Méthodo-logiques

Mes activités professionnelles et scientifiques s’exercent sous la forme d’une action-recherche portée par une double logique :

« Non pas devenir mais faire et en faisant se faire », (J. Léquier) grâce, en particulier, à l’« Ingénium, cette étrange faculté de l’esprit humain qui est de relier…, pour comprendre, c’est-à-dire pour faire », (Vico)

Ma posture ne « consiste pas en une démonstration menée à partir d’un « réel » observable et mesurable ; elle vise plutôt à montrer, à mettre en scène, à peser le pour et le contre, à faire des choix et à les soutenir au moyen d’une argumentation » (Martineau, Simard, Gauthier, 2001)

A un premier niveau, ma posture de professionnel-chercheur (Masse, 2014) est celle d’un ethnographe qui observe, écoute et décrit des situations vécues pour capter le réel des parties prenantes et d’un ethnologue qui analyse textes, documents et discours afin de faire émerger des logiques propres aux écrits et aux déclarations. A un second niveau, et plus modestement, mon approche de type anthropologique étudie les institutions de la fonction publique et leurs rituels et croyances.

En m’appuyant sur des écrits les plus variés, je cherche à comprendre et penser les singularités de la fonction publique française et la diversité de ses trois versants.

Du point de vue des théories de l’apprentissage, je m’appuie sur l’approche  socioconstructiviste constituée de trois dimensions solidaires (Jonnaert, Vander Borght, 2003) :

– une dimension constructiviste : le sujet construit ses connaissances à partir de sa propre activité et l’objet manipulé au cours de cette activité n’est autre que sa propre connaissance ;

– une dimension liée aux interactions sociales : le sujet apprend avec ses pairs et avec l’intervenant qui joue un rôle de médiateur des interactions ;

– une dimension liée aux interactions avec le milieu : le sujet apprend un contenu dans des situations qui sont à la fois sources et critères des connaissances. Dans ces conditions, nous avons évoqué une dimension socioconstructive « méta » de la professionnalisation (Masse, 2011) qui permet de la considérer non plus comme un concept mobilisateur mais comme un concept d’intelligibilité. La (socio)construction de professionnalité par les institutions à l’intention de personnes humaines s’effectuerait à partir des liens et interactions entre les mondes de l’éducation, de la formation, du travail et de la recherche.

Via la contribution à des revues et colloques mon approche empirique, inductive et spéculative consiste à mettre en débat mes expériences et mes analyses au feu des évaluations de comités de rédaction et de lecture ou des comités scientifiques. Ces évaluations externes constituent, à mon sens, la force probante de mes analyses et arguments.

Mes travaux assument une attitude critique et engagée qui vise un certain idéal, se fonde sur des références théoriques autant que sur une vision fonctionnelle grâce à un va et vient entre les concepts, le réel et les différentes attitudes et vécus des professionnels et des chercheurs en tenant compte autant de ce qui est fait que de ce qui est possible mais également souhaitable.