Santé [du] travail, santé [au] travail. Le débat est ouvert !

Au quotidien, dans la presse ou dans le vocabulaire courant on parle de la santé du marché du travail, du marché immobilier, du marché de l’art ou du marché obligataire mais également de la santé du futur, du monde ou encore de l’internet.

Dans l’univers économique et social, le triptyque « Performance, Santé, Travail » est devenu aujourd’hui selon les parties prenantes, une nécessité, un projet et, parfois, un objet de méfiance. Pour ses défenseurs, il s’est métamorphosé en truisme, c’est-à-dire en vérité trop évidente pour devoir être énoncée et encore moins questionnée.

Pourquoi ne pas questionner la santé du travail avant de s’intéresser à celles des femmes et des hommes au travail ? Ces derniers ne sont en quelque sorte que les sous-traitants de ce travail. Ainsi la santé des seconds dépendrait directement de la santé du premier. Continuer la lecture de Santé [du] travail, santé [au] travail. Le débat est ouvert !

Pour une médiation humaine et sociale (P. Lang, 2020)

Le Département SPGI des Sciences politiques, juridiques et des Études internationales de l’Université de Padoue a organisé en 2018 le colloque international, inter- et pluridisciplinaire intitulé « L’essentiel de la médiation. Vers un consensus sur le concept dans les sciences humaines et sociales »

La pluralité des conceptualisations et la polysémie du terme que l’on repère souvent dans les discours spécialisés sont susceptibles d’entraver l’intercompréhension. Dans un tel scénario, il devenait urgent de reconnaître l’essentiel de la médiation et d’en mettre en lumière les traits conceptuels et linguistiques significatifs, identifiés par des experts.

Le colloque visait donc à développer une réflexion inter- et pluridisciplinaire autour du concept et du terme médiation dans diverses sciences humaines et sociales, notamment en droit, en philosophie, en psychologie, en sciences du langage, en sciences de la communication et en sciences de l’éducation.

A la suite de ce colloque Michele De Gioia et Mario Marcon ont coordonné l’ouvrage « L’essentiel de la médiation » suivant le regard des sciences humaines et sociales, paru récemment chez Peter Lang.

Des scientifiques, experts, professionnels apportent des éclairages par une approche globalement pluridisciplinaire et quelquefois interdisciplinaire, à partir des sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, sociologie, philosophie, droit. Leurs contributions mettent en lumière des traits conceptuels transdisciplinaires faisant consensus, dans le but de parvenir à une caractérisation conceptuelle à la fois transversale et autonome de la médiation. 

Est-ce qu’un linguiste envisage la médiation de la même façon qu’un juriste ou un didacticien ? Est-ce que la médiation cognitive a quelque chose à voir avec la médiation interculturelle et la médiation institutionnelle ? Est-ce que le médiateur culturel, le médiateur social et le médiateur urbain exercent le même travail ?

Lorsque la médiation apparaît dans des textes ou des discours, on saisit sommairement à quoi elle renvoie, d’autant plus que sa définition s’enrichit des connaissances, des compétences, des pratiques et des situations propres aux domaines qui la concernent.

Très heureux d’avoir contribué à cet ouvrage et j’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec Michele De Gioia et Mario Marcon.

Cf. : Masse, M. (2019). « Fonction d’inspection et actes de médiation ». Dans De Gioia, M. Marcon, M. (2019). L’essentiel de la médiation. Le regard des sciences humaines et sociales. Peter Lang.

Transformations du travail et intervention co-disciplinaire.

Un front pionnier conjoint pour la psychologie du travail ?

Texte co-écrit avec Gregory Gouyet, Psychologue du travail

Le monde du travail semble avoir accepté d’évoluer dans un contexte imposé de changement permanent, à 360° et, par voie de conséquence, d’avoir renoncer à trouver d’autres voies plus paisibles.

Performance et efficience soutiennent les discours volontaristes pour faire et les injonctions culpabilisantes de ne pas avoir encore fait. Du fait de la dimension systémique du processus, toutes les parties prenantes sont impliquées, l’ensemble des conditions du et de travail sont concernées ; rien ni personne n’y échappe dans cet univers instable et incertain.

