De la reconnaissance (externe) : remerciements

« Plutôt que de mettre son énergie à refouler ses convictions, le professionnel de l’intervention tirerait grand profit à se mettre au clair avec celles-ci. […] ce qui est explicité est moins sourdement agissant et plus facile à contrôler que l’insu. L’intervenant ne doit pas travailler dans l’illusion qu’une neutralité-absence est profitable à son client. Pour avancer dans sa réflexion, le client incarné a besoin non pas d’un intervenant-absent, mais d’une consistance sur laquelle s’appuyer et qui lui offre une résistance rassurante. L’exercice de la résistance est une fonction majeure de l’intervention clinique ; ses points d’application et son dosage sont plus utiles à acquérir que la crispation sur l’obligation de neutralité« . Guy Jobert, Education permanente. N°214 – 2018-1

Dans son Habilitation à diriger des recherches (1998. P. 54-64), G. Jobert (Chaire de formation des adultes du Cnam-Paris) tente une définition de la reconnaissance et site C. Dejours « La reconnaissance est la rétribution fondamentale de la sublimation » (Dejours, 1990. p. 695). Pour préciser son propos il s’appuie sur une définition de la sublimation, issues des travaux de Freud « nous désignons comme sublimation une certain sorte de modification du but et de changement d’objet dans laquelle entre en considération notre évaluation sociale » (Inhibition, symptôme et angoisse. Paris. PUF).

Jobert considère que le concept de sublimation permet de dialectiser l’individuel et le social et de suivre le destin de la pulsion, depuis son émergence jusqu’à sa satisfaction ou son échec à travers la reconnaissance sociale dans la sphère publique. Au cœur de la dialectique individuel / social se situe donc une polarité reconnaissance / non reconnaissance qui décide du destin de la pulsion (satisfaite ou non satisfaite). Il s’appuie également sur les travaux de la psychodynamique du travail pour affirmer que :

– à partir des trois mondes hégéliens (objectif, subjectif, social), C Dejours a construit le triptyque : EGO (le sujet) / AUTRUI (collectif ou communauté d’appartenance) / REEL (au sein de la réalité celui qui se fait connaître au sujet par sa résistance à son savoir-faire, sa connaissance, sa science). Il examine de quelle façon ces termes s’articulent et dans la dialectique EGO / AUTRUI il interroge le fait que « le sujet éprouve le besoin de valider que le rapport singulier qu’il a noué avec le réel n’est pas son seul fait mais qu’il est partagé ou partageable avec autrui, qu’autrui va reconnaître le bien fondé de ce qu’avance ou agit le sujet » ;

– « Le cheminement identitaire part de l’énergie pulsionnelle, passe par la reconnaissance de la contribution socialement utile du sujet puis fait retour vers celui-ci pour l’intégrer à une communauté culturelle en l’assurant de la validité du rapport au monde que donne à voir son travail »

Semble émerger ici une tension / évaluation entre le sujet, son collectif de référence et le rapport qu’ils entretiennent au réel. Continuer la lecture de De la reconnaissance (externe) : remerciements

La pluridisciplinarité en SST : quel.le.s acteur.rice.s, quelles stratégies ?

RENCONTRES TERRITORIALES DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL DU CNFPT

28 et 29 septembre 2017, Marseille

Devant les transformations du travail, l’émergence de nouveaux risques et l’évolution des rapports au travail, les professionnel.le.s reconnaissent que la prévention des risques professionnels est indispensable mais n’est plus suffisante. Elle doit élargir son champ d’action à une approche globale de la santé, de la sécurité et de la qualité de vie au travail.

Conscientes de cet enjeu, les collectivités cherchent à mailler les expertises et les compétences pour penser le travail autrement. Ainsi l’approche pluridisciplinaire permet de croiser les regards et d’appréhender de manière collective et transversale la santé et la sécurité au travail. En effet la recherche de l’efficience et le décloisonnement des interventions passent par la facilitation des synergies entre les différent.e.s acteur.rice.s et leurs disciplines.

