Professionnalisation durable & recherche en sciences de gestion et de la formation. Pour une ingénierie itinérante

 

Cet article a été co-écrit avec Mme Nadia Boudemagh, Ingénieur IPRP, Conduite de changement

L’« ingénium, cette étrange faculté de l’esprit humain qui est de relier…, pour comprendre, c’est-à-dire pour faire ». (Vico, 1708, p. 181)[1]

Notre contribution s’intéresse à des activités de gestion, de formation et de recherche au sein de la fonction publique de l’État en France. Dans le contexte de la réforme l’État (2007) la formation d’un de nos publics pendant huit semaines consécutives a, pour autant, été transformée en un dispositif de professionnalisation en alternance de 8 mois avec l’accord de la Direction de l’administration générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) du ministère de la fonction publique en 2009. La DGAFP possède un double rôle : elle gère en propre tous les agents de la fonction publique de l’État et elle joue un rôle de DRH groupe pour les trois versants de la fonction publique (État, Territoriale, Hospitalière) soit 5,4 millions d’agents.

Cette réussite résulte de la conjonction d’une expérience professionnelle en matière d’ingénierie de formation et de travaux de recherche menés simultanément en faveur du déploiement du dispositif de professionnalisation et pour à la fois comprendre et faire avec les parties prenantes (dont le management supérieur). Vico, à travers le concept d’ingénium, nous propose d’attendre une autre attitude de l’esprit que la seule analyse (Clenet 2002, p. 49). Il invite à considérer l’esprit de l’homme tant dans ce qu’il est que dans ce qu’il produit, selon une dynamique singulière d’engendrement et de créativité de l’un par rapport à l’autre : l’action est consubstantielle à la pensée et à la compréhension. D’où l’intérêt de se pencher autant sur tous les éléments qui composent ce nouvel axiome.

A la lumière des apports de Vico, nous comprenons que le « faire » est à placer autant dans l’action elle-même que dans la pensée qui la fait naître, sans que soit posée la barrière historique entre la théorie et la pratique. Ici, l’enjeu est de dépasser la pensée éclatée, univoque, qui occulte sans vergogne des liens fondateurs. La priorité est de conférer à l’action toute sa part d’intelligence, celle qui émane et du corps et de l’esprit, lieux et résultats d’une rencontre. Car, enfin, dans une pensée unifiée, le corps rejoint un esprit qui ne l’a jamais vraiment quitté. Les actions-pensées ou les pensées-actions en seraient l’expression.

Engagées sur cette voie, les sciences de gestion comme celles de la formation seraient à appréhender du côté des idées, des analyses et des expériences qui les animent et les soutiennent selon un continuel mouvement des unes vers les autres. C’est pourquoi, nous conviendrons de confronter ces domaines scientifiques à l’épreuve du réel et des pensées-actions du côté de la conceptualisation, de la conception, de l’apprentissage, de l’expérience et de la pratique.

Dans ces conditions, nous formulerons l’hypothèse que la clé de réussite de cette dynamique dépend de la capacité des chercheur(e)s en sciences de gestion à investir simultanément les mondes et les interactions du travail et de la professionnalisation. Pour éclairer ces deux derniers champs des apports singuliers des disciplines et cadres théoriques des sciences de la formation : nous parlons d’ingénierie itinérante.

Nous n’investiguerons pas dans ces lignes en tant que telles les questions de performance et de gestion financière mais notre activité professionnelle nous montre au quotidien l’efficience durable de notre démarche également source de qualité du travail et des apprentissages.

