Encadrement et SST : de la prestation de formation aux interactions de professionnalités

« Personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde », Paulo Freire, Pédagogie des opprimés

Introduction

La santé et la sécurité au travail dans la fonction publique[1] devient un thème majeur d’action et de réflexion pour toutes les parties prenantes de la fonction publique française : employeur public, encadrement, préventeurs, agents formulent ou reçoivent des injonctions en la matière. Si les problématiques inhérentes à la prévention des risques psychosociaux ont fortement pesé sur ce mouvement, il serait réducteur de considérer qu’elles en constituent son seul facteur d’émergence.

La fonction publique de l’Etat via la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) ayant pris un peu d’avance pour l’actualisation du décret n°82-453 du 28 mai 1982 relatif à l’hygiène, la sécurité et la prévention médicale dans la fonction publique, cette contribution s’appuie sur les enjeux et perspectives apportés à la fois par l’accord du 20 novembre 2009 et par les textes qui l’ont suivi pour proposer un regard singulier et participer au débat sur les questions de santé et de sécurité au travail et plus particulièrement sur le rôle de l’encadrement et à ses conditions de professionnalisation.

Les processus engagés via la Réforme de l’Etat et la Révision générale des politiques publiques (RGPP) impactent directement et en première instance l’encadrement et ce dernier est confronté à des changements de culture, de paradigme, de position institutionnelle et de posture qui n’ont vraisemblablement pas connus de précédent. Ces changements impactent fortement les conditions de travail des cadres et de tous les agents placés sous leur responsabilité. Par ailleurs, la réorganisation structurelle de tout le cadre réglementaire en la matière ajoute une nouvelle exigence : l’approche globale des questions de santé et de sécurité au travail. Conséquence de cet aggiornamento, en terme de formation professionnelle tout au long de la vie : les processus de construction, de développement et de transformation des compétences (professionnalisation) sont préférés aux logiques d’acquisition de connaissances (formation).

Si la professionnalisation bouleverse les repères classiques des processus de formation, sa dimension intégrative favorise l’appropriation des questions de SST au quotidien de telle sorte qu’elle soit en phase avec les activités réelles des agents à condition d’accepter de faire un pas de coté du point de vue de la didactique, de l’ingénierie et des méthodes d’apprentissage.

En d’autres termes, la double approche globale attendue en matière de SST et de professionnalisation constitue une opportunité pour l’amélioration des conditions de travail de tous les agents à la condition que toutes les parties prenantes sous la responsabilité de l’encadrement, tous niveaux confondus, acceptent de passer d’une logique consommatrice de prestation de formation à une logique de socio-construction et de socio-production de professionnalités. L’hypothèse est formulée que la conceptualisation, la conception et la réalisation de dispositifs qui s’appuient sur cette dernière perspective constitue une nouvelle voie de professionnalisation.

Dans ces conditions effectuer la transition simultanée de l’hygiène et la sécurité à la santé et sécurité au travail et de la formation à la professionnalisation équivaudrait ainsi à la transition entre l’écologie et le développement durable. C’est à cette condition que les protagonistes dont les cadres pourront regarder et penser différemment le travail, les relations sociales et s’autoriser de nouveaux modes de gouvernance et de contrat didactique et pédagogique. Dans ce grand déplacement, on pourra espérer également une réflexion sur la responsabilité sociale et sociétale de la fonction publique et assumer de lancer de nouvelles pistes de réflexion en matière économique et environnementale pour le bien-être de ses agents tout au long de leur vie professionnelle.

« S’attaquer au métier, c’est engager la controverse », nous dit Clot alors, il s’agira dans ce texte de présenter des constats, formuler des propositions et analyse sans déni ou langue de bois. Ma posture sera celle d’un professionnel et d’un chercheur qui, au quotidien, rencontre des acteurs de la SST des trois versants de la fonction publique et des chercheurs qui questionnent un objet de travail : la santé et la sécurité au travail et un objet de recherche : la professionnalisation. J’assumerai le « je » dans cette contribution.

Après avoir rappelé le contexte général de réforme de l’état et ses incidences sur l’encadrement, j’évoquerai les distinctions à effectuer entre encadrement regardé comme un processus et comme groupe professionnel. La reconfiguration réglementaire, la démarche d’évaluation de la SST et leur complexe mise en œuvre donnera l’occasion de questionner la notion de professionnalisation durable de l’encadrement et des chefs de service. Il sera fait l’hypothèse que cette démarche formative globale permet de mettre en œuvre des actions qui rendent mobilisable la SST par l’encadrement, en général, et les chefs de services en particulier. Si elle bouleverse les repères classiques des processus de formation, sa dimension intégrative favorise l’appropriation des questions de SST au quotidien de telle sorte qu’elle soit en phase avec leurs activités réelles. Je conclurai en proposant quelques éléments clés de cette nouvelle voie de professionnalisation qui est proposée en matière de santé et de sécurité au travail dans la fonction publique de l’état. Continuer la lecture de Encadrement et SST : de la prestation de formation aux interactions de professionnalités