La pluridisciplinarité en SST : quel.le.s acteur.rice.s, quelles stratégies ?

RENCONTRES TERRITORIALES DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL DU CNFPT

28 et 29 septembre 2017, Marseille

Devant les transformations du travail, l’émergence de nouveaux risques et l’évolution des rapports au travail, les professionnel.le.s reconnaissent que la prévention des risques professionnels est indispensable mais n’est plus suffisante. Elle doit élargir son champ d’action à une approche globale de la santé, de la sécurité et de la qualité de vie au travail.

Conscientes de cet enjeu, les collectivités cherchent à mailler les expertises et les compétences pour penser le travail autrement. Ainsi l’approche pluridisciplinaire permet de croiser les regards et d’appréhender de manière collective et transversale la santé et la sécurité au travail. En effet la recherche de l’efficience et le décloisonnement des interventions passent par la facilitation des synergies entre les différent.e.s acteur.rice.s et leurs disciplines.

Ces 3èmes rencontres de la santé et de la sécurité au travail ont été l’occasion de définir les prérogatives des parties prenantes à l’action et d’ouvrir des pistes de réflexions sur les stratégies à mettre en œuvre pour mieux travailler ensemble.

Retrouvez tous les documents présentés lors des rencontres territoriales de la SST :

http://www.cnfpt.fr/se-former-autrement/participer-a-nos-evenements/revivre-evenements/rencontres-territoriales-sante-securite-au-travail-28-29-septembre-a-marseille

Dossier Fonds national de prévention (extrait)

Max Masse s’interroge sur le vocabulaire utilisé aujourd’hui pour décrire la nécessaire intervention d’une pluralité d’acteurs de prévention : pluridisciplinarité ? multidisciplinarité ? codisciplinarité ?

Les changements ont fait évoluer les représentations. On passe d’une logique de construction de la santé au travail à celle d’une gouvernance.

La logique de performance décrite dans l’accord sur la santé et sécurité au travail de 2009 a laissé place à une logique de subsidiarité et de système dans le projet d’accord-cadre sur la Qualité de Vie au Travail de 2015.

Si les « pluri-difficultés » sont aujourd’hui palpables dans le domaine de la fonction publique (budgets, effectifs etc…), les conséquences et les recherches de solutions sont également plurielles et inductives : « c’est en faisant le chemin que l’on trouvera des solutions aux problèmes présents sur le chemin » dit-il.

DE LA PALETTE PLURIDISCIPLINAIRE A LA PEINTURE CODISCIPLINAIRE (Table ronde 3, extrait)

La co-disciplinarité, un projet, un moyen et une dynamique

Du point de vue du prescrit, la pluridisciplinarité est la finalité et du point de vue du réel, la co-disciplinarité est le moyen de la faire vivre :

– Dans la démarche de prévention des risques professionnels, la pluridisciplinarité agit de façon externe sur la SST : logiques pluri verticales sur un même objet (on accompagne)

– Pour la construction de la SST, la co disciplinarité intègre la SST dans ses projets et ses actions : logique circulaire et dynamique intégrative (on fait avec)

Dans le premier cas on s’appuie sur des sachant et dans le second on cherche à construire du sens collectivement

Finalement, le fait de regrouper nos savoirs, nos pensées et nos relations, ne passerait-il pas par le fait de « créer un espace dans lequel nous ne pensons pas nécessairement la même chose mais où la même chose nous fait penser » ?

Négociations QVT fonction publique. Rencontres SST CNFPT, Metz, 2015.

2° RENCONTRES TERRITORIALES DE LA SANTE ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL. CNFPT. Metz, 26-27 novembre 2015.

Dans un contexte de recomposition du paysage territorial, de rationalisation des ressources et d’exigence sociétale croissante, les professionnels de la santé et sécurité au travail des collectivités territoriales s’interrogent sur les dynamiques à impulser et les pratiques qui permettent de conjuguer durablement préservation des capacités individuelles et performances collectives.

