Et si on parlait de prévention primordiale en santé au travail

Les travaux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont permis  d’identifier six niveaux de prévention des risques : prévention primordiale, prévention primaire/secondaire/tertiaire, prévention quaternaire et prévention fœtale.

On retrouve ici la volonté de garantir le droit à la protection de la santé de chacun et d’assurer la promotion de conditions de vie favorables à la santé.

Ainsi, chaque jour, dans chaque décision managériale, dans chaque instance ou négociation ou dans chaque acte de travail de quelque niveau que ce soit, la SST devrait être présente c’est-à-dire avant que quelque pathologie que ce soit ne soit avérée.

Je ferai l’hypothèse dans ces lignes que ces démarches contribuent à la prévention primordiale en matière de santé au travail au sens du niveau de prévention mobilisé par l’OMS en m’appuyant sur Bonita et al. 2010 (Cf. référence bas de page).

L’exemple de la santé et du tabagisme

Pour ces auteurs, ce niveau de prévention a été identifié grâce au progrès des connaissances en épidémiologie des maladies cardio-vasculaires. On sait que les cardiopathies coronariennes ne sévissent massivement que si leur cause sous-jacente essentielle est présente, à savoir un régime alimentaire riche en graisses animales saturées. Lorsque cette cause était en règle générale absente, les cardiopathies coronariennes restaient une cause rare de morbidité et de mortalité, même si d’autres facteurs de risque importants étaient très fréquents : tels le tabagisme à la cigarette ou l’hypertension artérielle. Dans certains pays à revenu intermédiaire, les maladies cardio-vasculaires prennent de l’importance dans les villes parmi les catégories à revenu moyen ou élevé, qui ont déjà adopté des comportements à haut risque. Au fur et à mesure du développement socio-économique, il faut s’attendre à ce que ces facteurs de risque se généralisent. L’objectif de la prévention primordiale (Cf. Annexe) est d’éviter l’apparition et le maintien de modes de vie sociaux, économiques et culturels dont on sait qu’ils contribuent à l’augmentation du risque de maladie.

On réalise souvent trop tard l’importance de la prévention primordiale. Tous les pays doivent éviter la propagation de modes de vie et de modes de consommation nuisibles pour la santé. La prévention primordiale des maladies chroniques doit comprendre des politiques et des programmes nationaux en matière de nutrition, faisant appel au secteur agricole, à l’industrie agroalimentaire et au secteur des importations/exportations des denrées alimentaires. Les pays ont également besoin de programmes visant à promouvoir un exercice physique régulier.

L’exemple du tabagisme indique qu’il faut un niveau élevé d’engagement des pouvoirs publics pour qu’une prévention primordiale soit efficace. Tout porte à penser que la consommation tabagique pourrait être réduite par l’augmentation des prix et des taxes (Figure 6.5). Les données épidémiologiques montrant les effets nocifs du tabac ont abouti à l’élaboration de la Convention-cadre pour la lutte antitabac en février 2006, premier traité en matière de santé adopté par les États Membres de l’Organisation mondiale de la Santé (voir Chapitre 10).

Tendre vers la prévention primordiale en santé au travail

La prévention primordiale, c’est en quelque sorte l’amont de l’amont en matière de prévention. Elle est nécessaire pour contribuer le plus en amont à la santé de l’ensemble d’une population ou de groupes particuliers. Elle les atteint grâce à une politique de santé au travail et à la promotion de la santé au travail qui s’intéresse aux conditions économiques, sociales et environnementales du travail. Elle favorise les études et les actions permettant de lutter contre les facteurs et les causes des pathologies du travail. Enfin, elle vise à établir et maintenir des conditions qui réduisent au minimum les dangers pour la santé et, pour ce faire, elle recommande des mesures qui empêchent l’émergence de problèmes environnementaux, économiques, sociaux et comportementaux.

L’objectif de la prévention primordiale est donc d’éviter l’apparition et le maintien de modes de vie sociaux, économiques et culturels dont on sait qu’ils contribuent à l’augmentation du risque d’accident ou de maladie professionnelle. La prévention primordiale en matière d’activité professionnelle comprend des politiques et des programmes nationaux favorisant la qualité du travail et son adaptation à la femme et à la femme qui contribue à sa réalisation.

Pour le secteur privé, les « Plan santé travail, 1 à 3 » ont ouvert la voie à une nouvelle manière de penser globalement la prévention en amont.

Une démarche similaire s’engage dans la fonction publique et on peut faire l’hypothèse de l’élaboration d’un PST-cadre et de sa déclinaison dans les trois versants de la fonction publique.

Rappelons que les partenaires sociaux de la fonction publique ont investi ces problématiques depuis 2009 seulement ! En attendant que soient prises en compte les singularités de chaque versant de la fonction publique par des accords et des expérimentations spécifiques, on peut alors estimer que les travaux des négociateurs/trices des questions de SST dans la fonction publique ont engendré les bases d’une prévention primordiale en matière de qualité du travail.

Mais il est également manifeste que l’administration, et plus particulièrement ses services déconcentrés, n’ont pas pris toute la mesure de ce que signifient ces préconisations, en particulier au niveau des hiérarchies intermédiaires qui sont au plus près des agents et du travail réel.

Dans ces conditions l’élaboration du PST fonction publique favorisera une large appropriation collective de ces processus à la source d’émergence des problématiques de santé au travail et le PST-FP incarnerait lui-même un fil conducteur, un outil de médiation et un tiers facilitateur pour permettre aux parties prenantes de construire ensemble le sens de leurs actions.

ANNEXE. Niveaux de prévention (d’après Bonita)

Niveau Primordial

Phase de la maladie

Objectif

Mesures

Cible

Conditions économiques, sociales et environnementales favorisant l’action des facteurs étiologiques.

Établir et maintenir des conditions qui réduisent au minimum les dangers pour la santé.

Mesures qui empêchent l’émergence de problèmes environnementaux, économiques, sociaux et comportementaux.

Ensemble de la population ou groupes particuliers ; atteinte grâce à la politique de santé publique et à la promotion de la santé

Niveau Primaire

Facteurs étiologiques spécifiques

Réduire l’incidence de la maladie.

Protéger la santé par des efforts individuels et collectifs, par exemple en renforçant l’état nutritionnel, vaccinant et en éliminant les risques environnementaux.

Ensemble de la population, groupes particuliers et sujets à haut risque ; atteinte grâce aux programmes de santé publique

Niveau secondaire

Stade précoce de la maladie

Réduire la prévalence de la maladie en raccourcissant sa durée

Mesures destinées aux individus et aux communautés pour la détection précoce et l’intervention rapide en vue de maîtriser la maladie et de réduire au minimum les incapacités (programmes de dépistage).

Sujets présentant une maladie avérée ; atteinte grâce à un diagnostic et un traitement précoces

Niveau tertiaire

Stade tardif de la maladie (traitement, réadaptation).

Réduire le nombre et/ou les effets des complications

Mesures visant à adoucir les effets de la maladie et de l’incapacité à long terme : soulager la souffrance ; maximiser le nombre d’années où la qualité de vie est préservée.

Malades : atteinte grâce à la réadaptation

Référence

Bonita, R. Beaglehole, R. Kjellström, T. (2010). “Prévention primordiale”. Dans Éléments d’épidémiologie. Genève : Editons de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). 2e édition. P. 114. https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/44055/9789242547078_fre.pdf?sequence=1&isAllowed=y


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.