L’innovation, parfois confondue avec le progrès, est devenue le vade-mecum à la fois conceptuel et fonctionnaliste. Ici encore les discours sophistes sont rodés : le changement est permanent, l’innovation est une nécessité et ainsi le changement devient une nécessité pour innover.

Depuis 2007, les réformes successives dans la fonction publique française nous fournissent un exemple archétypique, d’une part, des processus de changements, des discours sur l’innovation et, d’autre part, et on peut le regretter, de la dégradation des lignes hiérarchiques, des systèmes organisationnels, des relations sociales et socioprofessionelles.

Du point de vue, des femmes et des hommes au travail la véritable innovation résident dans le fait que

– toute la chaîne hiérarchique est maintenant touchée tant du point de vue fonctionnel que hiérarchique ;

– les effets des décisions sont connus de plus en plus tardivement avec des effets à de plus en plus courts termes ;

– elles/ils sont de moins en moins associées aux débats et aux décisions Continuer la lecture de Transformations du travail et intervention co-disciplinaire.

Prévhackthon, premier hackathon de la prévention des risques professionnels

 

Participants du Prévhackthon

Communiqué de presse

 Mercredi 30 mai à Lyon, la Fédération des Acteurs de la Prévention (FAP) a organisé le 1er  Prevhackthon de France, c’est-à-dire le hackathon* de la prévention des risques professionnels, en partenariat avec l’Anact, avec le soutien de Préventica.

Pendant 8 heures, 9 équipes se sont challengées pour hacker le Document Unique et l’Evaluation des risques. Objectif : prototyper, en intelligence collective, des solutions innovantes autour d’une question centrale : « Comment passer du Document Unique au Document Utile ? ».

Fig. 1 : le Prévhackthon démarre

Une journée au cours de laquelle des équipes pluridisciplinaires (ergonomes, psychologues du travail, préventeurs, designers, DRH, juristes, consultants ou encore startuper) ont travaillé en méthode sprint. Le travail s’est déroulé dans une ambiance sérieusement ludique et toutes les équipes ont réussi dans ce format contraint à produire des projets résolument innovants qu’elles ont pitché devant un jury lui aussi pluridisciplinaire.

9 thèmes étaient proposés dont deux problématiques qui ont particulièrement attiré l’attention des participant(e)s « Comment rendre le Document Unique utile à une équipe de direction ?» et « Comment transformer l’organisation du travail pour donner du pouvoir d’agir aux salariés ? ».

Fig. 2 : le déroulé du Prévhackthon. Charlotte Bohl / Somany

Un jury composé de personnalités du monde la prévention et des conditions de travail Jérôme Chardeyron (Carsat Lyon), Olivier Bachelard (EM Lyon, Maud Berthier (ASE BTP), Michel Ledoux (Avocat), Julie Bouzegaou Cuzeau (ANDRH), Romain Chevallet (Anact) a décerné trois prix :

* L’équipe « Sécurité Gérée & sécurité Régulée» composée de Sandra Curaba, Magalie Dabrigeon Valentin Pereira, Carole Podymski, Marie Benoite Sanglerat a reçu le prix de l’innovation pour une solution digitale sous forme d’application,

* L’équipe « Le Dé U » composée de Celia Badet, Julien Berenguer, Claire Geoffroy, Cécile JONQUET a reçu le prix de la faisabilité pour sa solution « le Dé U » : à une nouvelle approche ludique pour « parler aux Directions » des coûts de l’absence de prévention,

* Le prix Coup de cœur du jury décerné à l’Escape Game de l’évaluation des risques, imaginé par l’équipe « Working game » composée de Quentin Aoustin, Audrey Duchatel, Victoria Euraud, Nicolas Paratore, Sabrina Teresi

Les membres de ces trois équipes se sont vu offrir une adhésion 2018 à la FAP pour poursuivre leur projet de collaboration et de diffusion de leurs idées.

Ce premier événement ouvre la voie à d’autres événements et productions. Toute l’organisation se félicite de la participation et de tous les résultats produits par les participant(e)s dans un temps contraint. Nous remercions également nos partenaires : l’Anact et le Salon Préventica.

