Développement expérimental, santé au travail et sérendipité

Confluences, 2019. M. Masse

« Un homme raisonnable s’adapte au monde tandis qu’un homme déraisonnable s’obstine à faire en sorte que le monde s’adapte à lui. Par conséquent le progrès dépend de l’homme déraisonnable ». George Bernard Shaw.

Remerciement à M. Philippe Goulois, Cooperactiv pour ses apports et relectures

Citer ce billet : “Développement expérimental, santé au travail et sérendipité ». Max Masse. (2017). Publié sur Andralogiques, le 20 octobre 2019. Lien : https://santetravail.hypotheses.org/794

La santé et la sécurité au travail constituent aujourd’hui des champs de pratiques et de recherches en expansion. La seule clinique du travail illustre la richesse des concepts, méthodes, outils mobilisé pour rendre compte de leur diversité. Les domaines de la formation et la professionnalisation suivent le même chemin.

A partir de quelques définitions des formes de recherche, d’éléments d’analyse sur la santé au travail et formes de méthodes par la découverte, je propose ici quelques constituants de la notion de « développement expérimental » par l’action autrement dénommée « action-recherche en vue de la production de connaissances professionnelles et scientifiques ».

Santé et travail : la rencontre de la complexité ?

Hygiène et sécurité, conditions de travail, prévention du risque, sécurité et sûreté, prévention des risques du travail et au travail, prévention des risques professionnels, construction et gouvernance de la santé et sécurité au travail ouvrent des champs lexicaux polysémiques et des références scientifiques, juridiques, culturelles, techniques et méthodologiques pléthoriques avec un sentiment d’incommensurabilité.

Qu’il soit question de concept de santé ou de travail, de notions de risques psychosociaux ou encore de nanoparticules, les maîtres mots qui fondent toute tentative de définition nous parlent de complexité, d’incertitude, de systèmes, d’origine multicausale, plurifactorielle… ou encore de transversalité. Et j’ajoute volontiers de modestie. Et, par voie de conséquence, nous sommes perplexes et indécis en termes d’opérationnalisation et d’actions concrètes au quotidien du fait de nos pensées rationnelles, par exemple, en termes de prescription, de planification ou de programmation de la prévention sur le terrain : organisations, encadrement, agents.

Tout devrait-il alors devenir expérimentation ? Je pense avec Gautero [3] qu’une forme de relativisme peut nous aider à les comprendre dès qu’on ne croit pas à l’existence de la bonne solution, unique, indépendante du contexte et d’une expérience singulière à condition de :

– réfuter les présupposés et les dogmes qui font les réponses avant d’avoir construit la question ;

– avoir une pensée audacieuse qui nous invite à multiplier les approches d’un monde riche et dynamique qui influence et reflète les activités de ceux qui l’explorent (Feyerabend cité par Gautero). Continuer la lecture de Développement expérimental, santé au travail et sérendipité