Situations difficiles. « Ça vient du dessus » !*

« Vous vivez toutes vos injustices séparément. Il faut les combattre collectivement(1) »

En préface du dernier ouvrage de Lise Gaignard (2), Pascale Molinier nous précise que cet ouvrage nous parle de nous, de notre monde ordinaire, avec nos mots, ceux de tous les jours. Rien de spectaculaire que de l’ordinaire c’est-à-dire des drames, des gens qui craquent ou qui meurent sans que ralentisse le cirque infernal, comme si de rien n’était. Elle précise que ceux qui parlent étaient à fond dans le circuit, jusqu’au pépin… et quelque chose est arrivé qui les a mis hors course, les yeux dessillés.

Trois extraits de l’ouvrage de L. Gaignard illustrent ci-dessous ce moment de la prise de conscience quand ils envisagent, comme le souligne P. Molinier, leur compromission dans le système néolibéral à s’en rendre malade et que l’auteure a saisi sur le vif.

Anita, distributrice de colis. P. 87.
« …J’en suis là et je ne tiens plus debout. Le directeur est en burn out – il est arrêté depuis un moment maintenant. Le second vient de faire un infarctus… Ça ne me console pas, mais quand même, là-haut non plus ça ne tourne pas rond… Ils vont nous envoyer des psychologues de gestion du stress. Il faudra qu’ils fassent gaffe à ne pas se faire foutre dehors. Et puis il parait qu’on postule pour la palme de la santé au travail ! »

Aurélie, directrice des ressources humaines. P. 132.
« …Ça a été très dur depuis. Surtout que ça a recommencé, il y a deux ans : nouveau « plan social » ! nouvelles simulations, etc. Je ne suis jamais arrivée pour les présenter au CE : j’ai eu un accident de voiture sur la route. Failli foncer dans u mur avec mon fils à l’arrière. J’ai tout fait, encore une fois, de chez moi. Cette fois trente licenciements. Après, ça ne s’est pas arrangé. Ça tourne au harcèlement moral entre nous à la DRH. Je n’en peux plus, pourtant mon mari me comprend ; depuis sa tentative de suicide, quand il s’est fait viré après avoir vendu sa boîte à un grand groupe, il prend du recul… Mais un conflit avec mon employeur je ne vois pas… Et le pire c’est que je mène le groupe sur la qualité de vie au travail – le mot d’ordre du président cette année, c’est « Be happy » ! »

Marc, commercial dans la pub. P. 136.
« Mon responsable, je sais bien ce qu’il a : il ne sait pas filtrer la pression qu’on lui met. Ça vient du dessus : notre propriétaire, c’est un fond de pensions américain… Il est très mal dans sa peau, il se fait détester par tout le monde, insulter par les clients. L’ancien est parti, il a fait un burn out : il filtrait »

Il existe de nombreuses définitions des effets positifs et négatifs du travail sur la santé psychologique des personnes. Nous retiendrons ici la notion de santé psychologique au travail, proposée par Biron, Brun, St-Hilaire (3) = un fonctionnement harmonieux, agréable et efficace d’une personne qui fait face avec souplesse aux situations difficiles en étant capable de retrouver son équilibre.

Mais qu’est-ce qu’une « situation difficile » ? Existe-telle en soi, façon offshore, hors-sol ou génération spontanée ? Sinon d’où provient-elle ? Certainement pas de ces femmes et de ces hommes broyés par le travail même s’ils sont parties prenantes des processus en jeu. Autrement dit, une « situation difficile » ne dépendrait-elle que d’une personne uniquement ou d’un système d’acteurs et de moyens qui resteraient encore à identifier pour un « mieux travailler » ?

Les mêmes auteurs mettent en avant les trois grandes composantes qui influencent la santé psychologique:
– les composantes associées au travail (autonomie, reconnaissance, charge et exigences du travail, etc.) ;
– les caractéristiques individuelles (personnalité, santé physique, histoire personnelle, dimensions affectives, compétences, etc.) ;
– l’environnement social (amis, famille, communauté, etc.).