Ces 3èmes rencontres de la santé et de la sécurité au travail ont été l’occasion de définir les prérogatives des parties prenantes à l’action et d’ouvrir des pistes de réflexions sur les stratégies à mettre en œuvre pour mieux travailler ensemble.

Retrouvez tous les documents présentés lors des rencontres territoriales de la SST :

http://www.cnfpt.fr/se-former-autrement/participer-a-nos-evenements/revivre-evenements/rencontres-territoriales-sante-securite-au-travail-28-29-septembre-a-marseille

Dossier Fonds national de prévention (extrait)

Max Masse s’interroge sur le vocabulaire utilisé aujourd’hui pour décrire la nécessaire intervention d’une pluralité d’acteurs de prévention : pluridisciplinarité ? multidisciplinarité ? codisciplinarité ?

Les changements ont fait évoluer les représentations. On passe d’une logique de construction de la santé au travail à celle d’une gouvernance.

La logique de performance décrite dans l’accord sur la santé et sécurité au travail de 2009 a laissé place à une logique de subsidiarité et de système dans le projet d’accord-cadre sur la Qualité de Vie au Travail de 2015.

Si les « pluri-difficultés » sont aujourd’hui palpables dans le domaine de la fonction publique (budgets, effectifs etc…), les conséquences et les recherches de solutions sont également plurielles et inductives : « c’est en faisant le chemin que l’on trouvera des solutions aux problèmes présents sur le chemin » dit-il.

DE LA PALETTE PLURIDISCIPLINAIRE A LA PEINTURE CODISCIPLINAIRE (Table ronde 3, extrait)

La co-disciplinarité, un projet, un moyen et une dynamique

Du point de vue du prescrit, la pluridisciplinarité est la finalité et du point de vue du réel, la co-disciplinarité est le moyen de la faire vivre :

– Dans la démarche de prévention des risques professionnels, la pluridisciplinarité agit de façon externe sur la SST : logiques pluri verticales sur un même objet (on accompagne)

– Pour la construction de la SST, la co disciplinarité intègre la SST dans ses projets et ses actions : logique circulaire et dynamique intégrative (on fait avec)

Dans le premier cas on s’appuie sur des sachant et dans le second on cherche à construire du sens collectivement

Finalement, le fait de regrouper nos savoirs, nos pensées et nos relations, ne passerait-il pas par le fait de « créer un espace dans lequel nous ne pensons pas nécessairement la même chose mais où la même chose nous fait penser » ?

2018. ÉVALUATION DES RISQUES AU TRAVAIL

Bibliographie augmentée de mon ouvrage « Risquons la sécurité du travail »

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail. (AESST). (2012a). Rôle dirigeant de l’encadrement dans la sécurité et la sécurité au travail. Guide pratique. Luxembourg : Office des publications de l’Union européenne.

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail. (AESST). (2012b). Participation des travailleurs au processus de promotion de la santé et de la sécurité au travail. Guide pratique. Luxembourg : Office des publications de l’Union européenne.

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail. (AESST). (2003). Intégrer les questions de genre dans l’évaluation des risques. Dans Agence de Bilbao. FACTS 43. https://osha.europa.eu/fr/tools-and-publications/publications/factsheets/43.

Baba, B. (2017). « Vers un cadre conceptuel socio-constructionniste pour appréhender l’acceptabilité sociale ». Dans Éthique publique. Vol. 18, n° 1. http://ethiquepublique.revues.org/2865

Beck, U. (2001). La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité. Paris : Aubier.

Berthet, M. Cru, D. (2003). Travail prescrit, travail réel et santé au travail. De nouveaux modes d’intervention ergonomique ? Dans Travail et Emploi. N° 96. Octobre. Continuer la lecture de 2018. ÉVALUATION DES RISQUES AU TRAVAIL