Se mettre à distance du travail pour le négocier

« Quand on n’a qu’un marteau, on ne pense les problèmes qu’en termes de clou », Maslow et Watzlawick.

Dans un lourd contexte de réforme de l’État et de son administration territoriale, de réorganisations des systèmes de management et des services, de repyramidage des structures hiérarchiques, de fusions et regroupements d’implantations locales et encore de coupes budgétaires et d’économies de surfaces, le télétravail semble devenu la panacée pour répondre aux différents changements que connaissent les services et établissements de la fonction publique, pour prendre en compte les évolutions des métiers et, plus globalement, pour s’adapter à l’ère numérique, aux problèmes de transports (durée, coût, climatologie) et à la demande sociale qui s’étend aujourd’hui au-delà du seul encadrement.

Pour les agents de la fonction publique française, il est devenu un sujet et un objet de débats entre 2014 et 2015, en particulier, via les négociations (non abouties) relatives à la qualité de vie au travail[i]. Depuis le décret n° 2016-151 du 11 février 2016 relatif aux conditions et modalités de mise en œuvre du télétravail dans la fonction publique et la magistrature a pris le relais. Dans les services de l’Etat, certains ministères se sont déjà concrètement emparés de la question : Agriculture, Défense, Environnement, Finances, 1er Ministre[ii] et d’autres s’y emploient : Affaires Étrangères, Intérieur, Ministères sociaux.

À l’heure où la fonction publique « se réinvente » en lançant des initiatives portées par des fonctionnaires pour anticiper les transformations de la fonction publique à l’horizon 2025, des agents des trois versants de la fonction publique (État, Hospitalière, Collectivités territoriales) à la conception et à la mise en œuvre de projets innovants et en particulier en matière managériale. Toute la chaîne d’encadrement doit être mobilisée pour y parvenir en s’appuyant sur les décideurs : « la fonction publique n’est pas un monolithe ni un monstre froid immobile. Elle est ce que les décideurs en font »[iii]. Nous verrons qu’une prise de distance vis-à-vis du télétravail au bénéfice d’une réflexion élargie sur les enjeux du travail à distance peut faire pleinement partie des éléments structurants pour alimenter cette réinvention et qui, à mon sens, relève de la responsabilité de l’Etat-employeur.

Ce processus semble même déjà engagé au plus haut niveau de l’Etat elle-même puisque la circulaire fonction publique du 22 décembre 2016 relative à la création d’un fonds innovation RH cite le travail à distance comme un des nouveaux modes d’organisation du travail et de management. Nous allons voir que la notion de « travail à distance » constitue un enjeu de négociation essentiel pour la prise en compte de l’ensemble des problématiques du travail.

Nous allons voir que la notion de travail à distance ne se résume pas ni au travail à domicile, ni au télétravail et que de nouvelles formes de mobilité du travail émergent à l’heure du développement sans précédent de la communication numérique  ; se mettre à distance du travail revient d’abord à questionner le travail et ses variantes opérationnelles pour ensuite étudier les meilleurs formes qu’il peut prendre en fonction des activités déployées et de la qualité du service public à rendre. Continuer la lecture de Se mettre à distance du travail pour le négocier

Professionnalisation d’adultes et andragogie

L’enjeu d’un dispositif de professionnalisation d’adultes consiste à favoriser la construction progressive d’une professionnalité sous une forme non pénalisante pour l’identité professionnelle de départ. Le vécu de l’apprenant adulte est alors considéré comme une expérience et une richesse à valoriser dans son processus d’apprentissage. De son côté, le formateur développe sa capacité à se positionner vis-à-vis d’un public d’adultes. Sous-estimer l’effet de cette posture, revient à infantiliser ces personnes sans tenir compte de ce qu’ils ont été auparavant : des professionnels expérimentés ou experts. En matière d’ingénierie, s’agirait-il alors d’assumer une transition de la pédagogie vers l’andragogie ?