La 2° édition des Rencontres territoriales de la santé et de la sécurité au travail sera l’occasion d’explorer l’opportunité que constitue la qualité de vie au travail en tant que vecteur d’une politique de prévention durable et d’employabilité. De quelle manière agir sur les conditions et l’organisation du travail pour maintenir les capacités physiques et mentales des personnes ? Comment préserver l’engagement et les compétences des individus pour favoriser la performance des organisations ? De quelle façon investir le contenu du travail pour donner ou redonner sens et reconnaissance à l’individu au travail ?

Au travers d’éclairages d’experts et de témoignages, le CNFPT vous propose d’échanger autour des stratégies et dispositifs sur lesquels les organisations peuvent s’appuyer pour assurer la prévention de l’usure professionnelle, l’adaptabilité, la mobilité et le développement professionnel des individus et des équipes.

Contribution à la table ronde N°1. LES ENJEUX ET LES OPPORTUNITÉS OFFERTES PAR LA QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL : ÉCLAIRAGE INSTITUTIONNEL

« Négociations de l’accord qualité de vie au travail dans la fonction publique. Comprendre les événements. Professionnaliser durablement en SST » (pages 11 à 21).

Accès aux actes :

 

 

La promotion de la santé : Quel projet de société ?

 

A l’occasion des 30 ans de la Charte d’Ottawa, l’IREPS Auvergne-Rhône-Alpes, avec l’appui du Pôle Régional de Compétences, proposait deux jours de réflexion et d’échanges les 28 et 29 novembre 2016 à Lyon.

Quels sont les principes et intentions de la Charte d’Ottawa ? Pour quelle efficacité ? Comment les acteurs se sont-ils mobilisés en se saisissant des modalités d’action proposées par la Charte ?

Ce document constitue la synthèse des interventions en plénière et des ateliers.

La responsabilité sociétale des entreprises, quel positionnement entre prévention des risques au travail et promotion de la santé ?
L. Madec, Département Santé Environnement Travail et Génie Sanitaire (DSET & GS) à l’École des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) et M. Masse, Mission santé sécurité au travail dans les fonctions publiques, Institut national du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (INTEFP).

Synthèse du colloque :  http://ireps-ara.org/portail/portail.asp?idz=687

Actualités de la recherche en éducation et formation (AREF). Congrès international 2010. Genève.

Commande publique de formation, éléments constitutifs et conditions d’émergence de la professionnalisation.

Entre prescription et souscription (page 204)

Le terme professionnalisation est utilisé pour montrer que les dispositifs qu’il sous-tend articulent logiques du travail et de la formation. Dans la fonction publique territoriale française, cette professionnalisation peut être identifiée au sein de textes et au sein des procédures et des processus, dans les représentations, les discours les actes des professionnels.

Or, la prescription politiquement et socialement attendue de la part de l’État et des partenaires sociaux s’exprime en terme de formation professionnelle tout au long de la vie (FPTLV). Il serait alors fécond d’interroger l’entre deux dans lequel s’opère une transformation entre la FPTLV attendue et la souscription de professionnalisation entendue, comprise, reformulée dans l’appareil formatif.

Dans cette recherche qui débute nous interrogerons les relations entre prescription descendante et prescription montante en formulant l’hypothèse que cette dernière rend compte à la fois d’une réponse à la prescription et à la fois d’éléments du réel de l’activité externe à cette prescription.

Nous étudierons également l’émergence d’une professionnalisation durable et de sa gouvernance dès lors que s’exprime la « Formation professionnelle de l’Homme » en terme de transmission et de responsabilité intergénérationnelle.

Actes (Coordinateurs en W) : https://plone.unige.ch/aref2010/symposiums-longs/coordinateurs-en-w/la-professionnalisation-entre-prescriptions-et-realites.-regards-croises-en-education-et-formation/?searchterm=None