’armature diachronique de sa constitution (en isomorphisme avec l’avancée des travaux) et les arêtes latérales les justifications synchroniques (exercice de la preuve, de la réfutabilité).

À l’image de notre posture de professionnel-chercheur, il est bicéphale. Il comprend, d’une part, une forme d’anthologie professionnelle [18]de la santé et de la sécurité au travail dans la fonction publique en France qui nous donne une première légitimation institutionnelle (Dakhlia) interne à mon groupe professionnel et une reconnaissance externe (le nombre de connexions en moins de trois ans). Mais sa singularité majeure réside, d’autre part, du point de vue de la recherche, dans le fait qu’il n’est pas constitué d’entretiens organisés et retranscrits au sens des caciques de la méthode scientifiquement correcte. Il comporte l’ensemble de nos notes prises au fil de notre activité de professionnel-chercheur, ensuite, l’ensemble des savoirs et connaissances sur lesquels nous nous sommes appuyé en phase empirique et inductive et, enfin, les fruits[19] de notre théorisation en action en phase théorique et spéculative : le risque encouru n’étant plus de se perdre dans l’analyse du discours des parties prenantes mais dans les productions des connaissances en général et dans la nôtre en particulier.

Si les analyses évoluent le corpus reste et l’invention de ce type de corpus constitue un des trésors de la découverte scientifique.

  • Paysage de l’interaction activités professionnelle et scientifique

– Une autre singularité primordiale de notre démarche s’illustre dans la tension heuristique entre deux objets : la professionnalisation (projet de recherche) et la santé et sécurité au travail (projet professionnel). La question se posait de caractériser la professionnalisation comme un concept ou une notion et c’est l’analyse des déterminants de la santé au travail (à la fois concept d’intelligibilité, pragmatique et mobilisateur) qui nous a permis de considérer que la professionnalisation était un concept qui pouvait être étudié et compris à travers ces trois déterminants ;

– La conjonction des activités professionnelle et scientifique nous ont permis dans les échanges, les réunions, les dispositifs, les articles, les colloques de tenir un discours certainement plus argumenté et, parfois décalé, d’éléments conceptuels coté travail et d’éléments du terrain et du réel coté recherche. À titre d’exemple, elle a été à l’origine de nouveaux questionnements (la transition professionnelle) et de nouveaux concepts (l’itinérance).

La découverte est ainsi une forme de travail d’élaboration, au sens psychanalytique du terme, dans le sens où c’est l’association des concepts latents qui les a transformés en contenu manifeste (en particulier grâce à la théorisation).

  • Paysage épistémo-méthodologique

Notre démarche d’action-recherche abductive s’est construite à partir du principe qu’au sein du processus de découverte, il existe des trésors cachés qu’il appartient au professionnel-chercheur d’inventer. Il n’a donc plus été question d’opposer, en quelque sorte, le fait que l’on ne puisse découvrir que ce qui existe déjà et n’inventer que ce qui n’existe pas ; nous rappelons que le sens primitif de l’invention est la « découverte d’une chose cachée » (Lalande, 2002, p. 544).

À partir de la définition proposée par Popper (1973, p. 287), « La science ne produit jamais l’objectif illusoire de rendre ses réponses définitives ou même probables. Elle s’achemine plutôt vers le but infini encore qu’accessible de toujours découvrir des problèmes nouveaux, plus profonds et plus généraux, et de soumettre ses réponses, toujours provisoires, à des tests toujours renouvelés et toujours affinés » nous pensons qu’« Il faut considérer globalement, dans la génération des connaissances scientifiques, dépasser l’opposition classique entre démarche inductive et démarche hypothéticodéductive et considérer une boucle récursive abduction/déduction/induction. Cette boucle n’a pas besoin d’être parcourue intégralement par chaque chercheur ou au sein de chaque dispositif de recherche : il suffit qu’elle le soit collectivement dans la communauté scientifique[20] ».