Rendez- vous est déjà pris pour une nouvelle édition.

*Hackathon : format de créativité, issu du monde l’informatique, où des équipes pluridisciplinaires doivent prototyper une solution dans un temps contraint.

Contact FAP : contact@federation-prevention.com, Site : http://www.federation-prevention.com/

Contact Anact : Catherine Guibbert / c.guibbert@anact.fr

De la reconnaissance (externe) : remerciements

« Plutôt que de mettre son énergie à refouler ses convictions, le professionnel de l’intervention tirerait grand profit à se mettre au clair avec celles-ci. […] ce qui est explicité est moins sourdement agissant et plus facile à contrôler que l’insu. L’intervenant ne doit pas travailler dans l’illusion qu’une neutralité-absence est profitable à son client. Pour avancer dans sa réflexion, le client incarné a besoin non pas d’un intervenant-absent, mais d’une consistance sur laquelle s’appuyer et qui lui offre une résistance rassurante. L’exercice de la résistance est une fonction majeure de l’intervention clinique ; ses points d’application et son dosage sont plus utiles à acquérir que la crispation sur l’obligation de neutralité« . Guy Jobert, Education permanente. N°214 – 2018-1

Dans son Habilitation à diriger des recherches (1998. P. 54-64), G. Jobert (Chaire de formation des adultes du Cnam-Paris) tente une définition de la reconnaissance et site C. Dejours « La reconnaissance est la rétribution fondamentale de la sublimation » (Dejours, 1990. p. 695). Pour préciser son propos il s’appuie sur une définition de la sublimation, issues des travaux de Freud « nous désignons comme sublimation une certain sorte de modification du but et de changement d’objet dans laquelle entre en considération notre évaluation sociale » (Inhibition, symptôme et angoisse. Paris. PUF).

Jobert considère que le concept de sublimation permet de dialectiser l’individuel et le social et de suivre le destin de la pulsion, depuis son émergence jusqu’à sa satisfaction ou son échec à travers la reconnaissance sociale dans la sphère publique. Au cœur de la dialectique individuel / social se situe donc une polarité reconnaissance / non reconnaissance qui décide du destin de la pulsion (satisfaite ou non satisfaite). Il s’appuie également sur les travaux de la psychodynamique du travail pour affirmer que :

– à partir des trois mondes hégéliens (objectif, subjectif, social), C Dejours a construit le triptyque : EGO (le sujet) / AUTRUI (collectif ou communauté d’appartenance) / REEL (au sein de la réalité celui qui se fait connaître au sujet par sa résistance à son savoir-faire, sa connaissance, sa science). Il examine de quelle façon ces termes s’articulent et dans la dialectique EGO / AUTRUI il interroge le fait que « le sujet éprouve le besoin de valider que le rapport singulier qu’il a noué avec le réel n’est pas son seul fait mais qu’il est partagé ou partageable avec autrui, qu’autrui va reconnaître le bien fondé de ce qu’avance ou agit le sujet » ;

– « Le cheminement identitaire part de l’énergie pulsionnelle, passe par la reconnaissance de la contribution socialement utile du sujet puis fait retour vers celui-ci pour l’intégrer à une communauté culturelle en l’assurant de la validité du rapport au monde que donne à voir son travail »

Semble émerger ici une tension / évaluation entre le sujet, son collectif de référence et le rapport qu’ils entretiennent au réel. Continuer la lecture de De la reconnaissance (externe) : remerciements

Situations difficiles. « Ça vient du dessus » !*

« Vous vivez toutes vos injustices séparément. Il faut les combattre collectivement(1) »

En préface du dernier ouvrage de Lise Gaignard (2), Pascale Molinier nous précise que cet ouvrage nous parle de nous, de notre monde ordinaire, avec nos mots, ceux de tous les jours. Rien de spectaculaire que de l’ordinaire c’est-à-dire des drames, des gens qui craquent ou qui meurent sans que ralentisse le cirque infernal, comme si de rien n’était. Elle précise que ceux qui parlent étaient à fond dans le circuit, jusqu’au pépin… et quelque chose est arrivé qui les a mis hors course, les yeux dessillés.

