Pédagogie versus andragogie. Du déni de réalité au défi de l’idéalité

« Une intuition ne se prouve pas, elle s’expérimente. Et elle s’expérimente en multipliant ou même en modifiant les conditions de son usage ». Bachelard (1932. P. 8)*

Se confronter à la pédagogie dans cet article semble relever d’emblée de l’inconscience, de la vanité et de l’illusion tant le champ d’investigation est vaste, les parties prenantes pléthoriques, les écrits incommensurables. Ce n’est peut-être pas par hasard que la pédagogie relève de l’univers foisonnant des sciences de l’éducation et de la formation qui peu ou prou croisent l’ensemble des disciplines des sciences humaines pour elles-mêmes et de toutes les sciences dans les enseignements dispensés.

Mais associer l’andragogie à la pédagogie relève d’un double défi : ne pas faire tabula rasa du passé, autrement dit ne pas considérer que nous partons de zéro et accepter une inversion de notre culture, de nos modèles construits par le monde de l’école et de son incontournable triptyque originel à savoir le triangle pédagogique associant savoir, maître et élève.

Rappelons qu’en 1970, Léon cité par Roche (2018) apportait déjà un éclairage sur cette tension paradoxale : « L’andragogie apparaît beaucoup plus comme une aspiration que sous les traits d’un ensemble doctrinal ou méthodologique en voie d’élaboration. En d’autres termes, l’opposition entre andragogie et pédagogie relève davantage du domaine de l’opinion que de celui de la démarche scientifique ou même empirique. »

Pour cette introduction, et a minima, nous retendrions que la posture andragogique propose un principe singulier : on enseigne à un enfant pour qu’il apprenne (pédagogie) mais l’apprentissage des adultes nécessite de prendre en compte d’autres critères, d’autres singularités qui sont spécifiques à leurs âge, leurs compétences, leurs parcours. Continuer la lecture de Pédagogie versus andragogie. Du déni de réalité au défi de l’idéalité

Professionnalisation d’adultes et andragogie

L’enjeu d’un dispositif de professionnalisation d’adultes consiste à favoriser la construction progressive d’une professionnalité sous une forme non pénalisante pour l’identité professionnelle de départ. Le vécu de l’apprenant adulte est alors considéré comme une expérience et une richesse à valoriser dans son processus d’apprentissage. De son côté, le formateur développe sa capacité à se positionner vis-à-vis d’un public d’adultes. Sous-estimer l’effet de cette posture, revient à infantiliser ces personnes sans tenir compte de ce qu’ils ont été auparavant : des professionnels expérimentés ou experts. En matière d’ingénierie, s’agirait-il alors d’assumer une transition de la pédagogie vers l’andragogie ?

Cadre de l’andragogie

Knowles, définit l’andragogie comme l’art et la science d’aider les adultes à apprendre ; l’éducation des adultes doit être en mesure de répondre à leurs besoins. Selon Rosenstock, l’andragogie est le véritable moyen par lequel ils entretiennent un rapport d’intelligence avec le monde moderne dans un processus qui réconcilie connaissance théorique et affaire pratique au travers d’une expérience créative (Hachicha). Le formateur utilise les capacités de l’apprenant adulte comme levier de réussite et valorise son cadre professionnel antérieur. Il lui permet de se retrouver dans une disposition positive face à ses nouveaux apprentissages. Les six postulats de Knowles sur la façon d’apprendre propre aux adultes :

  1. a) Besoin de savoir : ils ont besoin de savoir pourquoi ils doivent apprendre avant une formation, l’intervenant se doit de l’aider à prendre conscience de son « besoin d’apprendre » et de lui expliquer que la formation vise à améliorer son efficacité et sa qualité de vie ;
  2. b) Concept de soi chez l’apprenant : ils ont conscience d’être responsables de leurs propres décisions et de leur propre vie. Se développe en eux le besoin d’être vus et traités par les autres comme des individus capables de s’autogérer. Ils n’admettent pas les situations où les autres leur imposent leur volonté ;
  3. c) Rôle de l’expérience de l’apprenant : ils arrivent dans une formation avec une diversité d’expérience qui constitue leur identité. Il est nécessaire de tenir compte des différences individuelles, mettre l’accent sur des stratégies personnalisées et expérientielles ;
  4. d) Volonté d’apprendre : ils sont prêts à apprendre s’ils mesurent que les connaissances-compétences à acquérir leur permettront d’affronter des situations réelles ;
  5. f) Orientation de l’apprentissage : ils orientent leur apprentissage autour de la vie, d’une tâche, d’un problème. Ils assimilent connaissances, compétences, valeurs et attitudes quand celles-ci sont présentes dans le contexte de leur mise en application (situations réelles) ;
  6. g) Motivation : ils sont sensibles à des motivations extérieures mais ce sont leurs pressions intérieures qui sont le plus grand facteur de motivation intrinsèque à l’apprentissage.

Le rôle essentiel de l’intervenant(e)

La transition du rôle de sachant/apprenant à celui d’apprenant/apprenant nécessite que l’intervenant(e) laisse le public apprenant être acteur de sa formation et sache utiliser les leviers pour développer et débloquer les freins psychologiques du public. Il/elle veille alors à s’appuyer sur les expériences antérieures de chaque stagiaire. Il doit connaître le public apprenant et leurs antériorités afin d’être au plus proche de la réalité de chacun.

L’andragogue est un guide, sur le chemin du savoir et de la construction des connaissances, il n’est en aucun cas un mentor ou un sachant. L’apprenant est mis sur une voie et accompagné afin qu’il grandisse par lui-même grâce à l’apprentissage par expériences, de façon itérative.

Socioconstruire de la professionnalité

C’est ainsi que l’andragogie apporte un éclairage complémentaire à la perspective socioconstructiviste en matière d’apprentissage de l’adulte. Elle permet d’identifier le positionnement et les liens qui favoriseront la construction d’une nouvelle professionnalité = l’acquisition et la construction de connaissances-compétences par le public apprenant et l’identification des savoirs théoriques et des savoirs d’action que devront mobiliser les intervenants. Ainsi, le projet de formation et le public apprenant sont au cœur du système des acteurs de la formation, les intervenant(e)s se retrouvent dans de multiples postures apprenant/sachant afin de répondre de façon la plus efficiente aux apprenants. Il est certain qu’une des conditions de réussite consiste à être en capacité de mobiliser des formateurs/trices qui accueillent favorablement ce changement de posture.

Toutefois, c’est bien l’ensemble des projets, des parties prenantes, des ingénieries, des dispositifs… qu’il est nécessaire de revisiter pour s’engager dans la perspective andragogique.

Nb. Ce texte est issu d’un article en cours de finalisation co-écrit avec Yohann Dauffy. Ingénieur en formation, Cabinet Ningen Conseil.