Risquons la sécurité du travail ! Évaluer, démystifier, reconfigurer (Edilivre)

Mon ouvrage se fixe pour objectif de revisiter la démarche d’évaluation des risques professionnels et l’élaboration du document unique grâce aux travaux de la Fédération des Acteurs de la Prévention (FAP) http://www.federation-prevention.com/

C’est un essai c’est-à-dire « un livre pour faire des livres; il ne peut passer pour bon qu’en raison du nombre de fétus d’ouvrages qu’il renferme’ (Chateaubriand).

Les riches débats et controverses de ses membres m’ont convaincu de sortir des frontières bornées par le cadre réglementaire, les positions institutionnelles, les postures dogmatiques, les discours d’évidence ou encore les outils miracles. Mon travail a donc consisté à déblayer le chemin des certitudes et à ouvrir celui des hypothèses. 

Réformateur et prospectif, cet écrit porte une vision humaine, collective et responsable. Son ambition consiste à partager modestement une analyse critique pour en provoquer d’autres porteuses d’action pour la qualité du travail, la qualité de vie au travail et le bien-être des femmes et des hommes tout au long de leur vie professionnelle.

La préface est de Michel Ledoux, la postface de Christophe Jaurand et l’aquarelle de couverture de Bénédicte Tilloy

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage (14 €) en visitant ce lien https://www.edilivre.com/librairie/risquons-la-securite-du-travail-max-masse.html/

Santé-travail et responsabilité sociale de l’Etat-employeur

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est devenue une réalité dans le secteur privé mais le sera-t-elle un jour dans la fonction publique française ?

La RSE intègre dans son projet les conditions du et de travail. De manière pragmatique et inductive, le caractère singulier et universel de la santé au travail n’offre-t-il pas une réelle opportunité d’investir la Responsabilité Sociale de l’État-employeur (RSEE) dans les trois versants de la fonction publique (État, Territoriale, Hospitalière).

Aujourd’hui on parle de société du risque, de risque globale, voire de « méga » risque : juridique, technologique, opérationnel, professionnel, sanitaire, énergétique, environnemental, financier, terroriste, cybercriminel… ?

Dans ces conditions n’est-il pas nécessaire d’assumer une rupture avec l’approche historique et culturellement très marquée de la prévention des risques professionnelle et de l’hygiène et sécurité (l’agir sur) et de travailler à une co-construction collective de la santé au travail (l’agir pour et avec) en revisitant le cadre de référence des différents niveaux de prévention.

Mais alors quelle pensée stratégique peut animer une approche globale de la santé, sécurité, sureté, environnement et de leurs risques afférents dans le système multi référentiel du travail ? Faut-il séparer management, d’un côté, et personnes au travail de l’autre ?

Et si dans la fonction publique nous pensions plutôt gouvernance et parties prenantes et partage de responsabilité ? Et si les négociateurs/trices des accords de 2009 et 2013 et du projet d’accord de 2015 ont été des précurseurs ? Et si la majeure partie des conditions étaient déjà remplies pour co-construire un plan santé au travail singulier dans la fonction publique française pour les prochaines années ? Et si le Réseau des écoles de service public (RESP) était en capacité de prendre le relai pour intégrer les questions de santé-travail dans ses dispositifs, programmes, modules… ?

Karin Boras, co-auteure et directrice des éditions Equickreads et moi-même avons le plaisir de vous présenter un ouvrage qui propose une réflexion innovante et prospective sur ce sujet d’actualité : la santé au travail dans la fonction publique française comme porte d’entrée dans la démarche de responsabilisation globale de l’État-employeur.

Lien (diffusion libre) : http://fr.calameo.com/books/00293055812d6517ee673