Trois extraits de l’ouvrage de L. Gaignard illustrent ci-dessous ce moment de la prise de conscience quand ils envisagent, comme le souligne P. Molinier, leur compromission dans le système néolibéral à s’en rendre malade et que l’auteure a saisi sur le vif. Continuer la lecture de Situations difficiles. « Ça vient du dessus » !*

La cohésion sociale a-journée ?

 

« Au moyen-âge un passant avise trois ouvriers au travail. Au premier il demande : « Que fais-tu ? » « Je taille des pierres pour gagner ma vie » lui répond-il. Au second, il pose la même question. « Je monte ce mur de soutènement avec les ouvriers de mon équipe, ce qui consolidera l’édifice » assure ce dernier. Le passant repose alors la même question au troisième ouvrier. Ce dernier lui affirme : « Je construis une cathédrale ! ». D’après un article de P.E. Sutter.

 

La cohésion sociale constitue un enjeu sociétal pour réussir à équilibrer les relations, les valeurs pour créer de l’unité et de la réciprocité dans un groupe de référence ; dans le monde de la formation, qui ne sera pas traité ici, on parle d’« apprendre ensemble dans une perspective socioconstructiviste » (1). Dans l’univers du travail, cette recherche de cohésion passe aujourd’hui en particulier par l’organisation de journées dédiées à cet effet (2). Si dans un projet donné pour un groupe restreint de personnes, il peut en être différent, qu’en est-il quand c’est l’ensemble du collectif de travail qui est convoqué ? Les instances dirigeantes doivent-elles alors interpeller les femmes et les hommes qui font le travail pour plus de cohésion sociale ou doivent-elles questionner leur propre attitude sociale. Tel est le propos de cet article. Continuer la lecture de La cohésion sociale a-journée ?

CHSCT, médiation et professionnalisation

Ce billet a été co-écrit avec Federica Oudin, Enseignante-chercheure, Directrice du Diplôme Universitaire Médiation & Gestion des conflits et du Master 2 Conseil & Contentieux, droit privé.

À l’anniversaire des 30 ans des CHSCT privé le constat a été fait que :
– cette instance était importante pour le dialogue social, pour la santé des travailleurs, pour la production de connaissances… ;
– son fonctionnement laissait à désirer : lieu de négociations violentes et de conflits, espace d’incompréhension entre les membres, manque de connaissances et de compétences…

Les CHS sont devenus CHSCT en 2011 dans la fonction publique de l’État et en 2015 dans la fonction publique territoriale : ils ont à la fois la chance et la fragilité de la « jeunesse » mais la curiosité des « débutants », voire des expérimentateurs.

Face à ces constats, on peut tenter de faire des analyses sur les liens et tensions entre :
– les questions de professionnalisation du CHSCT en tant qu’instance (dans une dimension d’obligation collégiale) ; dans ce cas, la caractéristique de problématiques traitées est qu’elle dépasse la durée d’un mandat ;
– les questions de formation de ses membres en tant que personne et en tant que groupe (dimension individuelle et collectives de l’acquisition et le développement des compétences) ; dans ce cas, la caractéristique de problématiques traitées est qu’elle concerne une situation problème à traiter pendant le temps du mandat. Continuer la lecture de CHSCT, médiation et professionnalisation

Mise en œuvre générale de plans d’action pour la prévention des RPS

Cet article est écrit à partir d’un travail d’analyse conjointe faite avec Mme Marie-Benoîte Sanglerat de l’Anact et présenté lors des Assises CHSCT d’octobre 2013.

Le 20 mars dernier une circulaire du premier ministre relative à la mise en œuvre du plan de prévention des RPS dans les trois fonctions publiques prolonge les préconisations de  l’accord-cadre sur la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique du 22 octobre 2013.

