Professionnalisation en SST,  vers des méthodes inductives ?  

01

« La science ne produit jamais l’objectif illusoire de rendre ses réponses définitives ou même probables. Elle s’achemine plutôt vers le but infini encore qu’accessible de toujours découvrir des problèmes nouveaux, plus profonds et plus généraux, et de soumettre ses réponses, toujours provisoires, à des tests toujours renouvelés et toujours affinés » nous pensons qu’« Il faut considérer globalement, dans la génération des connaissances scientifiques, dépasser l’opposition classique entre démarche inductive et démarche hypothético-déductive et considérer une boucle récursive abduction/déduction/induction. Cette boucle n’a pas besoin d’être parcourue intégralement par chaque chercheur ou au sein de chaque dispositif de recherche : il suffit qu’elle le soit collectivement dans la communauté scientifique», Popper (1973, p. 287)

Dans un contexte de bouleversement des repères des agents de la fonction publique liés à la réforme de l’État, les signataires de l’accord du 20 novembre 2009 sur la santé et la sécurité au travail (SST) dans les trois versants de la fonction publique (SSTFP) ont préconisé l’amélioration des conditions de vie au travail (ACVT) pour le « bien-être des personnes humaines au travail tout au long de leur vie professionnelle ». Cet accord a entériné, pour 5,2 millions d’agents, un changement de paradigme et de culture : la transition d’une gestion de l’hygiène et sécurité et de la prévention des risques professionnels à la construction, l’accompagnement et la promotion de la santé et de la sécurité au travail.

À partir d’une négociation initiée à l’automne 2012, un nouvel accord relatif à la prévention des risques psychosociaux (RPS) dans la fonction publique a été signé majoritairement le 22 octobre 2013. Actuellement se négocie un troisième accord relatif à la qualité de vie au travail où seront mis en exergue la place donnée à l’encadrement et à l’expression des agents sur leur travail. Continuer la lecture de Professionnalisation en SST,  vers des méthodes inductives ?  

Professionnalisation durable des parties prenantes dans la fonction publique de l’Etat. Mises en perspectives

«  Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux », Marcel Proust.

 

Cette chronique se fixe pour ambition de lancer des pistes de réflexions sur les enjeux de construction de compétences individuelles et collectives en matière de santé au travail à l’occasion des processus de changement en cours et à venir à travers le vecteur de la QVT dans la fonction publique au regard de l’accord-cadre en cours de négociation.

Une réforme sans précédent de l’État et de son administration s’est engagée au sein de la fonction publique française depuis 2007 sous la forme de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) puis de la Modernisation de l’action publique (MAP). Sur l’ensemble du territoire et pour toutes les catégories d’agents, l’administration nationale et territoriale de l’État s’est réorganisée, a fusionné, mutualisé des structures, reconfiguré des organisations, des activités. Cette réforme a occasionné et occasionne encore une perte de nombreux repères éthiques, culturels, juridiques, organisationnels, identitaires… (Masse, 2011). Paradoxe pour les uns, conséquence logique pour les autres, ces bouleversements ont permis d’engager une rénovation importante du dialogue social[1]. Ils ont fourni également l’occasion de repenser et de réorganiser la question des conditions du et de travail.

Continuer la lecture de Professionnalisation durable des parties prenantes dans la fonction publique de l’Etat. Mises en perspectives

La professionnalisation : un mouvement spiralaire ? Regards croisés d’un professionnel-chercheur

À partir de l’expérience singulière d’un praticien de la formation et d’un chercheur en Sciences de l’éducation, cet article se fixe pour ambition la mise en évidence de la dynamique créée par une posture assumée : la complémentarité entre exigence du praticien réfléchi et rigueur du chercheur impliqué, à travers l’exemple de la conceptualisation d’un dispositif de professionnalisation d’adultes et d’une action-recherche.

La professionnalisation sera comprise comme un mouvement spiralaire, au sein d’un processus de transmission intergénérationnelle de professionnalités qui ne sépare plus exigences institutionnelles, sociales et scientifiques.

Il apparaîtra que la dimension heuristique de cette expérience a été tributaire de cette double posture et que la tension occasionnée a été vécue comme une force et non comme un égarement scientifique.

