Pédagogie versus andragogie. Du déni de réalité au défi de l’idéalité

« Une intuition ne se prouve pas, elle s’expérimente. Et elle s’expérimente en multipliant ou même en modifiant les conditions de son usage ». Bachelard (1932. P. 8)*

Se confronter à la pédagogie dans cet article semble relever d’emblée de l’inconscience, de la vanité et de l’illusion tant le champ d’investigation est vaste, les parties prenantes pléthoriques, les écrits incommensurables. Ce n’est peut-être pas par hasard que la pédagogie relève de l’univers foisonnant des sciences de l’éducation et de la formation qui peu ou prou croisent l’ensemble des disciplines des sciences humaines pour elles-mêmes et de toutes les sciences dans les enseignements dispensés.

Mais associer l’andragogie à la pédagogie relève d’un double défi : ne pas faire tabula rasa du passé, autrement dit ne pas considérer que nous partons de zéro et accepter une inversion de notre culture, de nos modèles construits par le monde de l’école et de son incontournable triptyque originel à savoir le triangle pédagogique associant savoir, maître et élève.

Rappelons qu’en 1970, Léon cité par Roche (2018) apportait déjà un éclairage sur cette tension paradoxale : « L’andragogie apparaît beaucoup plus comme une aspiration que sous les traits d’un ensemble doctrinal ou méthodologique en voie d’élaboration. En d’autres termes, l’opposition entre andragogie et pédagogie relève davantage du domaine de l’opinion que de celui de la démarche scientifique ou même empirique. »

Pour cette introduction, et a minima, nous retendrions que la posture andragogique propose un principe singulier : on enseigne à un enfant pour qu’il apprenne (pédagogie) mais l’apprentissage des adultes nécessite de prendre en compte d’autres critères, d’autres singularités qui sont spécifiques à leurs âge, leurs compétences, leurs parcours. Continuer la lecture de Pédagogie versus andragogie. Du déni de réalité au défi de l’idéalité