 La fonction publique évolue dans son approche de la santé au travail. Un premier pas significatif avait été fait lors de l’accord du 20 novembre 2009 sur la santé et la sécurité au travail. Sept syndicats signataires entérinaient le passage d’une prévention plutôt orientée gestion hygiéniste et sécuritaire à celui de l’accompagnement et à la promotion de la santé et de la sécurité (15 actions dédiées).

L’accord-cadre relatif à la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique signé le 22 octobre 2013 constitue une nouvelle étape. Il caractérise une approche dynamique et transversale de la santé au travail.  Plusieurs éléments le justifient :

– Il a été produit après une véritable négociation (un an) ;

– Les organisations syndicales se sont appuyées sur leurs compétences, expériences et pratiques sur le sujet pour faire pression dans les négociations : selon certains c’est, la victoire du terrain.

– Il illustre une prise de conscience que les agents ont des choses à dire issues de leur travail réel que les prescripteurs nationaux ignorent.

Le risque psychosocial n’est plus perçu comme un risque individuel (une fragilité, un comportement, …), une entité autonome quasi indépendante des situations réelles de travail. Il s’agit de considérer les risques psychosociaux, dans leurs conséquences, dans leurs causes, comme une réelle préoccupation et de les intégrer dans une approche globale de la santé au travail. Continuer la lecture de Mise en œuvre générale de plans d’action pour la prévention des RPS

Professionnaliser durablement : agir, pour, avec et malgré autrui

Cette billet se fixe pour objectif de porter un regard rétrospectif et analytique sur la genèse, le cadre épistémologique et le point de vue d’un praticien chercheur qui a favorisé l’intégration d’une dimension anthropologique dans la conceptualisation d’un dispositif de professionnalisation à partir et dans le cadre d’une action recherche.

Cette dernière a été ainsi regardée comme un cheminement intra et intersubjectif affectif, cognitif et social particulièrement fertilisateur. En nous appuyant sur une posture de participation observante et d’observation participante et au sein de méthode abductive, nous avons expérimenté et étudié le cas singulier d’un dispositif interministériel de formation professionnelle statutaire obligatoire et préalable à la prise de poste dans la fonction publique de l’Etat en France (6 promotions soit une centaine de stagiaires depuis 2006). Il y est question de former des futurs professionnels et de favoriser l’émergence d’une inter-culturalité et la construction d’une professionnalité construites autour des compétences socio-professionnellement attendues par la fonction publique mais également par le groupe professionnel des ISST.

En qualité de professionnel de la formation et chercheur impliqué dans la conception du dispositif, nous avons pensé la professionnalisation comme un contrat didactique intergénérationnel et nous avons mobilisé une ingénierie de la rencontre (humanisme du divers).

A travers l’évolution, la transformation et le développement d’identités individuelles et collectives, les constructions et transactions sociales de sujets praticiens apprenant dans leur humanité, dans leurs interactions sociales et avec le milieu, nous avons considéré que la professionnalisation a pour objet non seulement de féconder de l’humain sur le champ de la formation mais aussi de faire grandir l’espèce professionnelle dans le domaine du travail.

D’une certaine manière, l’activité développementale et transformationnelle individuelle des personnes et collective dans les interactions au sein des promotions de stagiaires a été rendue possible par la dimension développementale et transformationnelle que propose la professionnalisation. 

Elle se révèle dans les temps imbriqués du travail et de formation dès lors qu’il a été assumé non pas d’agir temporairement sur les stagiaires mais durablement pour, avec et, parfois, malgré eux.

Professionnalisation entre prescrit, réalisé, caché et vécu du travail, de l’éducation et de la formation

Gerd Altmann. Pixabay

Travail, éducation et formation ont été pensés et mobilisés d’une façon singulière lors de la transformation d’un dispositif de formation en dispositif de professionnalisation dans une école de service public en France.

Du point de vue du cadre conceptuel, sont mobilisés les travaux de Wittorski (professionnalisation), Albero (dispositif) et Kaddouri (dynamique identitaire) et les premiers résultats d’une recherche en cours. L’objectif consiste, d’une part, à effectuer des liens entre prescription institutionnelle et prise en compte des dimensions prescrites, réelles, cachées et vécues du travail, de l’éducation et de la formation et, d’autre part, de mesurer à la fois la portée et les limites des ingénieries mobilisées. Seront également analysées les incidences de cette transformation sur les acteurs sociaux et sur le dispositif lui-même grâce au processus de recherche qui a traversé cette démarche.

