Et si on parlait de prévention primordiale en santé au travail

Les travaux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont permis  d’identifier six niveaux de prévention des risques : prévention primordiale, prévention primaire/secondaire/tertiaire, prévention quaternaire et prévention fœtale.

On retrouve ici la volonté de garantir le droit à la protection de la santé de chacun et d’assurer la promotion de conditions de vie favorables à la santé.

Ainsi, chaque jour, dans chaque décision managériale, dans chaque instance ou négociation ou dans chaque acte de travail de quelque niveau que ce soit, la SST devrait être présente c’est-à-dire avant que quelque pathologie que ce soit ne soit avérée.

Je ferai l’hypothèse dans ces lignes que ces démarches contribuent à la prévention primordiale en matière de santé au travail au sens du niveau de prévention mobilisé par l’OMS en m’appuyant sur Bonita et al. 2010 (Cf. référence bas de page). Continuer la lecture de Et si on parlait de prévention primordiale en santé au travail

Santé [du] travail, santé [au] travail. Le débat est ouvert !

Au quotidien, dans la presse ou dans le vocabulaire courant on parle de la santé du marché du travail, du marché immobilier, du marché de l’art ou du marché obligataire mais également de la santé du futur, du monde ou encore de l’internet.

Dans l’univers économique et social, le triptyque « Performance, Santé, Travail » est devenu aujourd’hui selon les parties prenantes, une nécessité, un projet et, parfois, un objet de méfiance. Pour ses défenseurs, il s’est métamorphosé en truisme, c’est-à-dire en vérité trop évidente pour devoir être énoncée et encore moins questionnée.

Pourquoi ne pas questionner la santé du travail avant de s’intéresser à celles des femmes et des hommes au travail ? Ces derniers ne sont en quelque sorte que les sous-traitants de ce travail. Ainsi la santé des seconds dépendrait directement de la santé du premier. Continuer la lecture de Santé [du] travail, santé [au] travail. Le débat est ouvert !

Santé et sécurité au travail (Rapport C. Lecocq et al. 2018) Revisiter ou réinventer le système ?

Cet article a été co-écrit avec V. Giraudeaux, Président de la fédération des acteurs de la prévention (https://www.federation-prevention.com/) à la suite de la contribution de la fédération aux ateliers collectifs de la Mission pilotée par Mme Lecocq. L’hypothèse formulée est que, aujourd’hui, il serait préférable de réinventer le système SST (et, par incidence, sa gouvernance) dans sa globalité.

Ce texte souhaite contribuer à la réflexion pour lancer des pistes en considérant que les propositions ci-dessous restent à amender et/ou compléter :

– La responsabilité conjointe des entreprises et de l’État
– Le dualisme politique et institutionnel
– L’inefficience pluridisciplinaire
– Des niveaux de prévention en trompe l’œil
– Le préventeur, cet(te) illustre inconnu(e)
– Des interlocuteurs uniques désunis
– Des acteurs majeurs et des satellites
– La connaissance et la recherche
– L’inamovible modèle de l’école et des connaissances « hors-sol »
– Trois expériences singulières Continuer la lecture de Santé et sécurité au travail (Rapport C. Lecocq et al. 2018) Revisiter ou réinventer le système ?

Management public universel ? La SST comme modèle explicatif

« Personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde ». (Paulo Freire, 1974)

En 2007, Eric Woerth, ministre de la fonction publique a souhaité faire évoluer la problématique des parcours professionnels en l’ouvrant aux trois versants de la fonction publique et les représentants des organisations syndicales ont fait valoir que ce débat ne pouvait avoir lieu sans que les questions de conditions de travail des agents ne soient abordées.

Ce « donnant-donnant » a permis d’ouvrir un espace de dialogue social sous le double d’effet de la réforme de l’État porté par le gouvernement et le ministre via la Révision générale des politiques publiques (RGPP) et du front commun des organisations syndicales bien décidées à s’organiser pour résister à la vague réformiste.

C’est ainsi que depuis 2009 la santé et sécurité au travail (SST) est devenue une « nouvelle catégorie sociale de l’action publique » en France (Garnier, Masse. 2015).

Toutefois l’encadrement a été le grand oublié (Masse, Pesme, 2016) et est resté une notion « générique » non suffisamment définie malgré quelques prémices au sein de l’accord-cadre du 22 octobre 2013 relatif à la prévention des risques psychosociaux. Ensuite les négociations relatives à qualité de vie au travail (QVT) dans la fonction publique se sont intéressées plus spécifiquement à l’encadrement mais le projet d’accord-cadre du 12 janvier 2015 relatif à la qualité de vie au travail (QVT) n’a pas été signé. Aujourd’hui le Plan d’action pluriannuel pour une meilleure prise en compte de la SST dans la fonction publique (Circulaire fonction publique du 28 mars 2017) illustre à la fois la volonté de progresser sur la prise en compte des questions de SST et le recentrage sur des thématiques plus « techniques » : pénibilité, médecine de prévention, inaptitude…

Quel que soit le plus éminent niveau national ou le plus simple niveau local, des femmes et des hommes, dirigeants, encadrants, représentants du personnel et agents gardent la charge de ces questions chacun et chacune pour ce qui les concernent au niveau où ils se trouvent et avec les moyens qui leurs sont donnés. Ils sont confrontés à une mise en œuvre d’une QVT sans cadre politique et juridique mais surtout sans élément de fond pour construire du sens dans leurs démarches.

Et la SST ne se gère pas dans un cadre unique et unanime mais se situe dans la dynamique d’un projet à trois volets complémentaires :
– une vocation universelle en ciblant l’ensemble des femmes et des hommes œuvrant dans la fonction publique ;
– une prise en compte des particularités de la fonction publique en prévoyant qu’à la suite de sa signature des négociations devraient s’engager dans chacun de ses versants ;
– une volonté de donner une parole singulière aux parties prenantes locales en leur permettant d’intégrer dans le processus global leurs réalités quotidiennes propres.

Depuis la réorganisation de la DGAFP en DRH de l’Etat, nous montrerons que la situation a changé sur le fond et sur la forme. Cette évolution et une mise en perspective d’un droit universel à la santé au travail nous permet d’apporter quelques éléments d’analyse sur la dimension universelle du management public.

En conclusion, nous considérerons que les DRH représentent la cheville ouvrière opérationnelle de cette universalité dans les processus de changement et de transformations permanents que connait la fonction publique depuis la LOLF.  Continuer la lecture de Management public universel ? La SST comme modèle explicatif

La promotion de la santé : Quel projet de société ?

 

A l’occasion des 30 ans de la Charte d’Ottawa, l’IREPS Auvergne-Rhône-Alpes, avec l’appui du Pôle Régional de Compétences, proposait deux jours de réflexion et d’échanges les 28 et 29 novembre 2016 à Lyon.

Quels sont les principes et intentions de la Charte d’Ottawa ? Pour quelle efficacité ? Comment les acteurs se sont-ils mobilisés en se saisissant des modalités d’action proposées par la Charte ?

Ce document constitue la synthèse des interventions en plénière et des ateliers.

La responsabilité sociétale des entreprises, quel positionnement entre prévention des risques au travail et promotion de la santé ?
L. Madec, Département Santé Environnement Travail et Génie Sanitaire (DSET & GS) à l’École des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) et M. Masse, Mission santé sécurité au travail dans les fonctions publiques, Institut national du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (INTEFP).

Synthèse du colloque :  http://ireps-ara.org/portail/portail.asp?idz=687