Transformations du travail et intervention co-disciplinaire.

Un front pionnier conjoint pour la psychologie du travail ?

Texte co-écrit avec Gregory Gouyet, Psychologue du travail

Le monde du travail semble avoir accepté d’évoluer dans un contexte imposé de changement permanent, à 360° et, par voie de conséquence, d’avoir renoncer à trouver d’autres voies plus paisibles.

Performance et efficience soutiennent les discours volontaristes pour faire et les injonctions culpabilisantes de ne pas avoir encore fait. Du fait de la dimension systémique du processus, toutes les parties prenantes sont impliquées, l’ensemble des conditions du et de travail sont concernées ; rien ni personne n’y échappe dans cet univers instable et incertain.

L’innovation, parfois confondue avec le progrès, est devenue le vade-mecum à la fois conceptuel et fonctionnaliste. Ici encore les discours sophistes sont rodés : le changement est permanent, l’innovation est une nécessité et ainsi le changement devient une nécessité pour innover.

Depuis 2007, les réformes successives dans la fonction publique française nous fournissent un exemple archétypique, d’une part, des processus de changements, des discours sur l’innovation et, d’autre part, et on peut le regretter, de la dégradation des lignes hiérarchiques, des systèmes organisationnels, des relations sociales et socioprofessionelles.

Du point de vue, des femmes et des hommes au travail la véritable innovation résident dans le fait que

– toute la chaîne hiérarchique est maintenant touchée tant du point de vue fonctionnel que hiérarchique ;

– les effets des décisions sont connus de plus en plus tardivement avec des effets à de plus en plus courts termes ;

– elles/ils sont de moins en moins associées aux débats et aux décisions Continuer la lecture de Transformations du travail et intervention co-disciplinaire.