L’action-recherche abductive consiste donc à exercer une activité de défrichage[21] entre le connu d’ici et maintenant et l’inconnu qui est mis à jour par les activités d’observation, de participation, de théorisation. C’est en ce sens qu’elle représente pour nous un front pionnier qui se confronte aux incertitudes, aux secrets et aux contraintes de la Nature naturante et naturée, c’est-à-dire à un processus de découverte au sein duquel émergent des connaissances existantes et de nouvelles connaissances temporairement valides qui se construisent par tâtonnement au fur et à mesure de l’émergence de données visibles (en acte) mais instables (en puissance) car toujours contextualisées. Mais ce front pionnier est humanisant et humanisé dans le sens où il prend en compte les parties prenantes comme les personnes humaines. C’est ensuite le processus de confrontation à la communauté professionnelle et scientifique qui reconnait et valide ensuite l’invention (ici au sens juridique) de la découverte. In fine, il a permis soit l’abandon d’une piste d’investigation, soit l’origine d’un nouvel éclairage compréhensif sur l’objet de recherche, de la reformulation enrichie d’une hypothèse, de l’élaboration d’une problématique. Le processus de découverte que nous mettons à jour est ainsi une tension entre notre implication immanente et notre outillage transcendantal : elle émerge et s’enrichit dans l’expérience en cours mais elle dépend d’une rationalité externe à cette dernière.

Conclusion

La dimension heuristique de nos travaux aura consisté à favoriser le recueil des matériaux dans l’intention de produire une analyse temporaire, multiréférentielle, qualitative et inventive d’un système complexe et incertain. Nous avons suivi/construit une forme de parcours initiatique dont règles, finalités et idées n’ont été (re)connues que dans leur survenance par l’épreuve des faits. Interactions et boucles itératives entre actions, observations et processus de questionnement (terrain, acteurs, sources écrites) ont émergé grâce à et par la production simultanée d’une théorisation ancrée, construite et validée par comparaison entre réalité observée et analyse en émergence cherchant à mieux comprendre et à faire mieux comprendre l’agir expert de notre domaine.

En cherchant-reliant, d’une part, des savoirs d’action (des données, des socio-produits et des socio-construits et des produits de la réalité sensible) et, d’autre part, des savoirs théoriques, notre démarche abductive ne s’est pas organisée autour d’une règle centrale qui aurait éclairé les faits mais a cherché en quoi liaisons-déliaisons des faits semblaient devoir découler d’une loi à advenir mais encore inconnue. Au moment où nous concluons cette contribution, nous sommes à la dernière étape des révélations avant de nous lancer dans l’ultime découverte de l’écriture de cette loi qui semble aujourd’hui s’éloigner des questionnements autour de la professionnalisation pour s’orienter vers un approfondissement épistémologique et méthodologique de l’action-recherche abductive regardée comme un processus d’anthropisation. Nous le définirons, avec l’aide de Develay, comme une avancée scientifique par front pionnier humanisé qui favorise l’émergence de l’altérité au sein d’une gouvernance méthodologique où les échanges sont pensés à partir de la relation de parité asymétrique entre savoirs, connaissances, expériences et pratiques issus, pour ce qui nous concerne, des mondes de l’Éducation, de la Formation, du Travail et de la  Recherche.

 

Pour le dire autrement

 

« L’erreur est l’apanage de l’humanité », Francis Bacon, Essais (1625)

«  Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux », Marcel Proust.

« C’est au contraire parce que je suis le plus dépassant des progressistes, le pionnier de l’extrême avenir, que je condamne ces pratiques surannées », Léon Bloy

 

Bibliographie

Albero Brigitte, « De l’idéel au vécu : le dispositif confronté à ses pratiques » in Albero Brigitte, Poteaux Nicole, (dir.), Enjeux et dilemmes de l’autonomie ? Une expérience d’autoformation à l’université. Étude de cas, Paris, Les éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2010, pp. 67-94.

Artigue Michèle, « Ingénierie didactique » in Recherches en didactiques des mathématiques, Grenoble, La Pensée Sauvage éditions, Vol. 39/3, 1990, p. 283.