Cadre de l’andragogie

Knowles, définit l’andragogie comme l’art et la science d’aider les adultes à apprendre ; l’éducation des adultes doit être en mesure de répondre à leurs besoins. Selon Rosenstock, l’andragogie est le véritable moyen par lequel ils entretiennent un rapport d’intelligence avec le monde moderne dans un processus qui réconcilie connaissance théorique et affaire pratique au travers d’une expérience créative (Hachicha). Le formateur utilise les capacités de l’apprenant adulte comme levier de réussite et valorise son cadre professionnel antérieur. Il lui permet de se retrouver dans une disposition positive face à ses nouveaux apprentissages. Les six postulats de Knowles sur la façon d’apprendre propre aux adultes :

  1. a) Besoin de savoir : ils ont besoin de savoir pourquoi ils doivent apprendre avant une formation, l’intervenant se doit de l’aider à prendre conscience de son « besoin d’apprendre » et de lui expliquer que la formation vise à améliorer son efficacité et sa qualité de vie ;
  2. b) Concept de soi chez l’apprenant : ils ont conscience d’être responsables de leurs propres décisions et de leur propre vie. Se développe en eux le besoin d’être vus et traités par les autres comme des individus capables de s’autogérer. Ils n’admettent pas les situations où les autres leur imposent leur volonté ;
  3. c) Rôle de l’expérience de l’apprenant : ils arrivent dans une formation avec une diversité d’expérience qui constitue leur identité. Il est nécessaire de tenir compte des différences individuelles, mettre l’accent sur des stratégies personnalisées et expérientielles ;
  4. d) Volonté d’apprendre : ils sont prêts à apprendre s’ils mesurent que les connaissances-compétences à acquérir leur permettront d’affronter des situations réelles ;
  5. f) Orientation de l’apprentissage : ils orientent leur apprentissage autour de la vie, d’une tâche, d’un problème. Ils assimilent connaissances, compétences, valeurs et attitudes quand celles-ci sont présentes dans le contexte de leur mise en application (situations réelles) ;
  6. g) Motivation : ils sont sensibles à des motivations extérieures mais ce sont leurs pressions intérieures qui sont le plus grand facteur de motivation intrinsèque à l’apprentissage.

Le rôle essentiel de l’intervenant(e)

La transition du rôle de sachant/apprenant à celui d’apprenant/apprenant nécessite que l’intervenant(e) laisse le public apprenant être acteur de sa formation et sache utiliser les leviers pour développer et débloquer les freins psychologiques du public. Il/elle veille alors à s’appuyer sur les expériences antérieures de chaque stagiaire. Il doit connaître le public apprenant et leurs antériorités afin d’être au plus proche de la réalité de chacun.

L’andragogue est un guide, sur le chemin du savoir et de la construction des connaissances, il n’est en aucun cas un mentor ou un sachant. L’apprenant est mis sur une voie et accompagné afin qu’il grandisse par lui-même grâce à l’apprentissage par expériences, de façon itérative.

Socioconstruire de la professionnalité

C’est ainsi que l’andragogie apporte un éclairage complémentaire à la perspective socioconstructiviste en matière d’apprentissage de l’adulte. Elle permet d’identifier le positionnement et les liens qui favoriseront la construction d’une nouvelle professionnalité = l’acquisition et la construction de connaissances-compétences par le public apprenant et l’identification des savoirs théoriques et des savoirs d’action que devront mobiliser les intervenants. Ainsi, le projet de formation et le public apprenant sont au cœur du système des acteurs de la formation, les intervenant(e)s se retrouvent dans de multiples postures apprenant/sachant afin de répondre de façon la plus efficiente aux apprenants. Il est certain qu’une des conditions de réussite consiste à être en capacité de mobiliser des formateurs/trices qui accueillent favorablement ce changement de posture.

Toutefois, c’est bien l’ensemble des projets, des parties prenantes, des ingénieries, des dispositifs… qu’il est nécessaire de revisiter pour s’engager dans la perspective andragogique.

Nb. Ce texte est issu d’un article en cours de finalisation co-écrit avec Yohann Dauffy. Ingénieur en formation, Cabinet Ningen Conseil.