Dans la fonction publique française de l’Etat, il est constaté une glissement sémantique de la « formation » à la « professionnalisation » pour nommer une nouvelle ou une autre intention de développement de compétences par les institutions dans les dispositifs long de formation initiale professionnelle préalables à la prise de poste. Ce message est en général porté par les écoles de service public (magistrature, santé publique, travail…).

Pour professionnaliser la formation, l’outillage technique mis en avant relève de l’ingénierie (alternance, individualisation, référentialisation des activités et des compétences, pédagogie par résolution de problème, mises en situation professionnelle…). Sont peu abordées en amont la question du renoncement à l’approche disciplinaire au bénéfice d’une formation par finalités d’action.

Plus rarement encore sont questionnées précédemment l’identification et la validation des compétences socialement attendues par l’analyse du travail réel des professionnels de terrain.

Or la conceptualisation, la conception et la réalisation du dispositif en seront impactées tout autant que les apprenants (source de tensions identitaires dans leurs apprentissages). L’hypothèse sera faite que l’analyse de la prescription institutionnelle de professionnalisation a donné des éléments de compréhension des enjeux de mobilisation conjointe des questions liées au travail, à l’éducation et la formation au sein d’un dispositif de professionnalisation dans la fonction publique de l’Etat en France.

Transversalement, nous regardons le travail, l’éducation et la formation sous quatre dimensions : le prescrit, le réalisé, le caché et le vécu. Les travaux de Wittorski (2005, 2007) offre notre cadre conceptuel de la professionnalisation des activités, voire des métiers mais également celle des acteurs, au sens à la fois de la transmission de savoirs et de compétences et de la construction d’une identité de professionnel et enfin, de celle des organisations, au sens de la formalisation d’un système d’expertise par et dans l’organisation. En complément et comme modèle d’analyse, nous mobiliserons également l’approche de B. Albero sur les dispositifs et celle de M. Kaddouri sur les dynamiques identitaires et le rapport à la formation.

La nature et le rôle des liens entre l’école, le porteur de projet, le commanditaire et les ministères seront analysés. La pertinence et les limites des outillages mobilisés seront étudiés. Une démarche de pré-professionnalisation des acteurs sera également examinée du point de vue des enjeux de socio-construction des connaissances. Enfin, seront abordées les incidences du processus de changement de la formation à la professionnalisation en y intégrant la dimension travail, d’une part, sur les acteurs sociaux et d’autre part, sur le dispositif lui-même.

Enfin, il sera montré en quoi le processus de recherche qui a traversé le dispositif en intégrant les questions sur le travail, l’éducation et la formation a permis à la fois de comprendre et d’accompagner son évolution et de dégager de nouvelles pistes de questionnement.

Professionnalisation, émancipations institutionnelles et altérité

Mohamed Hassan. Pixabay

L’hygiène et la sécurité du travail dans la fonction publique (1974) et la formation professionnelle des fonctionnaires (1989) constituent de longue date des enjeux à forte prescription institutionnelle, respect de l’ordre public social pour l’une et formation professionnelle tout au long de la vie pour l’autre. Or la « relation entre les gens et les choses qu’ils nomment n’est jamais statique » (Douglas), elle se situe au sein d’un système en évolution. Aujourd’hui, une fois encore, ces champs de savoirs et de pratiques ouvrent la voie, par les changements de paradigmes et de cultures qu’ils induisent, à de nouvelles innovations depuis qu’ils sont énoncés en termes de « santé et sécurité au travail » (2009) et de « professionnalisation » (2007).

A travers les exemples de la volonté (Alter) de création d’une Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (SSTFP) au sein d’un institut de formation (FP Etat) et des évolutions d’une de ses formations, cette contribution se fixe pour ambition d’illustrer imbrications et liens de causalité entre portée productrice d’une innovation institutionnelle et portée institutionnelle d’une innovation issue du dialogue social. Ainsi, il s’agira de comprendre comment, à partir de l’institutionnalisation d’une activité (création Mission) et d’un processus (réforme dispositif), les innovations apportées ont été instituées en étant intégrées dans les préconisations de l’accord du 20 novembre 2009 sur la santé et la sécurité au travail dans la fonction publique).

