La stratégie inclusive : pluralité, diversité, durabilité

XXIXème CONFERENCE ANNUELLE DE L’AIMS « TOULOUSE – 2, 3, 4 et 5 juin 2020 APPEL A COMMUNICATIONS

Les profondes mutations de ces dernières décennie,s – démographiques, technologiques, climatiques – ont poussé les organisations à repenser leur rôle dans le développement d’une société plus inclusive. Dès lors, qu’il s’agisse de responsabilité sociale des entreprises, de justice, de conformité réglementaire ou encore de performance économique, l’inclusion est devenue un sujet éminemment stratégique pour les organisations. Ces évolutions appellent donc les sciences de gestion à relever les défis sociétaux contemporains en engageant des dialogues nouveaux, et en imaginant des solutions créatives et collectives surmontant les clivages de nos sociétés. 

L’importance des enjeux auxquels font face nos sociétés, par ailleurs institués en Objectifs de Développement Durable par les Nations Unies, nous amène à choisir un thème général évident pour la conférence de 2020, celui de « la stratégie inclusive : pluralité, diversité, durabilité ». Comment rendre la stratégie plus inclusive, y compris envers les générations futures ? Tant en pratique que dans le milieu académique ? Continuer la lecture de La stratégie inclusive : pluralité, diversité, durabilité

Travailler: pour quoi faire ?

2° Symposium France-Amérique Latine Subjectivité et travail
5° Colloque International TAS – Travail, activité et subjectivité
3° Colloque International de Psychosociologie du Travail
 
UFPB – João Pessoa – Brasil
28 – 30 Octobre 2020
 
Produire, subsister,  exister, révéler, résister, œuvrer, créer, répéter, avoir une place, vivre, être inséré, faire du profit, faire ensemble, se transformer, être reconnu, agir, se sentir utile, transmettre, gagner en liberté, …?

Dans des mondes du travail en profonde mutation, les manières de travailler changent. Et nombre de travaux de recherche portent sur les transformations des organisations du travail, des manières de travailler, des formes d’emploi… Mais ces investigations sur le comment travaille-t-on aujourd’hui ne sont pas dissociables de réflexions et d’analyses sur le pour quoi faire, sur les transformations des finalités du travail et du rapport au travail.

 

En particulier, en Amérique latine, nous vivons aujourd’hui une réalité de démocratie restreinte et la région constitue un laboratoire social dans lequel une nouvelle avancée néolibérale est mise à l’épreuve par des politiques d’ajustement économique, de détérioration de la coexistence démocratique, de violence institutionnelle et de précarisation des expériences professionnelles qui rendent difficile l’élaboration du sens.

 

Le travail n’est déterminé pas seulement ni par le type de technique utilisé, ni par le mode de propriété des moyens de production. Ce sont plutôt ses visées et leur conflictualité qui orientent les modalités du travail, du niveau le plus micro de l’activité à celui des politiques du travail.

Continuer la lecture de Travailler: pour quoi faire ?

L’activité et ses frontières Penser et agir sur les transformations de nos sociétés

Congrès 2020

Continuer la lecture de L’activité et ses frontières Penser et agir sur les transformations de nos sociétés

Le Temps de la prévention : de l’intervention du SSTI à l’intégration par l’entreprise

L’AFISST est heureuse de vous annoncer la 15ème JOURNÉE NATIONALE des IPRP de Services de Santé au Travail, le vendredi 19 Juin 2020, de 9h30 à 16h30, au FIAP Jean Monnet – PARIS 14ème.

Chaque jour, dans les SSTI, les membres des équipes pluridisciplinaires et notamment les IPRP conduisent des actions visant à améliorer les conditions de travail des salariés et à limiter leur exposition aux risques professionnels.
Les retours d’expérience ont montré que l’efficacité d’une démarche de prévention est dépendante de l’implication et de l’engagement des salariés et de l’encadrement. Elle doit être intégrée par l’entreprise.
Pour autant, les pratiques interrogent quant au sens donné aux actions quotidiennes et à leur temporalité, notamment sur l’accompagnement, de l’action initiale – pilotée par le SSTI – à son appropriation et à son intégration dans une culture de prévention propre à l’entreprise :

  • Quelle continuité est assurée suite aux interventions du SSTI? Comment convaincre les entreprises de passer à l’action et de mettre en œuvre les préconisations (argumentation, accompagnement) ?
  • Quels formats d’intervention sont adoptés, des plus classiques aux plus innovants, pour mieux toucher les entreprises ciblées et les rendre actrices le plus en amont possible (du « faire pour » au « faire avec » et au « faire faire ») ?
  • Devons-nous faire évoluer nos pratiques en termes de sensibilisations (intégration d’outils dynamiques…) et comment en faire des actions de prévention efficaces (appropriation et intégration des messages) ?

