Professionnalisation entre prescrit, réalisé, caché et vécu du travail, de l’éducation et de la formation

Gerd Altmann. Pixabay

Travail, éducation et formation ont été pensés et mobilisés d’une façon singulière lors de la transformation d’un dispositif de formation en dispositif de professionnalisation dans une école de service public en France.

Du point de vue du cadre conceptuel, sont mobilisés les travaux de Wittorski (professionnalisation), Albero (dispositif) et Kaddouri (dynamique identitaire) et les premiers résultats d’une recherche en cours. L’objectif consiste, d’une part, à effectuer des liens entre prescription institutionnelle et prise en compte des dimensions prescrites, réelles, cachées et vécues du travail, de l’éducation et de la formation et, d’autre part, de mesurer à la fois la portée et les limites des ingénieries mobilisées. Seront également analysées les incidences de cette transformation sur les acteurs sociaux et sur le dispositif lui-même grâce au processus de recherche qui a traversé cette démarche.

Dans la fonction publique française de l’Etat, il est constaté une glissement sémantique de la « formation » à la « professionnalisation » pour nommer une nouvelle ou une autre intention de développement de compétences par les institutions dans les dispositifs long de formation initiale professionnelle préalables à la prise de poste. Ce message est en général porté par les écoles de service public (magistrature, santé publique, travail…).

Pour professionnaliser la formation, l’outillage technique mis en avant relève de l’ingénierie (alternance, individualisation, référentialisation des activités et des compétences, pédagogie par résolution de problème, mises en situation professionnelle…). Sont peu abordées en amont la question du renoncement à l’approche disciplinaire au bénéfice d’une formation par finalités d’action.

Plus rarement encore sont questionnées précédemment l’identification et la validation des compétences socialement attendues par l’analyse du travail réel des professionnels de terrain.

Or la conceptualisation, la conception et la réalisation du dispositif en seront impactées tout autant que les apprenants (source de tensions identitaires dans leurs apprentissages). L’hypothèse sera faite que l’analyse de la prescription institutionnelle de professionnalisation a donné des éléments de compréhension des enjeux de mobilisation conjointe des questions liées au travail, à l’éducation et la formation au sein d’un dispositif de professionnalisation dans la fonction publique de l’Etat en France.

Transversalement, nous regardons le travail, l’éducation et la formation sous quatre dimensions : le prescrit, le réalisé, le caché et le vécu. Les travaux de Wittorski (2005, 2007) offre notre cadre conceptuel de la professionnalisation des activités, voire des métiers mais également celle des acteurs, au sens à la fois de la transmission de savoirs et de compétences et de la construction d’une identité de professionnel et enfin, de celle des organisations, au sens de la formalisation d’un système d’expertise par et dans l’organisation. En complément et comme modèle d’analyse, nous mobiliserons également l’approche de B. Albero sur les dispositifs et celle de M. Kaddouri sur les dynamiques identitaires et le rapport à la formation.

La nature et le rôle des liens entre l’école, le porteur de projet, le commanditaire et les ministères seront analysés. La pertinence et les limites des outillages mobilisés seront étudiés. Une démarche de pré-professionnalisation des acteurs sera également examinée du point de vue des enjeux de socio-construction des connaissances. Enfin, seront abordées les incidences du processus de changement de la formation à la professionnalisation en y intégrant la dimension travail, d’une part, sur les acteurs sociaux et d’autre part, sur le dispositif lui-même.

Enfin, il sera montré en quoi le processus de recherche qui a traversé le dispositif en intégrant les questions sur le travail, l’éducation et la formation a permis à la fois de comprendre et d’accompagner son évolution et de dégager de nouvelles pistes de questionnement.