Ces composantes constituent autant de variables à prendre en compte dans le fonctionnement quotidien d’entreprise, d’administration, de collectivité ou d’établissement public. Elle-même incluse dans ce système, la santé des salariés ne relèvent plus ainsi que de la seule « bonne » gestion des différents niveaux de prévention des risques psychosociaux (une dose de primaire par ci, une formation secondaire ou une cellule d’écoute tertiaire par-là). L’intégration, l’injection ou le saupoudrage de doses de bien-être professionnel ou de particules de qualité de vie au travail dans les pratiques de gestion, dans les décisions ainsi que dans les orientations de l’organisation au quotidienne ne suffisent alors à leur bonheur.

Leur santé ne dépendrait-elle pas plutôt, non pas des « situations difficiles » mais de ce qui les provoquent et qui se situent bien loin de leurs champs d’action et de compétences, bien loin de leurs forces et de leurs faiblesses, bien loin de leur pouvoir d’agir et de leurs marges de manœuvre.

Dès lors, le regard se porterait sur un ensemble et non pas seulement sur l’une de ses parties ; les salariés ne sont que les vecteurs d’une matrice qui leur échappe en même temps que ce sont les prescriptions hors normes qu’ils leurs sont imposées qui font, en quelque sorte, que leur santé leur échappe. C’est pourtant cette matrice qui pourrait fournir quelques-uns des ressorts de leur guérison.

A l’heure où ils tombent malades du travail et parmi eux bon nombre sont performants, des salariés passent de la ligne comptable « Ressources humaines » au statut « inaptes professionnels ». C’est leur employeur privé ou public qui se trouve alors en perte de ressources, faute de considération de ses forces vives. Le véritable défi pour elle ne serait-il pas de devenir une ressource pour l’ensemble des salariés et pour chacun d’eux, une manière de l’être aussi une pour la société?

Il ne sera alors plus question de stigmatiser leur (in)capacité à oublier les dimensions individuelles et subjectives du travail, à gérer leur stress, à décoder leurs émotions, à économiser leurs énergies, à juguler risque de burn out, de takotsubo (cœur brisé), leur karoshi (mort par sur-travail), à résister à leur bore-out ou encore à faire face aux contraintes psychologiques et organisationnelles qui les font plier. Il sera encore moins nécessaire de leur « vendre » sous fond de culpabilité et de psychologisation (4) de la gymnastique, des massages, des fruits et légumes, des tisanes, des thermomètres d’ambiance, des stages de méditation, des journées de cohésion sociale… pour qu’ils s’imposent de s’adapter à ses situations difficiles.

En changement de registre d’observation et d’analyse, nous pourrons alors :
– non seulement évoquer les véritables ressources budgétaires, humaines, matérielles… dont les travailleurs/euses disposent pour faire face aux multi prescriptions dont ils font l’objet ;
– mais encore et surtout rappeler leur niveau d’assujettissement irréductible aux grandes orientations, aux objectifs et aux décisions stratégiques des fonds de pensions, des actionnaires, des dirigeants de tous ordres.

Le travail et les travailleurs/euses sont alors impactés dans leurs dimensions politiques, économiques, financières, environnementales mais également historiques, culturelles, sociales, socioprofessionnelles, organisationnelles, fonctionnelles, hiérarchiques, géographiques….

Dans le secteur privé comme dans le secteur public, en matière de qualité du travail, de qualité de vie au travail et de santé et de sécurité au travail, il s’agira alors de s’intéresser de façon primordiale à ce qui vient du dessus !

* Cet article a été relu et enrichi par Mme Nadia Boudemagh, Ingénieur IPRP Conduite de changement

1 Garnier, D. (2014). Les « Pacific’acteurs ». Voyage conflictuel à Saint-Pierre-et-Miquelon. LES EDITIONS Chapitre.com. P. 96.

2 Gaignard, L. (2015). Chroniques du travail aliéné. Clermont-Ferrand : éditions d’une.

3 Biron, C. Brun, J. – P. Saint-Hilaire, F. (2009). Guide pour une démarche stratégique de prévention des problèmes de santé psychologique au travail. Université Laval.

4 Clot, Y. Gollac, M. (2014) Le travail peut-il devenir supportable ? Paris : Armand Colin.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.