Dans un premier temps, nous présenterons notre posture et notre cadre théorique et pratique d’action en nous arrêtant sur la notion d’impact. Nous expliciterons ensuite les origines du public concerné et la nature de son dispositif de professionnalisation sources de nos travaux professionnels et scientifiques. En complément nous préciserons la dynamique réflexive proposée à ce public en matière de fonction et de métier et nous proposerons quelques éléments constitutifs de l’ingénierie itinérante. Nous conclurons sur la nécessité d’une rencontre entre les sciences de gestion et de la formation pour favoriser les processus de professionnalisation durable. Continuer la lecture de Professionnalisation durable & recherche en sciences de gestion et de la formation. Pour une ingénierie itinérante

Professionnalisation entre prescrit, réalisé, caché et vécu du travail, de l’éducation et de la formation

Gerd Altmann. Pixabay

Travail, éducation et formation ont été pensés et mobilisés d’une façon singulière lors de la transformation d’un dispositif de formation en dispositif de professionnalisation dans une école de service public en France.

Du point de vue du cadre conceptuel, sont mobilisés les travaux de Wittorski (professionnalisation), Albero (dispositif) et Kaddouri (dynamique identitaire) et les premiers résultats d’une recherche en cours. L’objectif consiste, d’une part, à effectuer des liens entre prescription institutionnelle et prise en compte des dimensions prescrites, réelles, cachées et vécues du travail, de l’éducation et de la formation et, d’autre part, de mesurer à la fois la portée et les limites des ingénieries mobilisées. Seront également analysées les incidences de cette transformation sur les acteurs sociaux et sur le dispositif lui-même grâce au processus de recherche qui a traversé cette démarche.

Dans la fonction publique française de l’Etat, il est constaté une glissement sémantique de la « formation » à la « professionnalisation » pour nommer une nouvelle ou une autre intention de développement de compétences par les institutions dans les dispositifs long de formation initiale professionnelle préalables à la prise de poste. Ce message est en général porté par les écoles de service public (magistrature, santé publique, travail…).

Pour professionnaliser la formation, l’outillage technique mis en avant relève de l’ingénierie (alternance, individualisation, référentialisation des activités et des compétences, pédagogie par résolution de problème, mises en situation professionnelle…). Sont peu abordées en amont la question du renoncement à l’approche disciplinaire au bénéfice d’une formation par finalités d’action.

Plus rarement encore sont questionnées précédemment l’identification et la validation des compétences socialement attendues par l’analyse du travail réel des professionnels de terrain.

Or la conceptualisation, la conception et la réalisation du dispositif en seront impactées tout autant que les apprenants (source de tensions identitaires dans leurs apprentissages). L’hypothèse sera faite que l’analyse de la prescription institutionnelle de professionnalisation a donné des éléments de compréhension des enjeux de mobilisation conjointe des questions liées au travail, à l’éducation et la formation au sein d’un dispositif de professionnalisation dans la fonction publique de l’Etat en France.

Transversalement, nous regardons le travail, l’éducation et la formation sous quatre dimensions : le prescrit, le réalisé, le caché et le vécu. Les travaux de Wittorski (2005, 2007) offre notre cadre conceptuel de la professionnalisation des activités, voire des métiers mais également celle des acteurs, au sens à la fois de la transmission de savoirs et de compétences et de la construction d’une identité de professionnel et enfin, de celle des organisations, au sens de la formalisation d’un système d’expertise par et dans l’organisation. En complément et comme modèle d’analyse, nous mobiliserons également l’approche de B. Albero sur les dispositifs et celle de M. Kaddouri sur les dynamiques identitaires et le rapport à la formation.

La nature et le rôle des liens entre l’école, le porteur de projet, le commanditaire et les ministères seront analysés. La pertinence et les limites des outillages mobilisés seront étudiés. Une démarche de pré-professionnalisation des acteurs sera également examinée du point de vue des enjeux de socio-construction des connaissances. Enfin, seront abordées les incidences du processus de changement de la formation à la professionnalisation en y intégrant la dimension travail, d’une part, sur les acteurs sociaux et d’autre part, sur le dispositif lui-même.

Enfin, il sera montré en quoi le processus de recherche qui a traversé le dispositif en intégrant les questions sur le travail, l’éducation et la formation a permis à la fois de comprendre et d’accompagner son évolution et de dégager de nouvelles pistes de questionnement.