De la reconnaissance (externe) : remerciements

« Plutôt que de mettre son énergie à refouler ses convictions, le professionnel de l’intervention tirerait grand profit à se mettre au clair avec celles-ci. […] ce qui est explicité est moins sourdement agissant et plus facile à contrôler que l’insu. L’intervenant ne doit pas travailler dans l’illusion qu’une neutralité-absence est profitable à son client. Pour avancer dans sa réflexion, le client incarné a besoin non pas d’un intervenant-absent, mais d’une consistance sur laquelle s’appuyer et qui lui offre une résistance rassurante. L’exercice de la résistance est une fonction majeure de l’intervention clinique ; ses points d’application et son dosage sont plus utiles à acquérir que la crispation sur l’obligation de neutralité« . Guy Jobert, Education permanente. N°214 – 2018-1

Dans son Habilitation à diriger des recherches (1998. P. 54-64), G. Jobert (Chaire de formation des adultes du Cnam-Paris) tente une définition de la reconnaissance et site C. Dejours « La reconnaissance est la rétribution fondamentale de la sublimation » (Dejours, 1990. p. 695). Pour préciser son propos il s’appuie sur une définition de la sublimation, issues des travaux de Freud « nous désignons comme sublimation une certain sorte de modification du but et de changement d’objet dans laquelle entre en considération notre évaluation sociale » (Inhibition, symptôme et angoisse. Paris. PUF).

Jobert considère que le concept de sublimation permet de dialectiser l’individuel et le social et de suivre le destin de la pulsion, depuis son émergence jusqu’à sa satisfaction ou son échec à travers la reconnaissance sociale dans la sphère publique. Au cœur de la dialectique individuel / social se situe donc une polarité reconnaissance / non reconnaissance qui décide du destin de la pulsion (satisfaite ou non satisfaite). Il s’appuie également sur les travaux de la psychodynamique du travail pour affirmer que :

– à partir des trois mondes hégéliens (objectif, subjectif, social), C Dejours a construit le triptyque : EGO (le sujet) / AUTRUI (collectif ou communauté d’appartenance) / REEL (au sein de la réalité celui qui se fait connaître au sujet par sa résistance à son savoir-faire, sa connaissance, sa science). Il examine de quelle façon ces termes s’articulent et dans la dialectique EGO / AUTRUI il interroge le fait que « le sujet éprouve le besoin de valider que le rapport singulier qu’il a noué avec le réel n’est pas son seul fait mais qu’il est partagé ou partageable avec autrui, qu’autrui va reconnaître le bien fondé de ce qu’avance ou agit le sujet » ;

– « Le cheminement identitaire part de l’énergie pulsionnelle, passe par la reconnaissance de la contribution socialement utile du sujet puis fait retour vers celui-ci pour l’intégrer à une communauté culturelle en l’assurant de la validité du rapport au monde que donne à voir son travail »

Semble émerger ici une tension / évaluation entre le sujet, son collectif de référence et le rapport qu’ils entretiennent au réel. Continuer la lecture de De la reconnaissance (externe) : remerciements

Situations difficiles. « Ça vient du dessus » !*

« Vous vivez toutes vos injustices séparément. Il faut les combattre collectivement(1) »

En préface du dernier ouvrage de Lise Gaignard (2), Pascale Molinier nous précise que cet ouvrage nous parle de nous, de notre monde ordinaire, avec nos mots, ceux de tous les jours. Rien de spectaculaire que de l’ordinaire c’est-à-dire des drames, des gens qui craquent ou qui meurent sans que ralentisse le cirque infernal, comme si de rien n’était. Elle précise que ceux qui parlent étaient à fond dans le circuit, jusqu’au pépin… et quelque chose est arrivé qui les a mis hors course, les yeux dessillés.

Trois extraits de l’ouvrage de L. Gaignard illustrent ci-dessous ce moment de la prise de conscience quand ils envisagent, comme le souligne P. Molinier, leur compromission dans le système néolibéral à s’en rendre malade et que l’auteure a saisi sur le vif. Continuer la lecture de Situations difficiles. « Ça vient du dessus » !*

Professionnalisation d’adultes et andragogie

L’enjeu d’un dispositif de professionnalisation d’adultes consiste à favoriser la construction progressive d’une professionnalité sous une forme non pénalisante pour l’identité professionnelle de départ. Le vécu de l’apprenant adulte est alors considéré comme une expérience et une richesse à valoriser dans son processus d’apprentissage. De son côté, le formateur développe sa capacité à se positionner vis-à-vis d’un public d’adultes. Sous-estimer l’effet de cette posture, revient à infantiliser ces personnes sans tenir compte de ce qu’ils ont été auparavant : des professionnels expérimentés ou experts. En matière d’ingénierie, s’agirait-il alors d’assumer une transition de la pédagogie vers l’andragogie ?