Ces processus, entre don et calcul (Alter), seront étudiés à travers notre regard rétrospectif/prospectif de responsable de cette Mission et de cette réforme étant engagé simultanément dans une démarche institutionnelle de mise au jour de la SSTFP (contribution) et de légitimation de notre posture de recherche à travers la construction d’un terrain et d’un objet à l’aide d’une démarche abductive (rétribution)).

En faisant entrer la recherche dans notre activité professionnelle, nous avons pris nos distances vis-à-vis des mondes du travail et de la formation tout en les réinvestissant grâce une démarche de théorisation en action en vue d’accéder à une nouvelle empirie et un nouveau questionnement laissant ainsi un espace d’innovation et des perspectives heuristiques pour ses travaux. Cette double dimension exclusive et inclusive a été envisageable du fait de la méthodologie employée : l’hypothèse a été faite de ne pas choisir entre participation observante et observation participante mais plutôt d’interroger systématiquement la nature et le statut du matériau au moment où il est advenu comme tel dans ces deux postures ; la production écrite étant assumée comme provisoire, précaire, ré interprétable (Hughes) au fil des interactions par le professionnel et le chercheur.

Par-delà la fonction d’autolégitimation institutionnelle que la création de la Mission et la réforme du dispositif ont permis, cet institut s’est inscrit par anticipation dans un plus large processus induit par l’accord précité. On peut penser que cette légitimation et cette précoce avancée ont favorisé à court terme son propre développement mais seront pour les protagonistes sources d’innovation à moyen terme en termes de gouvernance (facilitation du dialogue social) et de contrat didactique (dynamisation des apprentissages professionnels) et par delà seront sources d’émancipation et de nouvelles figures institutionnelle dans leur rapport à l’altérité.

Professionnalisation et adressage d’une prescription instituée

Ricarda Mölck. Pixabay

Le 20 novembre 2009, les représentant(e)s de sept organisations syndicales de la fonction publique sur huit et les représentant(e)s des trois fonctions publiques (soit 13 signataires sur 14) ont décidé de signer un accord autour des questions relatives à la santé et à la sécurité (SST) au travail pour les trois versants de la fonction publique.

Si la relation administrative peut être définie comme l’ensemble des rapports entretenus par les administrations et les ressortissants des politiques publiques, on peut penser que les trois directions de la fonction publique signataires et les représentants des organisations syndicales nationales ont institué par leur signature de nouveaux rapports avec les services et les agents dont ils ont la charge ou la responsabilité en matière de conditions de travail (les ressortissants de ces politiques publiques de SST). Or la « relation entre les gens et les choses qu’ils nomment n’est jamais statique » (Douglas), elle se situe au sein d’un système en évolution.

Les signataires ont assumer de fixer comme objectifs à tous les protagonistes : l’amélioration des conditions de travail considérée comme un enjeu essentiel de la rénovation de la politique des ressources humaines et des relations sociales pour à la fois mieux adapter le travail à la personne humaine, favoriser le bien être de chacun tout au long de sa vie professionnelle et contribuer ainsi à renforcer l’efficacité et la production des services, au bénéfice des usagers et des citoyens.

Cette prescription descendante fabriquée par les jeux et les enjeux de la négociation a pu voir le jour parce qu’elle était sous tendue par de fortes prescriptions montantes : les revendications des agents considérant subir les effets dévastateurs de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) versus risques psychosociaux. Pour autant, elle a bien été fabriquée à distance car dans les comités d’hygiène et de sécurité (CHS) sur les territoires se font face deux publics aux perspectives bien différentes : les directions régionales sous pression des préfets et des agents à titre personnel ou collectif sous la menace ou la réalité des restructurations (fusions de services, de corps, réorganisations géographiques et fonctionnelles…). En d’autres termes, la dynamique crée entre prescription descendante et remontante et l’émergence d’une forme de positivité entre forces instituées descendantes et forces instituantes ascendantes n’a pas permis d’échapper au décalage, à la fracture entre activité socialement attendues et activités réellement actualisées, redéfinies, réalisées.

