Acteurs de la santé au travail : présent et avenir.

Les évolutions de la médecine de santé au travail seront traversées en 2010 par les préconisations du 2ème Plan Santé au travail du secteur privé (PST 2) et les novations de l’Accord national Santé et sécurité au travail (SST) dans la fonction publique du 30 novembre 2009[1]. Dans ce contexte de changement, ces cadres programmatiques posent deux questions transverses : la pluridisciplinarité et la formation.

 Plusieurs rapports (Conso/Frimat, Cours des comptes, Inspection générale des affaires sociales, Direction générale du travail) ont souligné que les objectifs d’évolution de la médecine de santé au travail sont sous-tendus par les enjeux de prescription d’intervention pluridisciplinaire et de développement de la formation.

Inspecteurs/trices en hygiène et sécurité (IHS) de la fonction publique de l’Etat et agents chargés des fonctions d’inspection (ACFI) de la fonction publique territoriale sont confrontés aux mêmes questions en terme de mutualisation et de professionnalisation. Un relatif isolement, des formes de mises en concurrence, un déficit de reconnaissance vis à vis d’autres pratiques plus valorisantes (médecine générale/inspection du travail) tous inscrivent leurs actions dans un environnement de demandes, d’enjeux sociaux de plus en plus importants face à la recrudescence des affections liées au travail. Ce qui différencie ces acteurs paraît moins important que ce qui les relie en terme de professionnalité et de quête identitaire professionnelle (lisibilité collective de la prescription, statut, charge de travail…) et une réflexion conjointe entre démarche pluridisciplinaire et formation nous semble susceptible de faire émerger des processus de professionnalisation.

En premier lieu, la mobilisation d’une culture du « problème » (Fabre, 2009) propose un cadre commun aux pratiques et intentions de travail favorisant la coopération entre les acteurs en impulsant une démarche de professionnalisation interdisciplinaire à visée / finalité d’intervention pluridisciplinaire. Pour la médecine de santé au travail comme pour l’inspection SST, la production de diagnostic peut favoriser une espace de construction de compétences.

L’analyse du travail, au sein d’ « une entrée par l’activité » (Durand, Barbier, 2006) de ces acteurs de la SST donnera, en second lieu, des clés d’intelligibilité qui permettront de favoriser la dynamique collective de professionnalisation et individuelle du développement professionnel et de réduire la tension qui peut exister entre l’offre de professionnalisation (comme projet des organisations à propos des individus) et les dynamiques de développement professionnel des individus (comme transformations vécues par les individus au fil de leur itinéraire mais aussi les projets qu’ils portent) (Wittorski 2007).

[1] Accord qui renvoie explicitement au PST 2