Grâce aux relations privilégiées entre les entreprises et leurs SSTI, les pratiques doivent amener à pérenniser les actions sur le long terme et inscrire la prévention dans le temps.

La veille de cette journée nationale, jeudi 18 juin, 3 réunions seront organisées par les commissions « Préventeurs », « Ergonomes », et « Responsables de pôle prévention » afin de permettre un échange de pratiques entre pairs.

Bulletin d’inscription (avant le 12 juin 2020) & Conditions généralesd’inscriptions

L’AFISST vous propose d’inscrire vos communications pour la prochaine Journée Nationale des IPRP autour du sujet et des axes que nous avons identifiés. Les communications proposées devront s’appuyer sur des expériences concrètes. Nous veillerons à ce que différents métiers des IPRP soient représentés au cours de la journée.

L’AFISST attend dés maintenant (et avant le 31 janvier), vos communications grâce à ce formulaire : Appel à communication

Lire l’article directement sur notre site internet : https://www.afisst.fr/journee-nationale-19-juin-2020/
N’oubliez pas de réagir et/ou de suivre les discussions liées à cet article sur notre forum : accéder au forum AFISST

 

AFISST
Email : contact@afisst.fr
Site Web : www.afisst.fr

Tendances émergentes dans le champ du comportement organisationnel

Revue Internationale de Psychosociologie et de Gestion des Comportements Organisationnels (RIPCO)

Objectif de la journée d’étude organisée à ICN Business School CNIT- La Défense, Paris

L’édition 2019 de la journée d’étude s’intéresse aux tendances émergentes dans le champ de recherche du comportement organisationnel.

Sont tout particulièrement attendues les propositions de communications sur les neurosciences, le management humaniste, l’intelligence émotionnelle, l’intelligence artificielle, le temps. Cette liste de tendances émergentes n’est pas exclusive et d’autres pistes peuvent être explorées. Des recherches qui défrichent ces thématiques émergentes sont donc attendues, sans pour autant faire de concession à la rigueur scientifique, afin de faire progresser la connaissance dans le champ du comportement organisationnel.

Cette journée d’étude sera aussi l’occasion de célébrer les 25 ans de la RIPCO, à travers une cérémonie qui récompensera les articles qui ont eu le plus d’impact auprès de la communauté scientifique depuis l’origine de la revue et qui seront réédités dans le cadre d’un numéro spécial.

Pour accéder à l’appel : http://www.ripco-online.com/admin/eventFiles/Ripco_RD_2019_FR.pdf Continuer la lecture de Tendances émergentes dans le champ du comportement organisationnel

Professionnalité, professionnalisation et éthique : quel engagement ?

rdaconnect. Pixabay

Université de Rouen. laboratoire CIVIIC – AXE 2 « Valeurs et Idées ». Journée d’études, ÉTHIQUE ET ÉDUCATION, vendredi 11 janvier 2013

APPEL À COMMUNICATION

Le mouvement de professionnalisation, qui s’est développé dans le monde occidental depuis les trente dernières années, relève avant tout d’une intention sociale dont l’idéologie fait écho à une économie de marché allant de pair avec une décentralisation politique et organisationnelle (Wittorski, 2007). Ce mouvement s’accompagne d’une sorte de transfert de responsabilité des institutions politiques et administratives à l’individu, sommé de devenir efficace et performant ; mieux, « entrepreneur » de lui-même, comme le précise Ehrenberg (1991, 275) définissant ainsi un type d’acteur devant trouver en lui-même ses propres repères. Dès lors, les interrogations éthiques ne manquent pas aujourd’hui de réapparaître. Mais, s’agit-il d’un « retour », d’une « redécouverte » ou bien de questions nouvelles ? S’il s’agit d’un retour, nous pourrions nous demander : de quoi est-il le symptôme ? Manques et/ou impuissance ; de qui, de quoi, en vue de quoi ?

