Comité social et économique* : une santé au travail augmentée ?

Mohamed Hassan Pixabay

« Lorsque souffle le vent du changement, certains construisent des murs, d’autres des moulins ». Proverbe chinois

Noyé dans la profusion des sujets investis par les ordonnances « Macron » de 2017 et enveloppé du lamento des défenseurs de leur regretté CHSCT, le nouveau comité économique et social (CSE) a eu bien du mal à trouver une place de choix.

L’histoire nous montre qu’en cette matière, les évolutions ont été régulières ; autrement dit, rien ni personne n’y ont échappé.

Il a été donné au CSE du point de vue juridique et du point de vue du dialogue social un rôle primordial en matière de santé au travail.

La caractéristique majeure du changement opéré consiste à abandonner les spécificités de la prévention des risques professionnels et de faire de la santé au travail un enjeu majeur, transversal, systémique au plus près des niveaux de décisions stratégiques pour peser sur elles en vue d’un enrichissement réciproque sous fond de performance pour les uns et d’efficience pour les autres.

Au risque de surprendre et contrairement à une certaine doxa passéiste, ce sont les risques professionnels qui ont été dilués via les CHSCT pour exonérer une partie des responsabilités en matière de santé au travail et non l’inverse.

Aujourd’hui, nous verrons enfin que toutes les parties prenantes sont interpellées ; à charge pour chacune d’entre elles de jouer leur role pour diriger, négocier, débattre, gérer, conduire et faire agir en responsabilité.

Continuer la lecture de Comité social et économique* : une santé au travail augmentée ?