« Le chercheur en sciences sociales est en même temps homme et femme socialisé, avec une expérience personnelle de la société qu’il étudie. De plus, il ne peut pas ne pas être porté par ses valeurs. C’est dire qu’aucun regard de chercheur, aucun résultat de recherche n’est neutre. À partir de là, les choses deviennent un peu relatives, les attentes de vérités absolues tombent. Autrement dit, il est couramment admis aujourd’hui que l’observateur fait partie de son champ d’observation, qu’il est pertinent d’étudier et d’élucider sa position, de la rendre visible, plutôt que de prétendre à sa neutralité, son invisibilité mythique », (Ruth Canter Kohn, 2001)

Pour continuer : http://www.revue-interrogations.org/+-professionnalisation-+

 

Gouvernance SST en France. Une innovation durable dans la fonction publique de l’État ?

 « Toute innovation transformatrice est d’abord une déviance« , Edgar Morin

Avant de devenir la naissante Modernisation de l’action publique (MAP), la dernière étape d’un processus engagé depuis les années 1980 a été constituée en France par la Révision générale de politiques publiques (RGPP), période considérée comme la plus intensive des réformes structurelles nécessaires pour les uns et la plus violente pour les fonctionnaires et agents de la fonction publique pour les autres. Nous poserons ici l’hypothèse que cette tension a permis un changement de point de vue en matière d’approche des conditions de travail et qui a ouvert un champ d’expression et de négociation pour les partenaires sociaux de la fonction publique : le bien-être au travail et la santé et de sécurité au travail (SST) tout au long de la vie professionnelle.

Cette contribution se fixe pour ambition de comprendre comment dans un contexte d’importantes évolutions structurelles de l’État, un nouveau processus de gouvernance a été mis en œuvre de façon singulière et innovante. Dans ce processus, une direction d’administration publique s’est placée en tiers facilitateur au sein de ces changements profonds dans le fonctionnement de l’Etat. Il ne s’agira pas dans ces lignes de montrer les méthodes explicites qu’elle a employées et dont nous n’avons de connaissances suffisantes. Nous chercherons plutôt à partir de nos travaux (action recherche) et à partir de l’analyse[1] des résultats produits de comprendre le rôle implicite qu’elle a joué.

Nous considèrerons que les évolutions dans la fonction publique française nécessitent des démarches, principes, méthodes et outils à bâtir à partir des notions de responsabilité sociale de l’Etat–employeur, de gouvernance et de parties prenantes en posant comme distinction que l’innovation ne doit plus être confondue avec le changement et que l’innovation institutionnelle peut favoriser une dynamique durable si elle prend en compte simultanément les dimensions descendantes des prescriptions administratives et les dimensions remontantes des prescriptions sociales (Masse, 2010).

Après avoir rappelé les évolutions qu’a connues la fonction publique française depuis les années 80, nous expliciterons la transition qui s’est opérée entre hygiène et sécurité et SST puis nous analyserons les processus d’émergence d’un accord majoritaire et des prescriptions en jeu entre les parties. Nous montrerons enfin le rôle innovant d’une direction d’administration publique dans ces processus et les perspectives qui s’ouvrent aux parties prenantes au moment où les tensions entre les partenaires sociaux étaient les plus vives. Au regard des négociations qui s’engagent à nouveau au temps de cet article en matière de SST, nous conclurons en considérant que les éléments constitutifs de la démarche font parties des ferments d’un nouveau mode singulier et innovant de gouvernance publique susceptible de s’appliquer sur d’autres objets. Continuer la lecture de Gouvernance SST en France. Une innovation durable dans la fonction publique de l’État ?

Professionnalisation en santé au travail

Depuis une dizaine d’années je travaille et produits des articles sur les processus de professionnalisation durable en santé-sécurité au travail pour et avec ses parties prenantes de la fonction publique française, c’est-à-dire avec : – les décideur(e)s, l’encadrement, les responsables RH, Budget, Formation, Prévention…, les représentant(e)s du personnel, les agents… – les actants : principes, organisations, méthodes, outils, activités, territoires… Je souhaite apporter une contribution à la qualité du travail et de la formation et la qualité de vie au travail et des apprentissages pour assurer une complémentarité et une transition des formations appliquées à des dispositifs de professionnalisation durable impliquant dans le respect des femmes et des hommes considérés comme des sujets praticiens apprenants. Assumant une posture engagée, humaniste et intergénérationnelle, j’analyse les liens entre construction de la santé au travail et professionnalisation durable au cœur des responsabilités sociétale, sociale et environnementale comme enjeu de la mobilisation et de l’engagement des parties prenantes.