Une exception, toutefois dans cet accord : le terme formation est utilisé 36 fois pour tous les acteurs de la prévention, le terme professionnalisation est utilisé deux fois uniquement pour les inspecteurs hygiène et sécurité. Pourquoi cette (re)formulation et pourquoi ce public ? En quoi cette professionnalisation (savoir mobilisé) constitue un enjeu pour contrôler / administrer les agents de la fonction publique ? Notre contribution se fixera pour ambition d’éclairer un peu plus précisément ses questions et apporter quelques réponses.

En faisant entrer la recherche dans notre activité professionnelle de responsable de formation, nous avons pris nos distances vis-à-vis des mondes du travail et de la formation tout en les réinvestissant grâce une démarche de théorisation en action. Cette double dimension exclusive et inclusive a été envisageable du fait de la méthodologie employée : l’hypothèse a été faite de ne pas choisir entre participation observante et observation participante mais plutôt d’interroger systématiquement la nature et le statut du matériau au moment où il est advenu comme tel dans ces deux postures ; la production écrite étant assumée comme provisoire, précaire, ré interprétable (Hughes) au fil des interactions par le professionnel et le chercheur.

Acteurs de la santé au travail : présent et avenir.

Les évolutions de la médecine de santé au travail seront traversées en 2010 par les préconisations du 2ème Plan Santé au travail du secteur privé (PST 2) et les novations de l’Accord national Santé et sécurité au travail (SST) dans la fonction publique du 30 novembre 2009[1]. Dans ce contexte de changement, ces cadres programmatiques posent deux questions transverses : la pluridisciplinarité et la formation.

 Plusieurs rapports (Conso/Frimat, Cours des comptes, Inspection générale des affaires sociales, Direction générale du travail) ont souligné que les objectifs d’évolution de la médecine de santé au travail sont sous-tendus par les enjeux de prescription d’intervention pluridisciplinaire et de développement de la formation.

Inspecteurs/trices en hygiène et sécurité (IHS) de la fonction publique de l’Etat et agents chargés des fonctions d’inspection (ACFI) de la fonction publique territoriale sont confrontés aux mêmes questions en terme de mutualisation et de professionnalisation. Un relatif isolement, des formes de mises en concurrence, un déficit de reconnaissance vis à vis d’autres pratiques plus valorisantes (médecine générale/inspection du travail) tous inscrivent leurs actions dans un environnement de demandes, d’enjeux sociaux de plus en plus importants face à la recrudescence des affections liées au travail. Ce qui différencie ces acteurs paraît moins important que ce qui les relie en terme de professionnalité et de quête identitaire professionnelle (lisibilité collective de la prescription, statut, charge de travail…) et une réflexion conjointe entre démarche pluridisciplinaire et formation nous semble susceptible de faire émerger des processus de professionnalisation.

En premier lieu, la mobilisation d’une culture du « problème » (Fabre, 2009) propose un cadre commun aux pratiques et intentions de travail favorisant la coopération entre les acteurs en impulsant une démarche de professionnalisation interdisciplinaire à visée / finalité d’intervention pluridisciplinaire. Pour la médecine de santé au travail comme pour l’inspection SST, la production de diagnostic peut favoriser une espace de construction de compétences.

L’analyse du travail, au sein d’ « une entrée par l’activité » (Durand, Barbier, 2006) de ces acteurs de la SST donnera, en second lieu, des clés d’intelligibilité qui permettront de favoriser la dynamique collective de professionnalisation et individuelle du développement professionnel et de réduire la tension qui peut exister entre l’offre de professionnalisation (comme projet des organisations à propos des individus) et les dynamiques de développement professionnel des individus (comme transformations vécues par les individus au fil de leur itinéraire mais aussi les projets qu’ils portent) (Wittorski 2007).

[1] Accord qui renvoie explicitement au PST 2