Cadre de l’andragogie

Knowles, définit l’andragogie comme l’art et la science d’aider les adultes à apprendre ; l’éducation des adultes doit être en mesure de répondre à leurs besoins. Selon Rosenstock, l’andragogie est le véritable moyen par lequel ils entretiennent un rapport d’intelligence avec le monde moderne dans un processus qui réconcilie connaissance théorique et affaire pratique au travers d’une expérience créative (Hachicha). Le formateur utilise les capacités de l’apprenant adulte comme levier de réussite et valorise son cadre professionnel antérieur. Il lui permet de se retrouver dans une disposition positive face à ses nouveaux apprentissages. Les six postulats de Knowles sur la façon d’apprendre propre aux adultes :

  1. a) Besoin de savoir : ils ont besoin de savoir pourquoi ils doivent apprendre avant une formation, l’intervenant se doit de l’aider à prendre conscience de son « besoin d’apprendre » et de lui expliquer que la formation vise à améliorer son efficacité et sa qualité de vie ;
  2. b) Concept de soi chez l’apprenant : ils ont conscience d’être responsables de leurs propres décisions et de leur propre vie. Se développe en eux le besoin d’être vus et traités par les autres comme des individus capables de s’autogérer. Ils n’admettent pas les situations où les autres leur imposent leur volonté ;
  3. c) Rôle de l’expérience de l’apprenant : ils arrivent dans une formation avec une diversité d’expérience qui constitue leur identité. Il est nécessaire de tenir compte des différences individuelles, mettre l’accent sur des stratégies personnalisées et expérientielles ;
  4. d) Volonté d’apprendre : ils sont prêts à apprendre s’ils mesurent que les connaissances-compétences à acquérir leur permettront d’affronter des situations réelles ;
  5. f) Orientation de l’apprentissage : ils orientent leur apprentissage autour de la vie, d’une tâche, d’un problème. Ils assimilent connaissances, compétences, valeurs et attitudes quand celles-ci sont présentes dans le contexte de leur mise en application (situations réelles) ;
  6. g) Motivation : ils sont sensibles à des motivations extérieures mais ce sont leurs pressions intérieures qui sont le plus grand facteur de motivation intrinsèque à l’apprentissage.

Le rôle essentiel de l’intervenant(e)

La transition du rôle de sachant/apprenant à celui d’apprenant/apprenant nécessite que l’intervenant(e) laisse le public apprenant être acteur de sa formation et sache utiliser les leviers pour développer et débloquer les freins psychologiques du public. Il/elle veille alors à s’appuyer sur les expériences antérieures de chaque stagiaire. Il doit connaître le public apprenant et leurs antériorités afin d’être au plus proche de la réalité de chacun.

L’andragogue est un guide, sur le chemin du savoir et de la construction des connaissances, il n’est en aucun cas un mentor ou un sachant. L’apprenant est mis sur une voie et accompagné afin qu’il grandisse par lui-même grâce à l’apprentissage par expériences, de façon itérative.

Socioconstruire de la professionnalité

C’est ainsi que l’andragogie apporte un éclairage complémentaire à la perspective socioconstructiviste en matière d’apprentissage de l’adulte. Elle permet d’identifier le positionnement et les liens qui favoriseront la construction d’une nouvelle professionnalité = l’acquisition et la construction de connaissances-compétences par le public apprenant et l’identification des savoirs théoriques et des savoirs d’action que devront mobiliser les intervenants. Ainsi, le projet de formation et le public apprenant sont au cœur du système des acteurs de la formation, les intervenant(e)s se retrouvent dans de multiples postures apprenant/sachant afin de répondre de façon la plus efficiente aux apprenants. Il est certain qu’une des conditions de réussite consiste à être en capacité de mobiliser des formateurs/trices qui accueillent favorablement ce changement de posture.

Toutefois, c’est bien l’ensemble des projets, des parties prenantes, des ingénieries, des dispositifs… qu’il est nécessaire de revisiter pour s’engager dans la perspective andragogique.

Nb. Ce texte est issu d’un article en cours de finalisation co-écrit avec Yohann Dauffy. Ingénieur en formation, Cabinet Ningen Conseil.