Max Masse. Juin 2014.

2014. RISQUES PSYCHOSOCIAUX (et bien au-delà)

Détours et contours non exhaustifs de la santé mentale au travail, des contraintes psychologiques et organisationnelles et de la prévention des risques psychosociaux.

La bibliographie des bibliographies :

ANACT. (2009). Prévention du stress. Bibliographie commentée.
http://www.anact.fr/images/web/biblio_tps.pdf

Bayer, V. Hirschauer, M. Loisel, T. (2010). Les risques psycho-sociaux dans l’entreprise, place du service social du travail : des acteurs en coulisse. Bibliographie. Ecole supérieure de travail social. Paris.
http://www.etsup.com/IMG/pdf/Bibliog_Risques_Psychosociaux_Etsup_sept2010.pdf

CARSAT. Pays de la Loire. (2008). Les risques psychosociaux. Stress/ Harcèlement moral/ Violence au travail.
http://www.carsat-pl.fr/risques/actualites_revues/preventouest_2008/stress_bibliographie.pdf

Ecole supérieure de l’éducation nationale. (ESEN). (2011). Les risques psychosociaux au travail. Sélection de ressources.
http://www.esen.education.fr/fr/ressources-par-type/detail-d-une-ressource/?idRessource=1254&cHash=906f41444f

Falisard, B. Iemmi, V. (2010). Revue bibliographique psychiatrique des risques psychosociaux au travail. INSERM.
http://www.college-risquespsychosociaux-travail.fr/site/Revue-Psychiatrie.pdf

Haute autorité de santé » (HAS). (2010). Bibliographie sélective.
http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2010-10/2010_10_14_bibliographie_selective.pdf

Holcblat, N. Lanouzière, H. (2010). Risques psychosociaux dans la fonction publique. CRDM.
http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/le-ministere,149/le-conseil-d-orientation-sur-les,1455/etudes-realisees-a-la-demande-du,1702/les-risques-psychosociaux,11460.html

SSRM Consulting. (2008). Bibliographie. Livre blanc. Stress au travail. Comment l’appréhender, comment le mesurer ? http://www.travailler-mieux.gouv.fr/IMG/pdf/livreblancstress.pdf

Vallée, M. (2010). Bibliographie choisie. Dimensions humaines au sein des organisations.
http://www.psychosocial.fr/pages/Documents/Bibliographie-choisie.pdf Continuer la lecture de 2014. RISQUES PSYCHOSOCIAUX (et bien au-delà)

Mise en œuvre générale de plans d’action pour la prévention des RPS

Cet article est écrit à partir d’un travail d’analyse conjointe faite avec Mme Marie-Benoîte Sanglerat de l’Anact et présenté lors des Assises CHSCT d’octobre 2013.

Le 20 mars dernier une circulaire du premier ministre relative à la mise en œuvre du plan de prévention des RPS dans les trois fonctions publiques prolonge les préconisations de  l’accord-cadre sur la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique du 22 octobre 2013.

 La fonction publique évolue dans son approche de la santé au travail. Un premier pas significatif avait été fait lors de l’accord du 20 novembre 2009 sur la santé et la sécurité au travail. Sept syndicats signataires entérinaient le passage d’une prévention plutôt orientée gestion hygiéniste et sécuritaire à celui de l’accompagnement et à la promotion de la santé et de la sécurité (15 actions dédiées).

L’accord-cadre relatif à la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique signé le 22 octobre 2013 constitue une nouvelle étape. Il caractérise une approche dynamique et transversale de la santé au travail.  Plusieurs éléments le justifient :

– Il a été produit après une véritable négociation (un an) ;

– Les organisations syndicales se sont appuyées sur leurs compétences, expériences et pratiques sur le sujet pour faire pression dans les négociations : selon certains c’est, la victoire du terrain.

– Il illustre une prise de conscience que les agents ont des choses à dire issues de leur travail réel que les prescripteurs nationaux ignorent.

Le risque psychosocial n’est plus perçu comme un risque individuel (une fragilité, un comportement, …), une entité autonome quasi indépendante des situations réelles de travail. Il s’agit de considérer les risques psychosociaux, dans leurs conséquences, dans leurs causes, comme une réelle préoccupation et de les intégrer dans une approche globale de la santé au travail. Continuer la lecture de Mise en œuvre générale de plans d’action pour la prévention des RPS