Bourdin Jeanne, Kaddouri Mokhtar, Redéfinition du projet de formation initiale des inspecteurs du travail, Rapport d’étape : les activités et les compétences des inspecteurs du travail, Paris, CNAM, CAFOC, non publié, 1998.

Delors Jacques, L’Éducation Un trésor est caché dedans, Rapport à l’UNESCO de la Commission internationale sur l’éducation pour le vingtième siècle, Éditions Unesco, Éditions Odile Jacob, 1996.

Gaudez Florent, « De l’abduction créative comme méthode sémio-anthropologique au service de la sociologie de la connaissance et des représentations » in Sociedade e Estado, Brasília, v. 20, n. 1, jan/abr, 2005, pp. 13-22.

Gérard Christian, « Action-recherche / recherche-action en formation. Conjoindre l’expérience, l’art et la science afin de former à (se) former » in Esprit critique, Vol.08, N° 01, 2006, http://www.espritcritique.org, consulté le 20 mai 2013.

Jonnaert Philippe, Vander Borght Cécile, Créer des conditions d’apprentissage. Un cadre de référence socioconstructiviste pour une formation didactique des enseignants, Bruxelles, De Boeck, 2003.

Le Dérout Matthieu, « L’étendue d’un front pionnier : la région du Mato Grosso » in L’Information géographique, 2006/2, Vol. 70, p. 104-109. Consulté le 20 mai 2013.

Singleton Mike, « De l’anthropologie appliquée à l’anthropologue impliqué » in Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-2 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, URL: http://rsa.revues.org/350, consulté le 20 mai 2013.

Soulé Bastien, « Observation participante ou participation observante, Usages et justification de la notion de participation observante en sciences sociales » in Recherches Qualitatives, Vol. 27(1), 2007, pp. 127-140.

[1] Elles ont toutes été actualisées lors de la dernière relecture de cet article.

[2] http://www.intefp-sstfp.travail.gouv.fr/datas/files/SSTFP/2%20Mission%20SSTFP%20Cadre%20éthique%20théoriq%20pratiq%202011%2001%2005.pdf

[3] Rapport Bourdin (CAFOC), Kaddouri (CNAM), 1998.

[4] Albero, 2010, pp. 67-94.

[5] Jonnaert, Vander Borght, 2003.

[6] Van der Maren, 1996, pp. 61-68.

[7] Le Bouëdec, G. Tomamichel, S. 2003, pp. 30-32 et p. 51.51.

[8] Martineau et al, 2001, pp. 3-32.

[9] Soulé, 2007, pp. 127-140.

[10] Masciotra, 1998.

[11] Laplantine, 2005, pp. 92-98.

[12] Ecole nationale d’administration, Ecole des hautes études de santé publique, Ecole nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers, Centre national de la fonction publique territoriale

[13] Réseau des ergonomes et préventeurs des collectivités territoriales, Association pour le développement de l’hygiène et de la sécurité dans les établissements de recherche ou d’enseignement supérieur, Réseau des universités préparant aux métiers de la formation)

[14] Nom du site : Vers une culture de la santé et de la sécurité au travail dans la fonction publique. Professionnaliser durablement acteurs, activités, organisations, contextes et territoires : une histoire d’Éducation, de Formation, de Travail et de Recherche. http://www.intefp-sstfp.travail.gouv.fr/.

[15] George Pierre, Verger Fernand, Dictionnaire de la géographie, Paris, PUF, 2000, p. 204.

[16] D’après la définition du dictionnaire Trésor de la langue française informatisé http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=952612425

[17] Masse, 2012.

[18] Cf. §. 1.6.

[19] Nous les avons listés en §.3.

[20] David, 1999.

[21] Le défrichement est « une pratique humaine très ancienne » (Clairy).



Citer ce billet
Max Masse (2013, 20 juin). L’action-recherche : un front pionnier  . ANDRALOGIQUES. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvoh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search