C’est dans ce contexte qu’il paraît opportun de revenir sur la question de la professionnalité et de la professionnalisation dans les champs de l’éducation et de la formation du point de vue de l’éthique. Nous savions que, du point de vue des normes, l’univers des professions était encadré par des codes de déontologie spécifiques à chacune d’entre elles permettant de normaliser, structurer, organiser, identifier et garantir l’exercice professionnel. Mais, depuis peu, la référence à l’éthique s’est ajoutée à celle plus traditionnelle de la déontologie au risque de modifier l’exercice professionnel lui-même. Dès lors, dans la rhétorique institutionnelle, et parallèlement au souci politique, le recours à de nouvelles dénominations telles que : « éthique professionnelle » ou « éthique appliquée » n’est pas sans interroger le sens donné au terme « éthique ». Comment en effet penser une éthique en dehors même de la praxis et de l’action ?

Sans doute, d’ailleurs, ces nouvelles appellations sont-elles l’expression de la montée en puissance des comités d’éthique et autres commissions éthiques qui sont le fait de professionnels s’emparant des questions vives d’ordre éthique. Compte tenu de cette évolution relative à la pratique et aux obligations professionnelles, la question de l’engagement ne manque pas de se poser, notamment dans l’univers de l’éducation, du soin et de la formation, d’autant que la professionnalisation se comprend également sous l’angle d’une négociation identitaire entre « identité pour soi » et « identité pour autrui » (Kaddouri, 2005).
En effet, l’exercice d’une « éthique professionnelle » suppose l’observation d’un certain nombre de scrupules, de précautions, d’observations, d’attentions, etc., qui, même s’ils sont adossés à une réflexion théorique portant sur les valeurs et les principes fondamentaux des normes morales, n’en déterminent pas moins un engagement de l’individu. Les responsabilités professionnelles de l’enseignant, du formateur ou du soignant conduisent ces derniers à opérer des choix et à prendre des décisions qui les impliquent personnellement.

Ainsi, c’est cette dimension « d’implication personnelle », en tant qu’elle est synonyme de l’engagement, que nous souhaitons interroger ici : si et dans quelle mesure la dimension de professionnalisation la requière ? et, si oui, quelles en sont les formes et comment peut-on contribuer à son développement ou son éducation ?
Nous pensons que les problématiques professionnelles rencontrées au quotidien dans les métiers de l’humain ne manquent pas d’interroger ce qui doit être fait, ou encore, ce qu’il conviendrait mieux de faire.

De là, un ensemble de questions formulées ici à titre indicatif :

1/ Faut-il tout d’abord être engagé et dans quelle mesure la professionnalisation comme la professionnalité exigent-elles un engagement ? La professionnalisation ne requière-t-elle pas plutôt une certaine distance à soi ou une certaine objectivation de nos façons d’être et de parler qui précisément a pour sens de limiter voire de refouler toute dimension personnelle ? N’y a-t-il pas également un sens à dire que l’engagement a ou pourrait avoir pour orientation ce souci même de professionnalité ou de neutralisation de soi ? Dans quelle mesure cette objectivation quasi technique de soi peut-être aujourd’hui souhaitée et objet d’une certaine valorisation ? Quelles sont nos raisons d’y attacher de l’importance ? Quelles sont celles de nous en méfier ?

2/ Dans quelle mesure, à l’inverse, la notion d’engagement reprend-elle, sans le dire, les notions anciennes de « vocation » ou de « mission », par lesquelles on souhaitait équilibrer l’exigence de professionnalisation ; pourquoi ces derniers termes sont-ils alors pour nous impossibles ? Doit-on dire que la notion d’engagement vise à en retrouver l’idée, alors même que son sens politique semble aujourd’hui absent ?

3/ Les notions « d’accompagnement », de « conseil », si importantes aujourd’hui dans la relation à autrui sont-elles pensables selon ce souci d’une objectivation quasi technique de soi, si cela définit bien la professionnalisation ? Ou bien au contraire nous invitent-elles à repenser la professionnalisation au-delà de ce premier aspect et à sortir de la distinction « professionnalisation – vocation » ?

Quatre directions peuvent être envisagées dans le cadre d’une réflexion sur l’éthique professionnelle :

A/ Jusqu’où peut-on et doit-on s’engager ? Jusqu’où peut-on nous obliger à nous conduire éthiquement ?

B/ Quelle part accorder à la subjectivité de l’agent ? Jusqu’où est-elle contrainte ? Jusqu’à quel point est-elle « libre » ? Qu’en est-il du « souci de l’autre » ?

C/ Est-il bon de toujours s’engager ? N’y a-t-il pas un risque de « sur-engagement », lequel risque de succomber à l’inefficience de l’activisme ?

D/ L’engagement permet-il, à lui seul, de définir le professionnel comme agent moral ?